Quatuor à cordes Orford/Orford String Quartet

Quatuor à cordes Orford/Orford String Quartet. Remarquable ensemble canadien formé en juin 1965 au Centre d'art d'Orford JMC et actif jusqu'en juillet 1991. Durant ses premières années, il bénéficia des encouragements de Gilles Lefebvre et du concours de Lorand Fenyves comme répétiteur.

Quatuor à cordes Orford/Orford String Quartet. Remarquable ensemble canadien formé en juin 1965 au Centre d'art d'Orford JMC et actif jusqu'en juillet 1991. Durant ses premières années, il bénéficia des encouragements de Gilles Lefebvre et du concours de Lorand Fenyves comme répétiteur. Il se composait d'Andrew Dawes, premier violon, Kenneth (John) Perkins, second violon (Brockville, Ont., 8 juillet 1935 - 3 août 2000; élève d'Ivan Galamian et de Fenyves et ex-membre de l'OSM), Terence Helmer, alto (Kirkland Lake, Ont., 18 juillet 1940; élève de Géza de Kresz, Kathleen Parlow, Josef Gingold et Arthur Grumiaux), et Marcel Saint-Cyr, à qui succéda Denis Brott en 1980. Brott quitta assez brusquement la formation en octobre 1988 et fut remplacé par Desmond Hoebig (que remplaçait Paul Pulford à l'occasion jusqu'à ce que Hoebig puisse s'intégrer à plein temps au quatuor, en 1989). En 1986, Helmer céda la place à l'altiste amér. Robert Levine, qui fut à son tour remplacé en 1987 par l'altiste anglaise Sophie Renshaw (née en 1965; élève de Hans Keller et de Donald McInnes).

Le 11 août 1965, au Centre d'art d'Orford, le quatuor donnait son premier concert (Quatuor à cordes op. 76 n 2 de Haydn, Quatuor à cordes op. 92 de Prokofiev et Quatuor à cordes op. 12 de Mendelssohn). Deux ans après la dissolution du Canadian String Quartet et du Quatuor à cordes de Montréal, ces modestes débuts indiquaient qu'une formation jeune et enthousiaste allait assurer la relève : à l'automne 1965, le Quatuor Orford déménagea à Toronto avant d'entamer deux années de tournées au Canada, en France et en Autriche, pour les JM. Et le 22 novembre 1967, les critiques saluaient l'entrée au Carnegie Recital Hall d'un quatuor au sommet de la première partie de sa carrière.

En 1968 débuta une longue association entre le Quatuor Orford et l'Université de Toronto - ses membres y dispensèrent des cours à partir de 1972. Dès 1968, on le considéra comme le quatuor résident de l'université, mais il ne fut désigné officiellement comme tel qu'en 1982. Ses membres ont dirigé des classes de perfectionnement et donné des concerts dans divers camps musicaux (dont le Centre d'arts Orford), et enseigné au Kelso Music Centre (près d'Oakville, Ont.) de 1971 à 1974. Dans le cadre d'un programme national de résidence en partie financé par le CAC (1988-89), le quatuor a formé, dans bon nombre d'universités et de conservatoires du pays, de jeunes musiciens et des ensembles, dont le Quatuor Arthur-LeBlanc, à l'Université de Moncton.

