Paci, Frank Gilbert

Frank Gilbert Paci, écrivain (Pesaro, Italie, 5 août 1948). La famille de F.G. Paci fuit le paysage ravagé par la guerre des villages agricoles pauvres du centre de l'Italie pour émigrer au Canada en 1952. Il grandit parmi les immigrants dans le quartier ouest de Sault Ste Marie.

Paci, Frank Gilbert

Frank Gilbert Paci, écrivain (Pesaro, Italie, 5 août 1948). La famille de F.G. Paci fuit le paysage ravagé par la guerre des villages agricoles pauvres du centre de l'Italie pour émigrer au Canada en 1952. Il grandit parmi les immigrants dans le quartier ouest de Sault Ste Marie. Il étudie l'anglais au St Michael's College (B.A. en 1970), un établissement basilien affilié à l'Université de Toronto (B. Éd. en 1975). Pour financer ses études, il travaille l'été à l'aciérie de Sault Ste Marie. À Toronto, il rencontre des écrivains canadiens tels que Dave Godfrey et Marian ENGEL. Puis Margaret LAURENCE, écrivaine en résidence à l'époque, l'encourage à écrire. Il poursuit ses études en anglais à l'Université Carleton (M.A. en 1980) et enseigne l'anglais dans une école secondaire de Mississauga, en Ontario, jusqu'en 2008.

Le premier roman de Paci, The Italians (1978; trad. La famille Gaetano, 1990), est un des premiers à traiter de l'expérience des immigrants italo-canadiens. Son deuxième, Black Madonna (1982), est encore le plus populaire de ses livres à cause du portrait qu'il y fait des femmes immigrantes et des idées féministes. Fort de plus de dix romans, Paci est un des auteurs italo-canadiens les plus importants qui écrivent en anglais. Il contribue à créer le phénomène d'une littérature italo-canadienne (voir PUBLICATIONS DE LANGUE ITALIENNE). Ses structures narratives sont fidèles à la tradition réaliste et ses histoires explorent le conflit entre les générations dans les familles italiennes immigrantes dans le Nord de l'Ontario. Les dimensions philosophiques de l'identité personnelle sont évidentes dans Black Madonna et The Father (1984). En 1991, F. G. Paci entreprend une série de récits avec Black Blood, suivi d'Under the Bridge (1992) et Sex and Character (1993). Ce dernier recrée une scène entre le protagoniste, aspirant écrivain, et Margaret Laurence. Cette série de romans d'apprentissage comprend The Rooming-House (1996), Italian Shoes (2002) et Hard Edge (2004).

À un niveau, les romans de Paci traitent de dualité ethnique et de la lutte des familles d'immigrants, tandis que, à un autre niveau, ils explorent le processus de découverte de soi et les conflits intérieurs de l'artiste. Il s'écarte de la série Black Blood en écrivant Icelands (1999), qui dépeint les triomphes et les malheurs des familles et du hockey. Dans beaucoup de ses romans, les personnages du Nord de l'Ontario se débattent avec la vie à Toronto, ce qui situe donc le thème de la migration et de l'exil à l'intérieur même du Canada. Losers (2002) touche les thèmes religieux, thèmes déjà souvent abordés dans ses romans.

En 1984, F.G. Paci est invité à Rome pour la première conférence sur l'écriture et l'histoire italo-canadienne. En 1988 et 1989, il est le premier écrivain à occuper la chaire Mariano Elia en études italo-canadiennes à l'Université York. Des nouvelles et des extraits de ses romans sont édités dans Other Solitudes (1990), Pens of Many Colours (1993), Making a Difference (1996) et The Anthology of Italian-Canadian Writing (1998). Malgré ses nombreux succès littéraires, on dit de Paci qu'il est le romancier invisible du Canada. À une époque de célébrité instantanée et d'auto-glorification éhontée, Paci évite la publicité et même les événements littéraires modestes. Ses réalisations n'en ont pas moins été reconnues dans plusieurs études critiques.


Lecture supplémentaire

  • Joseph Pivato, ed. F.G. Paci: Essays on His Works (2003); Joseph Pivato, Echo: Essays on Other Literatures (2003).