Peter Skene Ogden

Peter Skene Ogden, commerçant de fourrures et explorateur (né en 1790 à Québec, au Québec; décédé le 27 septembre 1854 à Oregon City, en Oregon).



Portrait of fur trader and explorer Peter Skene Ogden

Peter Skene Ogden est l’une des plus importantes et des plus turbulentes figures de la traite des fourrures en Amérique du Nord au cours de la première moitié du 19e siècle. Il passe ses premières années dans la traite des fourrures (de 1809 à 1821) à l’emploi de la Compagnie du Nord-Ouest. Il s’y fait une réputation peu enviable d’homme violent, ce qui repousse de deux ans sa nomination comme chef de poste par la Compagnie de la Baie d’Hudson, après la fusion des deux compagnies en 1821. En 1824, il commence une série d’expéditions de trappage dans la région de la rivière Snake. Comme il est tenu pour acquis que cette région au sud du fleuve Columbia est destinée à passer en territoire américain, Ogden reçoit l’ordre de la vider de tout ce qu’il y à trapper. Ce qu’il fait, et plus encore, car au cours de ses six expéditions, il apprend à connaître la mystérieuse géographie de cette région mieux que tout autre explorateur. Au nord de l’Utah, une ville, une vallée, un canyon et une rivière aujourd’hui portent son nom.

Il surmonte les périls naturels, triomphe des commerçants américains rivaux et, malgré des conflits avec des Autochtones, devient la première personne d’origine européenne à atteindre la rivière Humboldt. Il aperçoit également le Grand Lac Salé et atteint probablement la partie inférieure du fleuve Colorado dans sa dernière expédition, en 1830. De 1831 à 1844, il trappe en Colombie-Britannique, à partir du fort Simpson au début. Promu agent principal en 1834, il commande pendant dix ans le district de la Nouvelle-Calédonie où, pour la première fois, il n’est pas confronté à une concurrence directe. En 1845, il est affecté au fort Vancouver sur la partie inférieure du fleuve Columbia laquelle, en vertu du Traité de l’Oregon conclu l’année suivante, est en territoire américain. De sorte qu’il passe les dernières années de sa carrière dans une région sous autorité étrangère, où les colons et les prospecteurs sont plus visibles que les commerçants de fourrures et les Autochtones.