Plantes vénéneuses

Propriétés toxiquesLes réactions toxiques sont causées par des composés chimiques produits par les plantes ou tirés du sol. Ces composés produisent des réactions physiologiques indésirables chez les humains ou les animaux.

Ariséma rouge-foncé
L'ariséma rouge foncé (dont on voit ici le fruit)contient des cristaux d'oxalate de calcium qui provoquent des sensations de brûlure quand on y goûte (photo de Dan Schneider).

Plantes vénéneuses

 La plupart des grands groupes de végétaux (voirPLANTES) comprennent des espèces qui peuvent provoquer des réactions toxiques chez les humains et les animaux allant d'un simple malaise à des dommages aux organes et parfois même jusqu'à la mort. Les poisons peuvent être absorbés par la peau, ingérés ou inhalés. Les plantes non vénéneuses et les produits des plantes (p. ex. épines, aiguillons, aiglants) peuvent causer de simples blessures suivies d'une infection.

Propriétés toxiques
Les réactions toxiques sont causées par des composés chimiques produits par les plantes ou tirés du sol. Ces composés produisent des réactions physiologiques indésirables chez les humains ou les animaux. Ces types de composés comprennent les alcaloïdes (substances semi-alcalines au goût âcre contenant de l'azote) contenus dans toutes les parties de la plante sous forme de sels acides organiques solubles, de polypeptides et amines (substances organiques contenant de l'azote), de glycosides (composés s'altérant pour former des sucres et des aglycones toxiques), d'oxalates (sous forme de sels solubles ou non solubles), de sels de calcium non solubles (irritants pouvant se déposer dans les reins), de résines ou résinoïdes (qui irritent les tissus musculaires), de phytotoxines ou de toxalbumines (protéines qui agissent comme enzyme) qui altèrent les protéines naturelles, causant une accumulation d'ammoniaque et une carence en protéines. Beaucoup de plantes absorbent des minéraux (cuivre, sélénium, plomb, molybdène, nitrates ou nitrites) du sol en quantités suffisantes pour causer un empoisonnement lorsqu'elles sont ingérées (p. ex. par les animaux au pâturage).

 Allergies
De nombreuses personnes sont sensibles aux substances végétales. Les substances transportées par l'air (p. ex. les spores des CHAMPIGNONS, les ALGUES terrestres, les grains de pollen) causent le rhume des foins. Le pollen, la partie de la plante qui produit les gamètes mâles, représente un problème important pour plusieurs personnes. Le pollen qui provoque les allergies est produit par les espèces de plantes anémophiles, qui libèrent habituellement de grandes quantités de pollen dans l'environnement. Au Canada, les arbres à floraison précoce, au printemps, produisent du pollen qui peut causer des réactions. Au milieu de l'été, les réactions sont provoquées par le pollen de GRAMINÉES. En automne, ce sont les plantes herbacées qui sont en cause, particulièrement le pollen de l'HERBE À POUX. On trouve peu d'herbe à poux au Canada, car la longueur des jours ne convient pas à des latitudes plus hautes pour la croissance de la plante. On la retrouve dans le sud de l'Ontario et du Québec. Les allergies sont rarement mortelles, mais elles entraînent beaucoup de désagrément.

 Dermatite
Plusieurs plantes dont l'HERBE À PUCE (ou SUMAC vénéneux), le sumac lustré et la primevère peuvent causer des irritations de la peau (rougeur, démangeaison ou cloques). Cette irritation est souvent le résultat d'une réaction allergique causée par le contact avec un composé produit par la plante. Le niveau de sensibilité aux plantes causant la dermatite n'est pas le même pour tous. La gravité dépend du degré de contact. Le contact avec la grande ortie (genre Urtica), l'ortie des bois (genre Laportea) et les tiges velues de certaines espèces de benoîte (genre Geum) peut causer un malaise temporaire. La grande ortie possède de petits poils qui injectent divers poisons au contact de la peau.

 Empoisonnement
Un empoisonnement ne peut survenir que si la plante ou une partie de celle-ci est ingérée. Les humains peuvent l'éviter avec les connaissances appropriées, mais les animaux peuvent en manger dans les pâturages. Les animaux apprennent par contre à éviter les plantes vénéneuses. On observe ce fait dans les champs où les animaux ont tout brouté à l'exception des plantes vénéneuses. La gravité de l'empoisonnement dépend du type de plante et de la quantité consommée, de l'étape du cycle végétatif, de l'état de santé et de l'âge de la personne ou de l'animal. Certaines plantes toxiques sont utilisées de façon récréative comme drogues, comme la marijuana (Cannabis sativa, famille des Cannabaceae), et entraînent, après inhalation, des hallucinations, des délires, la vision trouble et une mauvaise coordination.

Blessures corporelles
Bien que non vénéneuses, certaines plantes causent des blessures internes ou externes suivies d'infection. L'AUBÉPINE (genre Crataegus), la ROSE (genre Rosa) et la mûre sauvage (genre Rubus) dans la famille de la rose (Rosaceae) et le CHARDON dans la famille du tournesol ont des épines saillantes. L'aralie épineuse de la côte Ouest (espèce Oplopanax horridus) est entièrement épineuse et forme des taillis. Les barbes de graminées comme celles de l'orge sauvage (genre Hordeum), du brome de Pumpnell (genre Bromus), du chiendent (genre Agropyron) et de la stipe (genre Stipa) peuvent se loger dans la gorge des animaux. La lampourde (genre Xanthium, famille Asteraceae) et la bardane (genre Arctium, famille Asteraceae) ont des fruits épineux qui peuvent entraîner des blessures à la bouche et à l'intestin s'ils sont ingérés. La molène (genre Verbascum, famille Scrophulariaceae), le trèfle incarnat et le TRÈFLE des champs (genre Trifolium, famille Leguminosea ou Fabaceae) peuvent former des boules dans l'estomac des animaux.


En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • John M. Kingsbury, Poisonous Plants of the US and Canada (1964).

Liens externes