Instruments d'époque



Instruments d'époque

Voir aussi Festival international de musique baroque de Lamèque, Festivals, Instruments - Moyen Âge, Renaissance et Baroque,

Introduction
Des termes comme « musique ancienne », « instruments originaux » et « exécution d'époque » ont été utilisés à tort et à travers par les médias, l'industrie de la musique et les musiciens. Le présent article examine l'interprétation au Canada d'un répertoire allant d'environ 1600 à 1820 (périodes baroque, classique et celle des débuts du romantisme), utilisant des instruments (ou des répliques modernes), des techniques et des particularités de style issues d'une période donnée.

Les différences physiques entre les instruments de ces époques et leurs contreparties modernes incluent, pour les instruments à cordes frottées, l'emploi de cordes de boyau au lieu de cordes d'acier, l'absence d'une mentonnière pour les violons et altos et d'une pique pour les violoncelles; des archets plus courts et convexes et une tension réduite pour les cordes. Les bois ont moins de clés et parfois aucune; les cuivres n'ont pas de valves. Les anciens pianos ont un cadre de bois plutôt que de métal, des petits marteaux recouverts de cuir et un plus petit registre (5 octaves dans les années 1780, 6 à 6 1/2 au début des années 1800). Les ensembles jouant des instruments d'époque utilisent un diapason plus bas que le la moderne = 440; 415 est commun pour le répertoire baroque; 427 ou 430 pour la musique classique. Pour ce qui est de l'interprétation, les exécutants du répertoire d'époque favorisent une approche ampoulée, proche du parlé, telle que décrite dans de nombreux traités anciens et qui offre un contraste avec l'emphase du XIXe siècle mise sur les longues lignes mélodiques et la sonorité homogène. Un usage sélectif du vibrato, davantage un ornement plutôt qu'un élément constant, contribue aussi à mettre en valeur la sonorité distincte des instruments d'époque. Les orchestres sont généralement placés sous la direction du violon solo ou du claveciniste plutôt que sous celle d'un chef d'orchestre.

Vers la fin des années 1970 et durant les années 1980, le mouvement en faveur des instruments d'époque devint une composante importante de la vie musicale au Canada, comme ailleurs. Au Canada, une forte impulsion en sa faveur vint de mouvements européens (par exemple, l'Academy of Ancient Music de Londres fondée en 1973), mais le terrain avait été préparé par des pionniers comme Arnold Walter, qui jouait du clavecin et de la flûte à bec et qui encouragea de telles initiatives à Toronto; Rj Staples, qui utilisa des flûtes à bec dans les programmes de musique à l'école dès 1938; Mario Duschenes, qui commença à jouer et à enseigner les flûtes à bec à Montréal en 1948; Celia Bizony, qui fonda la schola cantorum de l'Université McGill et le groupe Musica Antica e Nuova en 1949 et 1951 respectivement; la claveciniste Greta Kraus; la violoncelliste et gambiste Peggie Sampson; et Rowland Pack, qui mit sur pied le premier de ses groupes de musique ancienne en 1955 avec sa femme Carol; et le flûtiste à bec Hugh Orr. Les violes de la Hart House se firent entendre à Toronto dans les années 1930 lors d'auditions du Cons. String Quartet. Wolfgang Grunsky, qui commença à enseigner la flûte à bec et la viole à Toronto en 1951, fut en 1953 le fondateur des Hart House Viols, un groupe qui, sous le nom de Hart House Consort of Viols, fut plus tard dirigé par Peggie Sampson. Parmi les élèves de Greta Kraus figurent Valerie Weeks, les gambistes Alison MacKay (de Tafelmusik et du Toronto Consort) et Cristel Thielmann (gambiste avec Tafelmusik dans ses premières années et plus tard active aux É.-U.). Christine Mather, cofondatrice du Manitoba University Consort avec Peggie Sampson en 1963, fut aussi impliquée dans l'établissement des programmes de musique ancienne à l'Université de Victoria et à l'Université Wilfrid Laurier.

Interprétation

Vancouver, Toronto et Montréal ont été les principaux centres d'exécution avec instruments d'époque. La Vancouver Society for Early Music a joué un rôle de premier plan, par ses saisons de concerts d'hiver et d'été qui ont présenté des interprètes renommés aux plans local et international; par sa publication trimestrielle, Musick (lancée en 1979); et par ses programmes d'été. La société et la SRC ont commandité de 1980 à 1989 une série de concerts baroques donnés par les cordes de l'Orchestre (de chambre) de la SRC à Vancouver, les musiciens utilisant des archets baroques et des cordes de boyau. Ces concerts et émissions radiophoniques furent organisés alors que John Eliot Gardiner était dir. de l'orchestre et furent continués après son départ avec des solistes et chefs invités tels que Nancy Argenta, Monica Huggett, Ton Koopman et Stanley Ritchie. Ces concerts furent discontinués en 1989 à la fondation du Pacific Baroque Orchestra, un petit orchestre d'instruments d'époque dirigé par le violoniste Marc Destrubé, qui donna son concert inaugural à l'Université de la Colombie-Britannique le 21 avril 1989 (également parrainé par la société et la SRC).

