Les perdants magnifiques

Les perdants magnifiques (Paris, 1972, 1973) est un roman de Leonard Cohen, traduit de Beautiful Losers (Toronto et New York, 1966; Londres, 1970).

Les perdants magnifiques (Paris, 1972, 1973) est un roman de Leonard Cohen, traduit de Beautiful Losers (Toronto et New York, 1966; Londres, 1970). Le narrateur, un érudit, cherche à reconstituer la vie d'une sainte iroquoise, Catherine (Kateri) Tekakwitha. Il ressasse le souvenir de la mort de son épouse autochtone, Edith, et de son amant, le mystérieux « F », mentor et génie qui sait tout. Le récit de l'ascension de Catherine vers la sainteté se confond avec la béatification du narrateur, qui vit à notre époque, à partir du moment où il descend de la maison de F, construite dans un arbre, gagne Montréal en auto-stop et se transforme miraculeusement devant une foule ahurie, en plein boulevard Saint-Laurent.

Dans Beautiful Losers, la langue allie sérieux, sensualité et poésie. Cohen raconte comment l'histoire de Tekakwitha devient une source d'inspiration salvatrice pour le « perdant magnifique » qui, pour le bien de son corps et de son âme, invoque la vie de la sainte à la manière d'une prière. Ce roman a été traduit en japonais, en allemand, en hollandais, en suédois, en italien, en danois, en norvégien et en espagnol et en français.


Les oeuvres sélectionnées de
Les perdants magnifiques

Music of
Les perdants magnifiques