Parlement, bibliothèque du

Les éléments de la vaste collection de livres, de documents, de disques optiques et de bases de données sont soigneusement choisis pour répondre aux besoins de la clientèle parlementaire.

Reine Victoria, statue de la
De nombreux noms de lieux et de nombreuses statues commémorent la Reine Victoria (avec la permission de la Commission canadienne du tourisme).
Parlement, bibliothèque du
Ottawa (le panorama par Denis Tremblay, Labtex Inc.)
Bibliothèque du Parlement
(avec la permission des Archives nationales du Québec, Québec : P 1000, S4, D20, P11).

La fusion des bibliothèques parlementaires du Haut-Canada et du Bas-Canada, en 1841, est à l'origine de la bibliothèque du Parlement, située à Montréal. En 1849, les édifices du Parlement sont incendiés par une foule qui proteste contre le Loi d'indemnisation pour le Bas-Canada, et seuls 200 des 12 000 volumes échappent à l'incendie. Réinstallée à Ottawa après l'achèvement des premiers édifices du Parlement, la bibliothèque actuelle est le seul bâtiment qui reste après le désastreux incendie de 1916. La magnifique construction néo-gothique est préservée lorsqu'on bâtit les nouveaux édifices du Parlement.

Les éléments de la vaste collection de livres, de documents, de disques optiques et de bases de données sont soigneusement choisis pour répondre aux besoins de la clientèle parlementaire. Grâce à un système unifié de bibliothèque, les parlementaires peuvent consulter le catalogue automatisé à partir de leurs bureaux et les bibliothécaires des services de référence peuvent aussi consulter de nombreuses bases de données électroniques extérieures pour chercher et transmettre des renseignements. La Direction de la recherche fournit une aide considérable aux sénateurs, aux députés fédéraux et aux comités parlementaires par l'entremise de ses spécialistes dans divers domaines (p. ex. avocats, économistes, scientifiques, sociologues et spécialistes de questions d'intérêt public). Outre son rôle auprès du gouvernement, la bibliothèque sert aussi à diffuser des renseignements sur le Parlement du Canada aux Canadiens. D'autres bibliothèques peuvent avoir accès aux collections de la bibliothèque du Parlement grâce aux prêts interbibliothèques (certaines restrictions s'appliquent). Administrativement, la bibliothèque est considérée comme un ministère et relève de l'autorité du président de la Chambre des communes et du président du Sénat. Le bibliothécaire parlementaire a le statut de sous-ministre.

En 2002, une grande rénovation est entreprise en vue de conserver, réhabiliter et moderniser l'édifice. La collection et le personnel de la bibliothèque du Parlement déménagent temporairement. Au cours de la construction, des échafaudages d'acier d'un poids total de 70 tonnes sont utilisés, 4815 mètres cubes de roc sont excavés pour créer un nouveau sous-sol, 2075 mètres carrés de cuivre sont installés sur le toit et 147 vitraux sont réparés ou remplacés. Les travaux s'achèvent au printemps 2006. On s'est appliqué à conserver l'intégrité et le style du bâtiment victorien, mais la bibliothèque est maintenant dotée de contrôles mécanisés de température et d'humidité pour préserver la collection et protéger l'immeuble. Les installations permettant la consultation par les parlementaires et le public ont aussi été améliorées. Dans un sondage mené par la Canadian Broadcasting Corporation à l'été 2007, l'édifice est désigné parmi les « Sept merveilles du Canada », avec 7411 votes sur plus d'un million.