« Alouette! »

« Alouette! ». La plus populaire des chansons folkloriques du Canada, elle est devenue pour le monde entier un véritable symbole du Canada français, une sorte de chant national non officiel qui identifie son origine dès les premières mesures de son entraînant refrain à deux temps.

« Alouette! ». La plus populaire des chansons folkloriques du Canada, elle est devenue pour le monde entier un véritable symbole du Canada français, une sorte de chant national non officiel qui identifie son origine dès les premières mesures de son entraînant refrain à deux temps.

Marius Barbeau est d'avis qu'« Alouette » vient de France, mais James J. Fuld, dans The Book of World-Famous Music (New York 1966), souligne que la première version écrite, sous le titre « Alouetté », parut dans A Pocket Song Book for the Use of the Students and Graduates of McGill College (Montréal, 1879). La chanson fut ensuite publiée sous son titre « Alouette » dans le McGill College Song Book (Montréal 1885).

La première version imprimée connue venant de France remonte à 1893. Elle apparaissait dans Revue des traditions populaires, vol. VIII (Paris), de Julien Tiersot. On retrouve texte et musique dans de nombreux recueils et collections au Canada, aux États-Unis et même en Europe, notamment dans Canadian Folk-life and folk-lore (New York 1897) de William Parker Greenough.

Plusieurs versions existent au Canada. Marius Barbeau donne un aperçu des différents textes recueillis dans un ouvrage qui porte justement le titre Alouette (Montréal 1946). Néanmoins, dans toutes les versions de ce chant à énumération et à reprises récapitulatives, l'idée demeure la même : on plume l'alouette de son bec, ses yeux, ses ailes, etc. Au Canada et en France, des compositeurs ont utilisé la chanson. Le Français H. Maurice Jacquet a composé sur ce thème Rhapsodie sur un chant canadien pour piano (Édition belgo-canadienne 1925) et Eldon Rathburn a écrit Variations and Fugue on Alouette (1953) pour petit orchestre. Il existe un nombre considérable d'arrangements et d'harmonisations de cette chanson destinés à diverses formations vocales et instrumentales. Charles W. Sabatier a composé une chanson, « L'Alouette », qui n'a toutefois aucun rapport avec la chanson folklorique. Il en est de même pour les divers Reel Alouette. Comme il se doit, le Quatuor Alouette figure parmi ceux qui ont gravé ce chant (sur 78t. Bluebird B-1256 et repiqué sur les micr. RCA LCP-1032 et RCA CGP-140). Il fut aussi enregistré par Aglaé, le Choeur des chanteurs d'Acadie, la Chorale de l'Université Saint-Joseph, Éva Gauthier, Jacques Labrecque, Charles Marchand et ses Troubadours de Bytown et Alan Mills. En 1978, le groupe québécois Garolou l'enregistrait sur micr. (London LFS-9027). Edith Fowke l'a inclu dans son Penguin Book of Canadian Folk Songs (Harmondsworth, Angl. 1973).

Le nom Alouette continue d'être largement utilisé à des fins commerciales.