À Vancouver, les groupes de musique de chambre ont inclus Hortulani Musicae (Ray Nurse), le Cecilian Ensemble (David Skulski) et Musick Masters (comprenant en 1989 la flûtiste Geneviève Blanchard de Calgary, le violoncelliste Martin Bonham de Victoria et la claveciniste Doreen Oke de Vancouver). Parmi d'autres interprètes importants figurent le flûtiste à bec Peter Hannan et la claveciniste Martha Brickman (gagnante au concours de Bruges).

À Winnipeg, le MusikBarock Ensemble, fondé en 1989 et dirigé par le claveciniste Eric Lussier, utilise un mélange d'instruments d'époque et d'instruments modernes, avec l'intention de constituer un ensemble entièrement formé d'instruments d'époque. Lussier et la claveciniste Janet Scott ont aussi fondé la Manitoba Harpsichord Assn au milieu des années 1980.

À Toronto, Tafelmusik, fondé en 1978 par Kenneth Solway (flûte à bec, hautbois) et Susan Graves (basson), a su attirer des interprètes locaux et des invités. Baroque Music Beside the Grange, fondé en 1984 par Alison Melville (flûte à bec, flûte) et Colin Savage (flûte à bec, clarinette classique), a présenté annuellement une série de concerts de musique de chambre (3 concerts en 1984, 12 en 1990). D'autres ensembles de Toronto incluent Musick Fyne, fondé en 1984 sous le nom de Musiconsort (Melville et Savage avec Terry McKenna, luth et théorbe, Valerie Weeks, clavecin, Mary-Enid Haines, soprano, et, au début, Jennifer Huggett, gambe); les Coucous bénévoles (Colin Tilney, clavecin, Alissa Poole, flûte, Nan Mackie, gambe, David Greenberg, violon); et le Classical Trio (Jean Lamon, violon, Christina Mahler, violoncelle, Boyd McDonald, pianoforte). Parmi d'autres interprètes actifs à Toronto, on note Steven Martin, violon, Elizabeth Keenan, clavecin, et Susan Prior, flûte à bec et flûte. Jaak Liivoja-Lorius (Tallinn, Estonie, 20 janvier 1941), violoniste et altiste baroque, ouvrit dans les années 1980 un commerce de violons à Toronto, Liivoja-Lorius Strings; il fut corédacteur de la revue The Strad (1982-85) et il a signé des articles sur le violon et son histoire dans diverses publications, dont 160 articles dans The New Grove Dictionary of Musical Instruments. Les chanteurs de Toronto spécialisés dans la technique et le style baroques incluent la mezzo-soprano Laura Pudwell, les ténors David Arnot et David Fallis et les haute-contres Stratton Bull et Theodore Gentry. Dans la musique chorale, la Toronto Chamber Society, fondée en 1969 et dirigée à partir de 1984 par David Fallis, et le Tafelmusik Chamber Choir, fondé en 1981, se sont spécialisés dans le répertoire et la technique du XVIIIe siècle. Ailleurs en Ontario, Ruth et Ronald Moir, autrefois de Winnipeg et Toronto mais vivant à Owen Sound en 1991, et Boyd McDonald de Kitchener-Waterloo se sont distingués par des concerts et des conférences sur des pianofortes du XVIIIe siècle et des débuts du XIXe. Parnassus, un orchestre de chambre dirigé par David Lenzon, a été actif à London, Ont.

À Montréal, les groupes utilisant les instruments d'époque incluent, outre le Studio de musique ancienne de Montréal, fondé en 1974, l'Ensemble Arion et l'Ensemble Les Nations de Montréal, tous deux fondés en 1981. Parmi les interprètes, on remarque les claviéristes Hendrick Bouman (ancien membre de Musica Antiqua Köln), Kenneth Gilbert, John Grew, Bernard et Mireille Lagacé, Réjean Poirier et Geneviève Soly (née Lagacé), qui a fondé la série de concerts Les Idées heureuses; les instrumentistes à vent Marie-France Richard (hautbois), Bruce Haynes (hautbois) et Claire Guimond (flûte); les instrumentistes à cordes Mary Cyr (gambe), Chantal Rémillard (violon), Jean-François Rivest (violon; établi à Montréal et Chicoutimi), Marcel Saint-Cyr (gambe, violoncelle, baryton) et Nicole Trottier (violon); les chanteurs Alan Fast, Danièle Forget et Valerie Kinslow. À Québec, l'Ensemble Nouvelle-France fut fondé en 1977, et les Violons du Roy, en 1984.

Parmi les interprètes canadiens qui ont acquis une renommé internationale, on remarque les sopranos Nancy Argenta et Suzie LeBlanc (toutes deux établies à Londres en 1991) et la mezzo-soprano Catherine Robbin.

