Rainbow Stage

Le 7 juillet 1954, un spectacle de variétés, dirigé par Duncan, inaugure le Rainbow Stage, qui tire son nom de la forme en arc-en-ciel de son cadre de scène. En septembre 1955, Duncan y dirige Brigadoon, la première comédie musicale.
Le 7 juillet 1954, un spectacle de variétés, dirigé par Duncan, inaugure le Rainbow Stage, qui tire son nom de la forme en arc-en-ciel de son cadre de scène. En septembre 1955, Duncan y dirige Brigadoon, la première comédie musicale.

Rainbow Stage

 Quand le vieux kiosque à musique de Kildonan Park, au nord de Winnipeg, est endommagé par l'inondation de 1950, la ville a l'idée de le remplacer par un théâtre en plein air. Thomas R. Hodgson, surintendant des parcs, et James Duncan, directeur du University of Manitoba Glee Club, sont les premiers à défendre cette idée, qui s'inspire du Theatre Under the Stars de Vancouver.

Le 7 juillet 1954, un spectacle de variétés, dirigé par Duncan, inaugure le Rainbow Stage, qui tire son nom de la forme en arc-en-ciel de son cadre de scène. En septembre 1955, Duncan y dirige Brigadoon, la première comédie musicale. Par la suite, la COMÉDIE MUSICALE devient un élément clé des saisons d'été du théâtre. Le metteur en scène John HIRSCH, le chorégraphe Arnold SPOHR et l'actrice Evelyn Anderson sont parmi les premiers à participer aux productions du Rainbow Stage.

Au début des années 60, le théâtre devient de plus en plus professionnel mais rencontre des difficultés financières. En 1964, le producteur new-yorkais Michael McAloney est engagé pour diriger le théâtre. Il tente d'attirer le public avec une saison comportant quatre comédies musicales jouées par des vedettes américaines sur le déclin, mais c'est le désastre. À la fin de la saison 1965, la compagnie a des dettes d'un montant de 95 000 $ et ferme ses portes. Un an plus tard, une nouvelle compagnie est créée et Jack Shapira est engagé comme producteur. Il dirigera le théâtre pendant 22 ans. Il présente deux spectacles chaque été, habituellement des comédies musicales populaires de Broadway des années 40 et 50, qu'il produit de façon semi-professionnelle en écourtant les rôles et en confiant les choeurs à des amateurs de la région. Shapira enregistre rarement un déficit et la salle est souvent remplie à plus de 90 p. cent de sa capacité. En 1970, on construit un dôme géodésique au-dessus de l'emplacement réservés aux sièges. Pendant la période où Shapira dirige le théâtre, aller au Rainbow Stage devient un rituel estival pour de nombreuses familles de Winnipeg et faire partie du choeur constitue pour de nombreux jeunes artistes la première étape à franchir avant d'entrer dans le monde du spectacle.

En 1988, Shapira est reconnu coupable d'avoir volé 381 000 $ au théâtre et est condamné à 18 mois de prison. Il rembourse 503 000 $ au total, dont une partie est rendue aux bailleurs de fonds du théâtre. Une part considérable du montant qui reste est engloutie dans une production désastreuse de Anne of the Green Gables (v.f. Anne, la maison au pignon vert...), la seule oeuvre canadienne jamais produite par le Rainbow Stage et présentée à l'essai au Pantages Playhouse Theatre durant une saison d'hiver au moment où le scandale est au plus fort.

Le successeur de Shapira, Jack Timlock doit faire face à un public désillusionné, à une baisse des subventions accordées par le gouvernement et à un accroissement des dépenses de production. Ses tentatives visant à faire des productions plus professionnelles et à présenter des oeuvres comme Sweet Charity et A Funny Thing Happened on the Way to the Forum (pour public averti) ne font qu'aggraver les problèmes financiers. Timlock démissionne après la saison 1992 et la compagnie ferme de nouveau en 1993.

Certains des hommes d'affaires qui ont sauvé le théâtre en 1966 reviennent à sa rescousse. Ils créent une nouvelle compagnie et continuent de diriger le théâtre. Le nouveau Rainbow Stage ouvre en 1993 avec Fiddler on the Roof (v.f. Un violon sur le toit; présenté pour la 4e fois) et ne présente plus désormais qu'une seule comédie musicale populaire par année.

Parmi les artistes de renom qui ont fait leurs premières armes au Rainbow figurent Len CARIOU, Heath Lamberts, Catherine MCKINNON, Dinah Christie, Fred PENNER et Loreena MCKENNITT. Cliff Gardner, Stan Lesk et Richard Hurst font partie des talents locaux que l'on associe le plus au Rainbow Stage.