Plate-forme néo-écossaise

La plate-forme néo-écossaise forme une section de 700 km du plateau continental au large de la Nouvelle-Écosse.

Plate-forme néo-écossaise

La plate-forme néo-écossaise forme une section de 700 km du plateau continental au large de la Nouvelle-Écosse. Limitée au nord-est par le chenal Laurentien, au nord-ouest par le chenal nord-est et au sud-ouest par le golfe du Maine ouest, la largeur de la plate-forme varie entre 120 km et 240 km tandis que sa profondeur moyenne est de 90 m. Sa bathymétrie irrégulière est caractérisée par de profonds bassins et des chenaux, qui séparent des bancs peu profonds au large (terre ferme lors de la période glaciaire). Seule l'ÎLE DE SABLE n'est pas encore submergée. La circulation sur le plateau interne est dominée par un courant de dérive littorale qui coule vers le sud-ouest et qui varie d'une saison à l'autre avec les eaux douces de ruissellement en provenance du golfe du SAINT-LAURENT. Au-dessus des bancs, le courant est plus faible et plus variable à cause de l'influence des tempêtes, des marées et du Gulf Stream, qui passe à plusieurs centaines de kilomètres au sud. De puissants courants de marée près du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse produisent un mélange vertical et un enrichissement de la pêche au hareng et au homard. Au large, une flotte internationale pêche près d'un demi-million de tonnes de poissons et de calmars. Les récentes découvertes de gaz naturel près de l'île de Sable ont stimulé les recherches d'hydrocarbure, ce qui crée un conflit potentiel entre les ressources renouvelables et non renouvelables sur la plate-forme.