Opera Atelier




Opera Atelier

 Opera Atelier. Compagnie torontoise spécialisée dans le répertoire baroque des 17e et 18e siècles fondée en 1985 par le metteur en scène Marshall Pynkoski et sa femme, la chorégraphe Jeannette Lajeunesse Zingg. Parmi le personnel artistique de la compagnie, mentionnons Gerard Gauci, le scénographe, David Fallis, le directeur musical, et Dora Rust-D'Eye, la créatrice de costumes. Sous la supervision de Pynkoski et de Zingg, Opera Atelier devient l'une des plus importantes compagnies d'opéra baroque en Amérique du Nord.

Historique

Pynkoski et Zingg commencent à s'intéresser à la musique baroque, au théâtre et à la danse au tout début de leur carrière lorsqu'ils étudient avec les spécialistes de la danse Leonard Crainford et John Marshall de la Royal Academy de Londres, Sandra Caverly et Wendy Hilton ainsi qu'avec le dramaturge Dene Barnett. Pendant leur contrat d'un an au Moulin rouge à Paris, le couple approfondit ses connaissances en opéra baroque et en ballet à l'aide des ressources documentaires de la Bibliothèque nationale de France et de l'Opéra national de Paris.

La première production d'Opera Atelier, présentée au Musée royal de l'Ontario en novembre et décembre 1985, est un programme double qui propose Le choix d'Hercule, un oratorio de Haendel et Les Petits Riens, un ballet de Mozart. Le collaborateur musical d'Opera Atelier, Tafelmusik Baroque Orchestra, accompagne les chanteurs lors de ce programme. Après la présentation de ses premiers concerts au Walker Court du Musée royal de l'Ontario, Opera Atelier déménage au MacMillan Theatre de l'Université de Toronto. En 1991, la compagnie s'installe à l'Elgin Theatre.

La compagnie connaît une croissance solide, ce qui ne la met pas à l'abri de difficultés financières au début. Pendant la récession économique du début des années 1990, période où l'aide financière corporative et les dons de particuliers se font plus rares, Opera Atelier doit se résigner à annuler la présentation de sa production du printemps 1991, Le retour d'Ulysse de Monteverdi. Les problèmes de financement poursuivent Opera Atelier jusqu'en 1994, année où la compagnie reçoit une bourse de 110 000 dollars de la Fondation Paribas (France). Elle reçoit également du financement du Conseil des arts de l'Ontario, du Toronto Arts Council et du Creative Trust.

Productions

Opera Atelier acquiert une réputation internationale pour ses productions novatrices (deux par année) grâce à l'emploi d'instruments d'époque ainsi que de décors et de costumes recherchés, et ce, en demeurant à l'écoute des subtilités du jeu baroque et en saisissant les nuances de l'époque. La compagnie présente plusieurs spectacles en première, entre autres Myrthis de Rameau (première mondiale, 1988), L'Orfeo de Monteverdi (première canadienne, 1989) et Armide de Lully (première nord-américaine, 2005). Parmi ses autres productions, mentionnons Didon et Énée de Purcell, Actéon de Charpentier et La flûte enchantée de Mozart. En 2004, la compagnie remonte Persée de Lully pour en faire un documentaire télévisé intitulé Rebirth of an Opera: Persée in the Court of Atelier (Docutainment Plus Productions).

Opera Atelier collabore avec les plus grands noms de la musique d'époque, entre autres Marc Minkowski, Hervé Niquet, Andrew Parrott et Trevor Pinnock et se produit dans de nombreux festivals et salles d'opéra en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. En 1995, c'est la première troupe à présenter un spectacle au Château de Versailles, nouvellement rénové, en France.

Prix et distinctions

Opera Atelier reçoit plusieurs prix, dont le prix de la meilleure production Dora Mavor Moore en 2005 pour Didon et Énée et un prix Ruby décerné à des artistes canadiens de l'opéra dont les réalisations sont exceptionnelles en 2007. Marshall Pynkoski est reconnu par Time Magazine comme étant un des « grands de la musique » au Canada en 2003, il reçoit le prix des arts de Toronto en 2004 et est nommé membre de l'Ordre des Arts et des Lettres du gouvernement français en 1996.

Bibliographie

J. Kraglund, « Opera Atelier gives Mozart an original look », Globe and Mail (2 déc. 1985).

R. Everett-Green, « Ragged music scars sumptuous Caesar », Globe and Mail (31 oct, 1987).

R. Mercer, « Spotlight: Ruby Mercer interviews Marshall Pynkoski and Jeannette Zingg », Opera Canada, XXIX, 3 (automne 1988).

S. Hood, « Frivolous elegance, sexy baroque », Performing Arts (printemps 1989).

R. Everett-Green, « Opera Atelier's Pygmalion as seductive as roses », Globe and Mail (26 mai 1990).

K. Taylor, « Money woes force company to cancel production », Globe and Mail (19 mars 1991).

R. Markow, « Opera Atelier: Revitalizing the theatrical experience », Classical Music Magazine, XVI, 1 (févr.-mars 1993).

H. Mietkiewicz, « Making magic with Mozart for kids », Toronto Star (14 déc. 1993).

C. Hume, « Dance duo gives opera a leg up », Toronto Star (12 mars 1994).

R. Everett-Green, « French largesse something to sing about », Globe and Mail (13 août 1994).

S. Blake, « Opera Atelier achieves international success », Toronto Early Music News, XI, 3 (sept. 1995).

Wah Keung Chan, « Pynkoski, Marshall, Opera Atelier », La Scena Musicale, IV, 2 (oct. 1998).

S. Walker, « Mozart reworks his Magic », Toronto Star (23 oct. 2001).

M. Cavanagh, « Canadians abroad: Opera Atelier bridges east and west in baroque style », Opera Canada, XLV, 2 (été 2004).

P. Citron, « Armide deals with a serious clash of cultures and religion », Opera Canada, XLVI, 3 (sept.-oct. 2005).

Voir aussi Instruments d'époque.