Orchestra London Canada

Orchestra London Canada (London Civic Symphony Orchestra, 1937-57; London Symphony Orchestra, 1957-81). Fondé à London, Ont., en 1937 par son chef, le violoniste Bruce Sharpe (1914-1987).
Orchestra London Canada (London Civic Symphony Orchestra, 1937-57; London Symphony Orchestra, 1957-81). Fondé à London, Ont., en 1937 par son chef, le violoniste Bruce Sharpe (1914-1987).


Orchestra London Canada

Orchestra London Canada (London Civic Symphony Orchestra, 1937-57; London Symphony Orchestra, 1957-81). Fondé à London, Ont., en 1937 par son chef, le violoniste Bruce Sharpe (1914-1987). Harcelé depuis sa formation par des problèmes budgétaires - le conseil municipal de London approuva le nom mais rejeta tout demande d'aide financière - il fut démantelé durant la Deuxième Guerre mondiale mais reconstitué par Sharpe en 1947. Progressiste dans sa programmation, il fit entendre des oeuvres contemporaines, notamment de Canadiens; durant la saison 1947-48, il présenta des pages de Barbara Pentland, Gerald Bales et Wayne Barlow. Cependant, Sharpe, qui avait souvent pris à sa charge le fardeau financier de la gestion de l'orchestre, démissionna en1949 en proie à une vive frustration. Le club Kiwanis de London se fit le champion d'une aide financière et proposa un plan de réorganisation qui se concrétisa par la création d'une association symphonique et d'un conseil d'administration. L'orchestre nomma à sa tête Martin Boundy, son premier chef de calibre professionnel. Le conseil entreprit un ambitieux programme de promotion, y compris Symphony Week, et le concert inaugural du London Civic Symphony Orchestra prit place le 24 février 1950 avec sir Ernest MacMillan comme chef invité.

Sous le mandat de Boundy (1949-69), il y avait peu de professionnels dans l'orchestre. Il donna cependant des concerts dans les centres régionaux et commença à présenter des concerts pour les jeunes. Boundy dirigea un premier concert populaire en 1959. L'orchestre fut constitué en société le 25 juin 1957 et rebaptisé London Symphony Orchestra. La saison fut portée de 4 à 10 concerts. Même si Boundy n'avait pas réussi à donner à l'orchestre un statut semi-professionnel, il avait obtenu des subventions du CAC pour les concerts pour les jeunes. Il avait aussi développé un noyau de jeunes instrumentistes auquel l'orchestre pourrait recourir si nécessaire. En 1952, la London Police Boys' Band avait fourni cinq des neuf bois et trois cuivres à l'orchestre. Le problème avait été plus aigu pour les instrumentistes à cordes, et en 1960 la London Youth Smphony fut fondée avec l'orchestre des aînés comme parrain. Le premier chef en fut Donald McKellar; le deuxième James White. Dans les années 1980, il fut dirigé par Jerome Summers. Edit Haboczki fut à sa tête de 1988 à 1991 et Summers reprit son poste en 1991. À partir de 1967, les principales recrues provenaient du personnel enseignant des programmes de musique des écoles publiques et séparées, de la faculté de musique de l'Université de Western Ontario et de la Royal Canadian Regiment Band.

La première résidence de l'orchestre fut l'auditorium H.B. Beal, ceci jusqu'en 1962 alors qu'il emménagea au Grand Theatre. Les grandes oeuvres pour choeur et orchestre étaient présentées à l'Arena de London. En 1967, il entra au Centennial Hall inauguré avec la IXe Symphonie de Beethoven interprétée avec le Cons. Choir d'Earle Terry.

