Peterborough

Peterborough, ville de l'Ontario; pop. 78 698 (recens. 2011), 75 406 (recens. 2006); const. en 1905. Peterborough est située sur la rivière Otonabee, à environ 40 km au nord du lac Ontario et 110 km au nord-est de Toronto.


Peterborough

Peterborough, ville de l'Ontario; pop. 78 698 (recens. 2011), 75 406 (recens. 2006); const. en 1905. Peterborough est située sur la rivière Otonabee, à environ 40 km au nord du lac Ontario et 110 km au nord-est de Toronto. Chef-lieu du comté de Peterborough, il s'agit de la plus grande ville sur le CANAL TRENT et du centre régional de la zone de villégiature desLACS KAWARTHA.

Fondation et développement

Fondée en 1825, Peterborough est baptisée ainsi l'année suivante d'après Peterborough, au New Hampshire, et en l'honneur de Peter ROBINSON, responsable de l'établissement d'un grand nombre d'immigrants irlandais dans la région. Son histoire est liée aux voies navigables et aux forêts et à sa proximité avec Toronto. Cet endroit, Nogojiwanong, situé à l'extrémité du long portage au lac Chemung, était très fréquenté par les Mississaugas et leurs ancêtres et a été visité par Samuel de CHAMPLAIN en 1615. Durant la colonisation par les Européens, la ville devient rapidement le centre administratif de la région située au nord du lac Rice, surtout avec l'installation de la colonie Robinson et la création du district de Colborne, en 1842. Elle est constituée en tant que ville en 1850. Le développement de la culture du BLÉ Red Fife dans la région apporte une importante contribution à l'agriculture du Canada, mais le bois d'oeuvre reste la source de richesse la plus importante pendant plus d'un demi-siècle.

Dans les années 1870, Peterborough était devenue le principal producteur de bois d'oeuvre de l'Ontario, expédiant annuellement plus de 236 000 m3 de pieds-planche aux grossistes américains. Le développement subséquent de l'hydroélectricité le long du système Trent (avant les CHUTES NIAGARA), ainsi que des primes et des concessions municipales généreuses, attirent d'importants fabricants, y compris Edison Electric (plus tard, Générale Électrique du Canada Inc.) et Quaker Oats. Avec la venue d'entreprises comme Fisher Gauge, la ville demeure un centre manufacturier majeur. Toutefois, depuis les années 1960, de grandes entreprises y ont cessé leurs activités. Bien que la proportion des travailleurs d'usine ait diminué, la diversité des employeurs a augmenté. L'UNIVERSITÉ TRENT et le Sir Sandford Fleming College font de la ville un centre éducatif majeur. Des écrivains sont également associés à la ville, dont Catharine Parr TRAILL, Robertson DAVIES et Margaret LAURENCE; des capitalistes aussi, comme sir Joseph FLAVELLE et George A. COX; un ingénieur, Sir Sandford FLEMING; ainsi qu'un homme politique, Lester B. PEARSON, qui y a étudié.

Paysage urbain

Peterborough, nichée dans la vallée de la rivière Otonabee, se mélange avec les collines onduleuses d'un important champ de drumlins. Deux îlots de bâtiments impressionnants, datant d'avant la Confédération et comprenant des édifices de pierre taillée des années 1830, ainsi que plusieurs résidences imposantes témoignent de sa prospérité acquise au cours du XIXe siècle. La ville s'étale sur des terres qui faisaient anciennement partie des cantons de Smith, Douro, Otonabee et North Monaghan. Bien que certaines annexions aient lieu dans les années 1870, la plupart seront effectuées après la Deuxième Guerre mondiale. La croissance résidentielle a surtout eu lieu dans le nord et l'ouest dans les années 1960, mais, plus récemment, c'est dans l'ouest et le sud qu'elle s'est installée. Le canal et les terrains marécageux ont longtemps défini la limite septentrionale de la ville, mais des lotissements importants s'étendent encore plus à l'est.

Les merveilles d'ingénierie de la plus haute écluse-ascenseur du monde, la Fontaine du Centenaire, sur le canal Trent, et l'Université Trent, reconnue pour son architecture, sont le reflet de changements constants. À l'opposé, les pétroglyphes et le TUMULUS DU SERPENTdes environs datent d'au moins un millier d'années.

Population

Avant la Première Guerre mondiale, la population double tous les 20 ans grâce au bois d'oeuvre et à l'industrie manufacturière, ainsi qu'à l'annexion d'Ashburnham (pop. est. à 2000) en 1904. La ville passe ainsi de 4 611 habitants (recens. 1871) à 18 360 (recens. 1911). Bien que modeste depuis, sa croissance démographique est quand même la plus rapide de l'Est de l'Ontario (sauf Ottawa) en raison de l'expansion de l'industrie manufacturière dans les années 1960 et des perspectives plus récentes dans les domaines de l'éducation, du tourisme et du commerce.

