Orchestre des jeunes du Québec

Orchestre des jeunes du Québec (OJQ). Fondé pendant l'été 1977 par le MACQ et reconnu officiellement quelques mois plus tard, il fut principalement subventionné par le MACQ et par des contributions du secteur privé.

Orchestre des jeunes du Québec

Orchestre des jeunes du Québec (OJQ). Fondé pendant l'été 1977 par le MACQ et reconnu officiellement quelques mois plus tard, il fut principalement subventionné par le MACQ et par des contributions du secteur privé. Formé de musiciens âgés de moins de 30 ans, ceux-ci étaient engagés pour une période de 25 semaines incluant des tournées à travers la province, et recevaient un salaire hebdomadaire. Ils étaient choisis par concours (40 des 200 candidats se présentant étant retenus). L'OJQ fut donc un orchestre permanent basé à Montréal, offrant la continuité, la rigueur et la qualité d'entraînement qui répondent aux standards des orchestres professionnels. Point de ralliement des meilleurs instrumentistes formés dans diverses institutions musicales du Québec, il se voulait être le trait d'union entre la vie d'étudiant et le marché du travail. Un séjour ne pouvait excéder trois ans, permettant ainsi à plus de musiciens de participer à cette formation. De 1977 à 1991, l'orchestre présenta plus de 200 concerts. Il fut dirigé, entre autres, par Mario Bernardi, Franz-Paul Decker, Rafael Druian, Charles Dutoit, Serge Garant, Pierre Hétu, Uri Mayer, Otto-Werner Mueller, Michel Plasson, Joseph Silverstein, Simon Streatfeild, Georg Tintner et Michelangelo Veltri. Eugene Plawutsky (1981-84), Gilles Auger (1984-86) et Michel Tabachnik (1987-91) furent nommés chefs en résidence. Auger fut également chef stagiaire en 1983-84. Gaston Germain (1978-80), Louise Laplante (1981-86) et Serge Lortie (1986-91) en assurèrent la direction générale. L'orchestre commanda et créa des oeuvres de compositeurs canadiens, notamment Plages de Serge Garant, Mirages de Jacques Hétu et À deux de Michel Gonneville (1981), Lettre d'Étienne à Jacques de Michel Longtin (1983), Swiateo : un pas vers la lumière : in memoriam Claude Vivier de Michel-Georges Brégent (1984) et Konzert de Denis Dion (1987). Parmi les solistes invités, notons, entre autres, Angèle Dubeau, Maureen Forrester, Rosemarie Landry, Louis Lortie, Philippe Magnan et Sonia Racine. L'OJQ participa en 1989 au Saugeen Bach Festival à Durham, Ont. La même année, il s'installa au Centre d'arts Orford pour y poursuivre de manière plus intensive son mandat de formation. Cette saison d'été comprenait 12 semaines en résidence et 3 semaines de tournée provinciale. Cette formule fonctionna durant deux ans, mais en 1991, à la suite de la décision du MACQ de lui retirer son appui, l'orchestre cessa ses activités.


Lecture supplémentaire

  • Magnan, François. 'Un nouvel orchestre au Québec,' OCan, vol 5, Mar 1978

    McLean, Eric. 'For musical pros,' Montreal Star, 22 Apr 1978

    Petrowski, Nathalie. 'J'ai passé ma période de défoulage électrique, maintenant je veux faire de la musique..'. L'Actualité, Nov 1978

    Gingras, Claude. 'La vie d'orchestre avant 30 ans,' Montreal La Presse, 19 Feb 1983

    Boulay, Jacques. 'L'Orchestre de jeunes du Québec,' Sonances, vol 2, Apr 1983

    Bergeron, Carol. 'L'OJQ, un orchestre pour ceux qui veulent apprendre leur métier,' Aria, vol 9, Spring 1986