Le Quatuor à cordes Orford se produisit dans toute l'Amérique du Nord et, avec l'appui du CAC et du ministère des Affaires extérieures, effectua de nombreuses tournées en Europe, y compris en l'ex Union soviétique. En 1983, il visita l'Australie, la Nouvelle-Zélande et Hong Kong, et, en 1987, l'Amérique du Sud. Le quatuor se produisit également à l'Expo 67, aux Jeux olympiques de Montréal en 1976, au festival Musicanada (Londres, 15 novembre 1977), à Appledoorn en Hollande pour commémorer le 45e anniversaire de la libération des Pays-Bas (6 mai 1990), au Carnegie Recital Hall, lors de sa centième saison (16 novembre 1990), à Rideau Hall (9 décembre 1990) et au festival Great Canada '91 à Tokyo (juillet 1991). La critique se montra toujours enthousiaste à son égard. En 1974, l'ensemble partagea le premier prix au Concours de quatuors à cordes de l'UER; l'année suivante, il fut récipiendaire du Prix Molson. Il remporta de nombreux prix pour ses enregistrements : ceux du Conseil canadien de la musique - en 1978 pour le meilleur disque de musique de chambre (Quatuors nos 1 et 2 de Mendelssohn), en 1981 pour son enregistrement de quatuors de Schafer et Beckwith, et en 1983 pour le cycle complet des quatuors de Beethoven sur étiquette CBC; ainsi que des prix Juno pour le meilleur album classique (solo ou ensemble de chambre) - en 1985 pour quatre quatuors de Mozart, en 1987 pour le Quintette de Schubert avec Ofra Harnoy, et en 1991 pour les cinq quatuors de Schafer (le cinquième remporta aussi un prix Juno pour la meilleure composition classique). En 1986, le Conseil CM le nomma Ensemble de l'année.

Le répertoire du Quatuor Orford, considérable, comprenait plus de 180 oeuvres couvrant toutes les époques depuis le classique jusqu'à la musique contemporaine, pour quatuor seul ou avec d'autres exécutants. La formation présenta l'intégrale des quatuors de Beethoven, pour la première fois à Toronto et à Ottawa en 1977, et les années suivantes en Amérique du Nord et en Europe. En plus du répertoire traditionnel, le quatuor joua de nombreuses oeuvres contemporaines de compositeurs américains et européens, sans compter plus de 40 compositions (dont de nombreuses commandes) de quelque 30 compositeurs canadiens. Il créa les quatuors à cordes de Bauer (The Final Silence), Beckwith (Quatuor et College Airs), Brian Cherney (n 1), Dolin (Portrait), Fleming (Quatuor), Glick (n 1), Heard (Prelude), Hétu (op. 19), Morawetz (Five Fantasies et Tribute to W.A. Mozart), Mozetich (Changes), Papineau-Couture (n 2), Prévost (Suite) et Wilson (n 3), et des oeuvres pour quatuor et autres exécutants d' Allan Bell (dont Quintette à cordes), Alfred Fisher (Diary of a War Artist), André Gagnon (Quatre Tangos), Louie (Music From Night's Edge), Morel (Paysage dépaysé), Prévost (Ahimsâ) et Zamfir (Quintette), entre autres. Très proche de Schafer, la formation créa deux de ses quatuors à cordes (nos 3 et 5), Beauty and the Beast pour voix et quatuor à cordes (avec Maureen Forrester) et Theseus pour harpe et quatuor à cordes (avec Judy Loman). Quant à son Quatuor à cordes n 1, l'ensemble le joua plus de 100 fois. L'avant-dernier concert du groupe (le 27 juillet 1991, pour Music at Sharon) fut consacré aux cinq quatuors de Schafer.

Ce que bien des auditeurs appréciaient chez ce quatuor, c'était son style lié et élégant, sa très belle sonorité, toute en retenue, et le raffinement dont il faisait preuve dans un répertoire très étendu. Même vers la fin, alors que la qualité de son jeu souffrait un peu du renouvellement de ses membres, il se maintint toujours à un niveau professionnel très élevé. Le 28 juillet 1991, en sa 26e année, l'un de nos plus célèbres ensembles de chambre acheva une carrière musicale exceptionnellement longue par un dernier concert pour Music at Sharon. L'ensemble joua les mêmes oeuvres que lors de son premier concert, marquant ainsi la fin d'une époque pour l'interprétation de musique de chambre au Canada. Les bénéfices servirent à créer la bourse du Quatuor à cordes Orford, afin d'encourager la pratique des instruments à cordes et d'aider les quatuors canadiens.