Parc provincial The Rocks

À Hopewell Cape, sur la côte sud du Nouveau-Brunswick, émergent de l'océan d'impressionnantes formations rocheuses appelées « The Rocks ». Le parc provincial The Rocks (120 ha, inauguré en 1958) est situé à mi-chemin entre Moncton et le PARC NATIONAL FUNDY.

À Hopewell Cape, sur la côte sud du Nouveau-Brunswick, émergent de l'océan d'impressionnantes formations rocheuses appelées « The Rocks ». Le parc provincial The Rocks (120 ha, inauguré en 1958) est situé à mi-chemin entre Moncton et le PARC NATIONAL FUNDY. La région environnante comprend des forêts, des fermes, des propriétés ancestrales, des marais endigués et d'anciennes mines de gypse à ciel ouvert.

Histoire naturelle

Se dressant le long de la baie de Shepody à l'embouchure de la rivière Petitcodiac, ces piliers couronnés d'arbres ont l'allure de pots de fleurs géants. Les visiteurs peuvent les admirer du haut de la falaise, ou descendre sur le fond marin, à marée basse, les explorer de près.

Le flux et reflux des marées de la baie de Fundy (les plus puissantes du monde) exposent, à marée basse, un riche estran. Les vasières de la baie constituent une halte migratoire pour des milliers d'oiseaux de rivage, notamment des bécasseaux. D'août à septembre, d'innombrables oiseaux se nourrissent de petits crustacés, avant de poursuivre leur migration vers le sud. Les forêts du parc, caractérisées par l'épinette, la pruche, le bouleau blanc et le sapin, font partie de la RÉGION NATURELLE maritime de l'Atlantique.

Origines

Selon une légende du peuple MICMAC, les rochers de Hopewell seraient des humains qui vivaient autrefois dans la baie de Fundy, tenus en esclavage par d'énormes baleines. Un jour, en tentant de s'enfuir, ils se précipitèrent vers la plage, mais les baleines furieuses les rattrapèrent, les figeant à tout jamais sur la rive.

Les géologues ont une autre version des faits. Il y a 300 millions d'années, des torrents tumultueux ont dévalé les pentes des montagnes calédoniennes, emportant sable et gravier. Ces sédiments, déposés en couches, se sont transformés au fil du temps en grès et en conglomérat. Plus tard, la région a été soulevée et plissée par le jeu des forces internes de la Terre et soumise ensuite aux glaciations. Les strates rocheuses inclinées et traversées par des fractures verticales sont à l'origine de la forme rectangulaire des « pots de fleurs ».

Les eaux de fonte des glaciers ont ensuite érodé les rochers, formant petit à petit de hautes colonnes. Et quand la dernière couche de glace s'est retirée il y a 10 000 ans, les falaises et les rochers ont été exposés aux puissantes marées. Sur le littoral, les falaises sans cesse érodées deviendront un jour des « pots de fleurs », et les plus anciens finiront par s'écrouler sous la force des marées.