Peter Robinson

Peter Robinson, romancier (né le 17 mars 1950 à Castleford, dans le Yorkshire, en Angleterre).

Peter Robinson grandit à Leeds, en Angleterre. Après un baccalauréat en littérature anglaise avec distinction à l’université de Leeds, il déménage au Canada et obtient une maîtrise en anglais et en création littéraire à l’Université de Windsor sous la direction de Joyce Carol Oates avant de décrocher un doctorat en anglais à l’Université York en 1983. Par la suite, il enseigne dans plusieurs collèges et universités de Toronto et occupe le poste d’écrivain en résidence à l’Université de Windsor de 1992 à 1993.

Les romans policiers de Peter Robinson (voir aussi Littérature populaire de langue anglaise) qui lui attirent de nombreux éloges se distinguent par des protagonistes que l’auteur dote de personnalités extrêmement nuancées et décrites dans les moindres détails. Presque tous ses romans ont pour héros l’inspecteur Alan Banks, qui devient par la suite inspecteur‑chef, un personnage qui a plus que de vagues points communs avec l’écrivain lui‑même, notamment une passion pour le jazz et une solide culture en la matière ainsi qu’un attachement résolu à sa famille. En outre, dans ses descriptions, l’auteur peut s’appuyer sur une connaissance approfondie des Yorkshire Dales où il a passé une grande partie de sa vie, ce qui permet aux lecteurs de s’imprégner de l’âme des lieux de façon tout à fait convaincante. Si l’on ajoute, à tous ces éléments, le talent du romancier pour les intrigues subtiles, il n’est pas étonnant que la série lui vaille un lectorat fidèle et nombreux.

La moisson pléthorique, qui continue de s’enrichir, de prix littéraires décrochés par Peter Robinson constitue une référence pour tous les écrivains de romans policiers en herbe du monde entier. C’est en 1987 que les amateurs de romans policiers peuvent faire connaissance avec Alan Banks dans le premier opus de l’auteur, Gallows View. Finaliste du prix John‑Creasey au Royaume‑Uni et du prix du meilleur premier roman de la Crime Writers of Canada (CWC), cette œuvre est suivie, en 1988, d’une nouvelle aventure de l’inspecteur Alan Banks, parue sous le titre A Dedicated Man, qui marque l’entrée en lice du romancier pour le prix Arthur‑Ellis du meilleur roman attribué par la CWC; c’est finalement avec le cinquième opus de la série, Past Reason Hated, qu’il décroche la timbale en 1992. Peter Robinson continue à asseoir sa réputation sur la scène internationale tout au long des années 1990 et au début du 21e siècle. En 1996, le huitième roman de la série mettant en scène l’inspecteur Banks, Innocent Graves, est sélectionné pour le prix Hammett attribué par l’International Association of Crime Writers qui récompense l’excellence dans le domaine de la littérature policière, tout en permettant à l’auteur de décrocher un deuxième prix Arthur‑Ellis. In a Dry Season (trad. Saison sèche), la dixième aventure de la série, permet à l’auteur de recevoir le prix Anthony et le prix Barry du meilleur roman et d’être en lice pour les prix Edgar, Hammett, Macavity et Arthur‑Ellis, tout en remportant, en 2001, le Grand Prix de littérature policière en France et le prix Martin Beck en Suède. Son livre suivant, Cold is the Grave, se voit octroyer un prix Arthur‑Ellis et obtient, en 2006, le prix danois Palle‑Rosenkrantz. En 2002, l’auteur reçoit le prix Dagger in the Library de la Crime Writers’ Association basée au Royaume-Uni. Ce prix est décerné par les bibliothécaires à l’auteur dont l’œuvre donne le plus grand plaisir aux lecteurs.

Peter Robinson fait évoluer, à dessein, son héros Alan Banks au fil de ses nombreux romans. Les goûts musicaux éclectiques de l’inspecteur, qui vont du rockau classique en passant par le jazz, s’appuient sur les propres préférences et connaissances de l’auteur. Dans le deuxième ouvrage de la série publié en 1998, A Dedicated Man, Banks est décrit comme un « flic dévoué aux tendances socialistes », un portrait qui annonce déjà le personnage emblématique de « Monsieur tout le monde » qu’il va devenir au fur et à mesure de son évolution. Les difficultés qu’éprouve l’inspecteur dans ses relations avec sa femme Sandra constituent l’une des intrigues secondaires récurrentes de l’opus de 1994 Dry Bones that Dream,préfigurant l’effondrement de son mariage, en 1997, dans Dead Right. Au début d’In a Dry Season, paru en 1999, Sandra a quitté Banks, créant chez lui un immense vide émotionnel, tout en lui offrant la possibilité d’approfondir ses liens avec Annie Cabot, une sergente‑détective récemment arrivée dans son équipe. Dans Bad Boy, un roman de 2010, alors que l’inspecteur est en vacances, Annie doit faire face à une affaire extrêmement complexe dans laquelle la propre fille de Banks joue un rôle, ce qui va mettre leur relation à dure épreuve. Les romans de l’auteur sont une source de plaisir non seulement pour les amateurs de romans policiers, mais également pour tous ceux qui apprécient le roman en général.

En 2006, Peter Robinson est invité, en signe de reconnaissance pour l’ensemble de son œuvre, à devenir membre du prestigieux Detection Club, une association créée en 1930 par des auteurs britanniques de tout premier plan comme Agatha Christie et Dorothy L. Sayers. Ses livres sont traduits dans plus de 20 langues et font, en permanence, partie des livres les plus vendus au Royaume‑Uni. Les ouvrages de l’auteur apparaissent également dans la liste étendue des meilleures ventes aux États‑Unis, publiée par le New York Times, ainsi que dans celle des succès de librairie canadiens de langue anglaise. Plusieurs romans mettant en scène l’inspecteur Banks sont adaptés pour la télévision et diffusés à partir de 2013 au Canada, une deuxième série étant en cours de production. Outre la célèbre série, Peter Robinson est également l’auteur d’un roman indépendant, Caedmon’s Song, paru en 1990, de deux recueils de nouvelles, Not Safe After Dark en 1998 et The Price of Love en 2009, et d’ouvrages de poésie, With Equal Eye sorti en 1979 et Nosferatu: A Duologue paru en 1982, ainsi que d’articles sur l’écriture. L’écrivain partage actuellement son temps entre Toronto et Richmond dans le North Yorkshire.