La population de Peterborough a la caractéristique d'être très représentative de la population du pays en général en matière de religion, de profession et d'ethnie, ce qui en fait une circonscription baromètre aux élections provinciale et fédérale et un endroit privilégié pour les études de marché auprès des consommateurs. Cela a quelque peu changé depuis 1990, car le revenu familial moyen a baissé sous les moyennes provinciale et nationale et la proportion de la population âgée de plus de 60 ans est plus élevée. La diversité de la main-d'oeuvre n'en demeure pas moins une réalité.

Économie et transports

Depuis les années 1960, outre l'industrie manufacturière, les établissements d'enseignement, les compagnies d'assurance, les centres commerciaux et les attractions touristiques exercent un impact assez considérable. L'agriculture mixte demeure une caractéristique de la région.

Peterborough longe la Transcanadienne et profite d'un accès à Toronto par une autoroute à voies multiples Un service d'autobus express la relie à Toronto, mais elle a perdu son service d'autorail en 1993; l'espoir qu'il soit rétabli subsiste.

Peterborough, qui a eu une liaison ferroviaire dès 1854, était un important carrefour ferroviaire des années 1870 aux années 1920. Depuis le milieu des années 1950, le réseau de voies ferrées s'est atrophié et il n'y a plus de gare en service. L'ancienne gare du Canadien Pacifique, construite en 1884 quand Peterborough était une étape majeure sur la ligne reliant Montréal à Toronto, a été restaurée et la chambre de commerce locale s'y est installée.

Gouvernement et politique

Depuis les échecs du chemin de fer dans les années 1850, l'histoire de la ville est marquée par les restrictions financières. Après 1861, les finances de la ville sont confiées pendant 80 ans à une commission fiduciaire. De façon générale, Peterborough favorise le système des quartiers et s'est toujours opposée aux tentatives provinciales pour en faire un gouvernement régional et l'inciter à abandonner son statut de canton-comté. Depuis 1905 au provincial et 1911 au fédéral, la circonscription est conservatrice, à quelques rares exceptions près. Cependant, lors d'élections entraînant un changement du parti au pouvoir, elle a généralement élu le candidat du parti gagnant et ce, aux deux paliers de gouvernement. Grâce au passage à des élections tous les trois ans, certains politiciens parviennent à se faire réélire depuis longtemps, notamment Jack Doris (depuis 1967) et Sylvia Sutherland (depuis 1984).

Vie culturelle

Peterborough a une vie culturelle très animée. À preuve, elle compte plusieurs écrivains à succès, des maisons d'édition, un orchestre symphonique, une guilde de théâtre, le 4th Line Theatre et d'autres troupes professionnelles, des galeries d'art publiques et privées ainsi que plusieurs organismes patrimoniaux et historiques, dont le Hutchison House Museum et le Peterborough Centennial Museum and Archives (musée du centenaire et archives de Peterborough). Grâce aux généreux efforts de la collectivité, la ville a pu acquérir une collection majeure de photographies (celle du Roy Studio, s'échelonnant sur trois générations, et restaurer le Market Hall (1889), un lieu historique incontournable. Longtemps reconnue comme la Mecque du CANOT au Canada et dans la région, la ville est maintenant le foyer du Canadian Canoe Museum (musée canadien du canot). On y organise un carnaval d'hiver, le Snofest, et son Festival of Lights est un festival de la musique et de l'eau qui dure tout l'été, près de Little Lake.

Les équipes amateurs de Peterborough ont remporté des titres nationaux au hockey junior, à la crosse et en nage synchronisée. En 1980 et 1986, elle accueillait les Jeux d'été de l'Ontario et, en 1998, les Jeux d'hiver de l'Ontario. Le Peterborough Sports Hall of Fame (temple de la renommée sportive de Peterborough) est situé au Memorial Centre, récemment rénové. C'est aussi là que joue l'équipe de hockey junior de Peterborough, les Petes, depuis 1954. La ville a aménagé plusieurs sentiers pédestres et pistes cyclables le long de ses anciennes voies ferrées et dans le pittoresque cimetière historique de Little Lake (1851).


Lecture supplémentaire

  • R. Borg, ed, Peterborough, Land of Shining Waters (1967); A.O.C. Cole, ed, Illustrated Historical Atlas of Peterborough County 1825-1875 (1975); Elwood H. Jones and Bruce Dyer, Peterborough: The Electric City (1987); Jones, Winners: 150 Years of the Peterborough Exhibition (1995); Heritage Gazette of the Trent Valley (quarterly, 1987-).

Liens externes