Rayside-Balfour

À la fin du XIXe siècle, Rayside est un centre ferroviaire. On y ouvre un bureau de poste en 1891 et on nomme la municipalité St. Azilda à la mémoire d'Azilda Brisbois, l'une des premières résidentes.

Rayside-Balfour

Rayside-Balfour

Rayside-Balfour, localité non constituée dans la ville de Greater Sudbury. Rayside et Balfour sont constitués séparément en tant que cantons en 1891; en 1973, le canton de Rayside et une partie de celui de Balfour sont fusionnés pour former la ville de Rayside-Balfour. Aujourd'hui, la ville fait partie de la municipalité régionale de SUDBURY qui comprend aussi Capreol, Onaping Falls, Walden et Nickel Centre, ainsi que les anciennes villes de Sudbury et de VALLEY EAST.

À la fin du XIXe siècle, Rayside est un centre ferroviaire. On y ouvre un bureau de poste en 1891 et on nomme la municipalité St. Azilda à la mémoire d'Azilda Brisbois, l'une des premières résidentes. La localité change de nom lorsque les dirigeants du bureau de poste se rendent compte qu'aucune sainte ne porte le nom d'Azilda. Les deux cantons portent chacun le nom d'un membre de l'Assemblée législative de l'Ontario; il s'agit respectivement de James Rayside et de William Douglas Balfour.

Durant les années 1890, Rayside et Balfour profitent d'une vague de prospérité dans le secteur minier; on y trouve encore des vestiges de mines abandonnées. Pendant les années 20 et 30, on exploite des fonderies de zinc et de plomb dans le canton de Balfour. Avec le déclin de l'industrie minière, l'agriculture est devenue la principale activité économique. De nombreux résidents travaillent à Sudbury.


Liens externes