Durant le mandat de Clifford Evens (1969-79), son premier chef à temps plein, l'orchestre acquit un statut professionnel. Au début, les exigences nouvelles éliminèrent de ses rangs ceux pour qui il devenait impossible d'y donner les longues heures nécessaires, ce qui laissa à Evens la liberté requise pour bâtir et renforcer l'orchestre et, en particulier, les cordes afin qu'elles puissent atteindre le niveau de qualité des bois développé sous la tutelle de Boundy. En 1971, Gwen Thompson fut engagée comme violon solo. Durant la première partie de son mandat, Evens renforça les relations avec l'Université de Western Ontario, profitant du projet d'artistes en résidence du CAO. Il augmenta aussi le public des concerts, et en 1973, il avait mis en place deux séries princiaples de concerts, Pops et Symphony. En 1975, le fonds Richard and Jean Ivey accorda une subvention de 100 000 $ à l'orchestre afin d'engager 30 musiciens à plein temps. Ce noyau professionnel (qui se produit seul à l'occasion sous le nom de Sinfonia) rendit l'orchestre éligible aux subventions du CAC; le gouvernement municipal et le CAO augmentèrent aussi leurs octrois. Durant la saison 1975-76, l'orchestre présenta 40 concerts d'abonnement et autres; il donna aussi 37 concerts dans les environs, peut-être plus que tout autre orchestre au Canada à cette époque. La saison suivante, 60 de ces concerts furent présentés. Jean Piguet, un Suisse d'origine, succéda à Gwen Thompson pour un an. Un émigré de Leningrad, Eduard Minevich la remplaça (1976-87). La Sinfonia fit une tournée dans le nord de l'Ontario, au Manitoba et au Michigan en mars 1977 et commença à se faire entendre sur les ondes de la SRC (qui diffusa plus tard des émissions impliquant tout l'orchestre).

Durant les années 1970, l'orchestre commanda et créa des oeuvres de Peter Clements (Suite grotesque), Peter Paul Koprowski (In Memoriam Karol Szymanowski), William Miller (Au bord de la forêt), André Prévost (Chorégraphie IV), Alfred Rosé (Adagio pour violoncelle et orchestre) et Jerome Summers (Images). Au cours de la même période, 25 oeuvres de Canadiens furent interprétées, dont celles de Betts, Champagne, Freedman, Alain Gagnon, Hétu, Healey, Schafer, deux de Prévost, deux de Somers, et trois de Symonds. Brian Jackson fut chef adj. (1977-81). Parmi quelque 60 solistes invités, environ les deux tiers étaient des Canadiens.

En 1979, Evens et le gérant de l'orchestre, Mark Warren (nommé premier administrateur à plein temps en 1974), donnèrent leur démission à la suite d'une nouvelle crise financière résultant d'une croissance trop rapide et de l'incertitude des subventions gouvernementales. Pour réduire les frais, la Sinfonia passa de 30 instrumentistes à 25 (dont les salaires furent aussi réduits), et la saison fut réduite de 36 à 32 semaines. Pendant cette période intérimaire, Victor Feldbrill monta au pupitre. En 1981, Alexis Hauser, violoncelliste, compositeur et chef d'ochestre né à Vienne, fut nommé à la tête de l'orchestre qui fut rebaptisé Orchestra London Canada. Ses programmes incluaient des grandes oeuvres de Mahler et de Bruckner, en plus du répertoire courant, présentées parfois en collaboration avec des organisations voisines comme l'Orchestre symphonique de Kitchener-Waterloo. Hauser rehaussa le niveau des salaires et porta l'effectif de la Sinfonia à 29 musiciens. En août 1982, Hauser et la Sinfonia, ainsi que l'Ottawa Choral Society représentèrent le Canada au Festival international de musique et d'architecture tenu à L'Aquila en Italie. Le 6 février 1986, l'orchestre exécuta la Symphonie n 8 de Mahler avec six choeurs de London et de Kitchener lors d'un Symposium Mahler. Durant la saison 1986-87, Orchestra London présenta neuf séries d'abonnement, des concerts spéciaux et un festival Beethoven. De nouvelles contraintes financières surgirent au cours de la dernière saison de Hauser (1987-88) et l'orchestre fut obligé de réduire ses effectifs. Hauser avait programmé des oeuvres de 18 Canadiens et il avait de plus commandé des oeuvres à Jack Behrens, Ka Nin Chan, D'Arcy Gray, Gary Kulesha et Alexina Louie. En 1987, l'orchestre engageait un nouveau violon solo, Joseph Lanza, né aux É.-U., ex-violon solo de l'Orchestre symphonique de Thunder Bay. Uri Mayer fut choisi pour succéder à Hauser comme chef s'orchestre à compter de la saison 1988-89.