Percé

L'histoire de Percé est aussi ancienne que celle de la NOUVELLE-FRANCE. Jacques CARTIER y arrive en 1534, et des pêcheurs européens trouvent refuge dans la baie au XVIe et XVIIe siècles.


Percé

 Percé, ville du Qc; pop. 3419 (recens. 2006), 3614 (recens. 2001); const. en 1971. Percé est située à sur la côte sud-est de la GAPÉSIE. Les villages voisins de Barachois, Bridgeville, Cap-d'Espoir et Saint-Pierre-de-la-Malbaie ont été annexés à Percé en 1971. À elle seule, l'ancienne ville compte environ 1500 habitants. Ses paysages magnifiques attirent de nombreux visiteurs du monde entier. Elle tire son nom du ROCHER PERCÉ, qui domine les environs. Des dizaines d'espèces d'oiseaux affluent par milliers au Refuge d'oiseaux de l'îLE BONAVENTURE, situé à quelques kilomètres au large.

L'histoire de Percé est aussi ancienne que celle de la NOUVELLE-FRANCE. Jacques CARTIER y arrive en 1534, et des pêcheurs européens trouvent refuge dans la baie au XVIe et XVIIe siècles. Des missionnaires desservent ce poste de pêche depuis 1673, bien que la mission soit détruite en 1690 par des troupes anglaises et abandonnée jusqu'à la Conquête. Avec l'arrivée des LOYALISTES, Percé reprend vie.

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, l'économie locale repose presque exclusivement sur la pêche. C'est alors que la région commence à attirer des touristes et, de nos jours, l'économie repose largement sur le tourisme et la pêche. Des artistes québécois et canadiens de renom en ont fait un important centre artistique.