Prix littéraire Francesco Giuseppe Bressani

La société du centre culturel italien de Vancouver crée le prix littéraire biennal F. G. Bressani en 1986 lors des célébrations du centenaire de Vancouver et de la tenue de la première conférence nationale des écrivains italo-canadiens.
La société du centre culturel italien de Vancouver crée le prix littéraire biennal F. G. Bressani en 1986 lors des célébrations du centenaire de Vancouver et de la tenue de la première conférence nationale des écrivains italo-canadiens.


Prix littéraire Francesco Giuseppe Bressani

La société du centre culturel italien de Vancouver crée le prix littéraire biennal F. G. Bressani en 1986 lors des célébrations du centenaire de Vancouver et de la tenue de la première conférence nationale des écrivains italo-canadiens. Le conseil d'administration du centre accepte une proposition venant d'un comité local dirigé par C. Dino Minni et Anna Foschi Ciampolini en vue de la création d'un prix littéraire qui rendrait hommage à l'œuvre littéraire d'écrivains canadiens d'ascendance ITALIENNE en mi-carrière et en ferait la promotion et qui encouragerait les écrivains de la relève. L'institut culturel italien de Vancouver commandite aussi la première édition du prix en finançant un prix spécial pour les œuvres écrites en italien.

Attribué tous les deux ans et consacré d'abord à la littérature ITALO-CANADIENNE et à l'expression de l'expérience des immigrants italiens au Canada, le prix est ensuite ouvert à des écrivains d'autres cultures dont les œuvres contiennent des références à la culture ou au patrimoine italien. Dans les années 1990, son attribution est suspendue pendant quelque temps. En 2000, le nouveau comité du prix F.G. Bressani du centre culturel italien est établi et il restaure l'intention et la signification originales du prix.

Le prix est nommé en l'honneur du père JÉSUITE Francesco Giuseppe Bressani, un MISSIONNAIRE italien né à Rome le 6 mai 1612. Le père Bressani passe plusieurs années au QUÉBEC à exercer son ministère spirituel, d'abord auprès des Français, puis des ALGONQUINSet des HURONS. Capturé et torturé par les IROQUOIS, sa rançon est finalement payée par les Hollandais du Fort Orange et il est renvoyé en France, où il arrive en novembre 1644. De retour l'année suivante en NOUVELLE-FRANCE, il passe la plus grande partie de son temps à l'avant-poste missionnaire du territoire huron, SAINTE-MARIE-DES-HURONS (près de ce qui est maintenant la ville de MIDLAND, en Ontario), où il travaille avec zèle jusqu'à la destruction du lieu par les Iroquois, quatre ans plus tard. Par la suite, il continue son ministère auprès des Hurons dispersés et en fuite. Il est aussi en poste quelque temps au Québec, où il dit la messe à l'occasion. En novembre 1650, sa santé défaillante et ses maigres ressources l'obligent à rentrer en Italie, où il est prédicateur et missionnaire pendant de nombreuses années avant de mourir, à Florence, le 9 septembre 1672. Bressani laisse les Breve Relatione d'alcune Missioni nella Nuova Francia (RELATIONS DES JÉSUITES, Macerata 1653) et, à ce titre, il peut être considéré comme le précurseur de la littérature italo-canadienne.

Le prix Bressani vise trois objectifs : stimuler et rehausser la production littéraire d'œuvres d'auteurs canadiens d'origine ou d'ascendance italienne; ajouter à la richesse de l'expérience de l'immigration italienne au Canada en soulignant son expression littéraire; rendre hommage aux aspects de la culture et du patrimoine italiens et les diffuser dans une société marquée par la diversité ethnoculturelle.

Le prix Bressani n'attribue qu'un premier prix aux lauréats des catégories suivantes : poésie (recueils d'au moins 20 poèmes), fiction (récits d'au moins 50 pages) et nouvelles de fiction (récits d'au moins 8000 caractères). Les œuvres admissibles sont celles publiées pendant une période de deux ans allant du 1er janvier d'une année au 31 mars de l'année suivante. Les candidatures peuvent venir des éditeurs et des personnes qui ont la citoyenneté canadienne ou le statut de résident permanent, d'au moins 16 ans, et dont au moins un des parents ou grands-parents est né en Italie. Les auteurs peuvent soumettre des œuvres en italien, en anglais ou en français (les traductions ne sont pas admises). Un jury indépendant, formé d'experts en littérature, choisit les gagnants à partir d'une liste de finalistes établie par des lecteurs sélectionnés avec soin. La cérémonie de remise des prix a lieu au centre culturel italien et on y lit des extraits des œuvres primées.

Parmi les lauréats de ce prix, nommons Robert F. Harney, Nino RICCI, Ven Begamudrè, Carmine Starnino, M.G. VASSANJI, Michael ONDAATJE, Pasquale Verdicchio et Victoria Miles.


//