Danse et opéra

Les instrumentistes et chanteurs canadiens ont étudié la danse baroque avec Elaine Biagi-Turner à Toronto et Ottawa ainsi qu'avec Catherine Lee à Vancouver, afin de comprendre la gestuelle de la musique baroque profondément enracinée dans la danse. Venue des É.-U. à Toronto en 1977, Biagi-Turner est la fondatrice (1981) et dir. artistique de la compagnie Danse Baroque; elle enseigne la danse et le geste baroques en cours particulier, à l'Université York, à l'Université Wilfrid Laurier durant l'été et à plusieurs collèges des É.-U. Opera Atelier, fondé à Toronto en 1985 par Marshall Pynkoski et Jeannette Zingg, présente des spectacles d'opéra, de ballet et de théâtre des XVIIe et XVIIIe siècles avec une documentation historique appropriée. Danse Baroque, Opera Atelier, et Dance historia de Catherine Lee à Vancouver utilisent tous des orchestres ou ensembles d'instruments d'époque dans leurs productions.

Éducation

L'étude de l'exécution et de l'interprétation des oeuvres en utilisant des instruments d'époque a connu un retard qui la situe loin derrière l'acceptation populaire du mouvement. En 1990, très peu d'établissements scolaires avaient des programmes significatifs tout au long de l'année; c'est ainsi que la quasi totalité des praticiens les plus éminents du Canada avaient reçu leur formation spécialisée à l'étranger, particulièrement aux Pays-Bas.

L'Université McGill avait en 1990 un programme digne de mention en interprétation d'époque; le corps enseignant incluait Mary Cyr, musicologue et interprète (viole de gambe), et John Grew (clavecin et orgue). Parmi les diplômés du programme, on remarque Alan Fast (voix), Hank Knox (clavecin) et Claire Guimond (flûte). L'Université Laval a profité d'une succession d'éminents professeurs de clavecin, dont Kenneth Gilbert, Scott Ross et Hendrick Bouman.

Les ateliers d'été, généralement d'une durée de deux semaines, sont un fil important et parfois coloré dans la tapisserie des instruments d'époque et de la musique ancienne. Deux exemples ont été le Vancouver Early Music Program et le Baroque and Classical Workshop de l'Université Wilfrid Laurier. Le premier est le plus imposant, incluant des cours sur la Renaissance et le Moyen Âge ainsi que sur le Baroque. Le cours de Wilfrid Laurier peut compter comme crédit universitaire et comporte un concours annuel concerto-aria. Les deux ateliers attirent des étudiants des États-Unis et de tout le Canada et offrent des occasions de rencontres entre professionnels et amateurs. Ils permettent aussi aux musiciens modernes d'explorer les instruments baroques et l'interprétation pour des périodes courtes mais intensives et sont souvent le point de départ d'études additionnelles et d'une éventuelle spécialisation. Le Vancouver Early Music Program, issu d'un cours d'été de niveau amateur inauguré par Christine Mather à l'Université de Victoria en 1976, a généralement fait appel à des professeurs d'Europe (dont Sarah Cunningham, Monica Huggett, Ton Koopman), alors que Wilfrid Laurier a engagé les meilleurs exécutants au Canada (Colin Tilney, la violoniste Jean Lamon et la violoncelliste Christine Mahler). CAMMAC a offert des cours d'interprétation de musique ancienne au Québec et en Ontario.

Accueil et influence

Au Canada comme ailleurs, le mouvement en faveur des instruments d'époque a soulevé une controverse considérable. Cela était plus évident dans les premières années, alors que les exécutants arrivaient fréquemment à s'en tirer dans des eaux relativement inexplorées, tandis que les critiques pénétraient dans la salle de concert résistants ou mystifiés face au son et au style des exécutions d'époque. Mais au fur et à mesure que le mouvement gagnait en popularité et en prestige, son influence grandissait au même rythme. Dans son compte rendu d'une exécution de Dana Maiben, une violoniste baroque des É.-U., le critique Arthur Kaptainis fit l'éloge de « sa dextérité et sa verve », mais trouva que « l'absence de vibrato rendait sa sonorité... un peu rigide » (Globe and Mail, Toronto, 12 janvier 1981). Mais en 1988, dans le même quotidien, Robert Everett-Green reprocha à un ensemble d'instruments modernes sa conception romantique de Purcell : « La pleine sonorité des cordes et un vibrato généreux étaient là déplacés tout comme une riche sauce de boeuf accompagnant une truite grillée. Il fut un temps où cette sorte de cuisine avait sa place dans les salles de concert, mais plus maintenant » (26 novembre 1988).


Lecture supplémentaire

  • Bernstein, Tamera. '"Baroquies" gather to live and learn early music,' Toronto Globe and Mail, 1 Jul 1989

    Eatock, Colin. 'The "authentic" performance debate,' Music , vol 11, Feb 1988

    Sawyer, John E. 'Historical performance: a viewpoint,' Music , vol 11, Oct 1988

    Lawless, Lyndon. 'Why original instruments?' Continuo, Jun 1982

    Cyr, Mary. 'Early music: a threat?' Music, vol 13, Feb-Mar 1990

    PERIODICALS

    Continuo, Toronto, 1972- ; published in Bath, NY from vol 13, no. 6 (Dec 1989)

    Musick, Vancouver, 1979-

    Le Tic-Toc Choc, Montreal, 1979-87; continued by Journal de musique ancienne, Montreal, 1987-9

Liens externes