Permanence

On entend généralement par permanence (ou titularisation) le fait d'être titulaire d'un poste assuré au sein d'un établissement ou d'un réseau d'enseignement. Toutefois, ce terme peut aussi désigner la durée de service d'une personne dans un poste ou un réseau particulier.

Permanence

On entend généralement par permanence (ou titularisation) le fait d'être titulaire d'un poste assuré au sein d'un établissement ou d'un réseau d'enseignement. Toutefois, ce terme peut aussi désigner la durée de service d'une personne dans un poste ou un réseau particulier. Habituellement associée aux nominations de membres du corps professoral au niveau universitaire ou collégial, l'attribution de la permanence par un établissement signifie que la personne qui en bénéficie est nommée à vie et que son service ne peut prendre fin que si elle démissionne, part à la retraite ou est renvoyée pour des motifs valables après avoir comparu devant un comité.

Les professeurs d'universités et de collèges considèrent que la permanence est essentielle, car elle leur permet d'exercer librement, mais de manière responsable, le droit de critiquer leur établissement et tous les aspects de la société sans craindre d'être renvoyés. Au Canada, l'un des cas de permanence qui a connu le plus de retentissement est celui de Frank UNDERHILL, un professeur d'histoire de l'U. de Toronto dont le conseil des gouverneurs avait demandé la démission en raison de déclarations intempestives sur l'évolution des relations du Canada avec la Grande-Bretagne et les États-Unis. En dépit d'une énorme controverse, le professeur Underhill conserva son poste, ce qui signifia clairement au monde universitaire canadien et à la population que, dans ce domaine, la permanence tenait toujours, même en temps de guerre.

Les professeurs maintiennent que la permanence est essentielle pour soutenir la liberté intellectuelle et la dissidence, particulièrement dans les institutions qui dépendent du soutien financier des gouvernements et de donateurs privés. La permanence accorde aux professeurs la liberté de poursuivre des programmes de recherche sur des problèmes à long terme, et leur permet de publier des conclusions critiques. Certains soutiennent que l'entreprise académique est un partenariat entre les administrateurs des établissements et les professeurs titulaires. Malgré les solides arguments énoncés par les universitaires pour la défense d'un système de permanence, cela demeure toujours un point de discussion et de débat. Certains affirment que la titularisation des professeurs permet à ceux-ci de devenir improductifs et empêche les jeunes membres du corps professoral d'être employés dans des postes à temps plein. Les effets d'une telle pratique risquent moins d'être néfastes en période d'expansion et de multiplication des universités et des collèges (comme dans les années 50 et 60 au Canada) qu'en période de croissance limitée ou de réduction (années 70, 80 et 2000). Pour contrer ces effets, certains ont prôné l'abolition des postes permanents et l'introduction de contrats d'une durée limitée ou de processus d'examen post-titularisation. La justification de la permanence continue de faire partie des discussions en cours sur la restructuration du monde académique.

Voir aussi LIBERTÉ UNIVERSITAIRE.