Gordon Rayner

Gordon Rayner, artiste peintre (né le 14 juin 1935 à Toronto, en Ontario; décédé le 26 septembre 2010 à Toronto, en Ontario).

Magnetawan no. 2
Acrylique sur toile de Gordon Rayner, 1965 (avec la permission de la National Gallery of Canada/Musée des Beaux-Arts du Canada, Ottawa).\r\n \r\n

Gordon Rayner, artiste peintre (né le 14 juin 1935 à Toronto, en Ontario; décédé le 26 septembre 2010 à Toronto, en Ontario). Réputé pour sa façon de manipuler les outils servant à peindre, Gordon Rayner est surnommé le charpentier de l’art contemporain canadien.

Jeunesse et début de carrière

Gordon Rayner apprend son métier de son père, un peintre paysagiste, et il travaille pour plusieurs maisons de graphisme, dont la Wookey, Bush and Winter, avec Jack Bush. Après avoir assisté à une exposition de l’œuvre de William Ronald à la Hart House de Toronto, il se tourne vers l’art abstrait. Au début des années 1960, les œuvres de Gordon Rayner, avec leurs matériaux juxtaposés, leurs formes expérimentales et leur sens de l’humour, sont le reflet de la mode néo-dadaïste qui domine alors à Toronto. Avec le temps, il en vient à peindre de merveilleux paysages du Canada, représentant surtout les environs de Magnetawan, en Ontario, dans la région de Muskoka. Ses paysages urbains évoquent sa maison de l’avenue Spadina, à Toronto. L’œuvre de Gordon Rayner saute hardiment d’un intérêt à l’autre, et ce, à l’intérieur d’une même peinture. Cependant, sa touche large et son sens spectaculaire de la couleur unifient ces fantaisies.

Les dernières œuvres

Dans les œuvres qu’il produit durant la dernière phase de sa carrière, Gordon Rayner se montre moins audacieux dans ses expérimentations en matière de techniques et de matériaux. Les tableaux peints durant cette période affichent plutôt une certaine somptuosité et une grande beauté picturale, traitant de thèmes émotionnellement puissants, voire spirituels. Dans les années 1990, le style de peinture de Gordon Rayner est passé de mode… tout comme la peinture en général d’ailleurs. Il se retire alors pour passer la plupart de son temps à Magnetawan et au Mexique. Entre octobre 1993 et juin 1994, il vit à Oaxaca au sud du Mexique, créant une série de tableaux qui sera connue sous le nom de Oaxaca Suite. Alors que ses œuvres antérieures évoquent souvent le caractère sublime et l’immensité des paysages canadiens selon des modalités proches des travaux du Groupe des sept, les tableaux qu’il peint au Mexique se situent à la rencontre de la nature même de l’homme et du divin. Dans Warrior Dancer, un tableau de 1993, on voit, par exemple, un homme portant une tête de cerf tenant un fusil de chasse assis sur une grenouille géante. A Quick Shine Before the Dance #1, peint en 1994, montre un homme ressemblant à l’artiste, affublé d’un masque rituel et d’une coiffe de plumes, lisant le journal tandis qu’on cire ses chaussures.


En savoir plus