Mouvement sécessioniste

En 1867, un grand nombre de Néo-Écossais sont peu enclins à appuyer la CONFÉDÉRATION. Lors des élections de septembre 1867, les forces s'opposant à la Confédération remportent 36 des 38 sièges de l'Assemblée législative provinciale et 18 des 19 sièges à la Chambre des Communes.

Mouvement sécessioniste

En 1867, un grand nombre de Néo-Écossais sont peu enclins à appuyer la CONFÉDÉRATION. Lors des élections de septembre 1867, les forces s'opposant à la Confédération remportent 36 des 38 sièges de l'Assemblée législative provinciale et 18 des 19 sièges à la Chambre des Communes. Leur opposition repose sur la conviction que la Nouvelle-Écosse est une communauté maritime qui partage une affinité naturelle avec la Grande-Bretagne et des liens historiques avec la Nouvelle-Angleterre. Pour des gens dont la prospérité tient d'abord au commerce international et à la navigation, cette Confédération, qui suppose une réorganisation de leurs activités commerciales vers l'intérieur, n'a guère d'attrait. La Grande-Bretagne refuse cependant de laisser la Nouvelle-Écosse faire sécession. Lorsque Joseph HOWE se rend à l'évidence et accepte de se joindre au gouvernement de sir John A. MACDONALD en retour de subventions provinciales accrues, les forces opposées à la Confédération s'effondrent.

En 1886, le mouvement sécessioniste refait surface, dirigé cette fois par le premier ministre libéral William S. FIELDING. Axant sa campagne sur la question du retrait de la Confédération par la Nouvelle-Écosse et insistant sur le besoin de subventions supplémentaires, le parti de Fielding remporte cette année-là 29 des 38 sièges. Ses partisans se regroupent surtout dans les régions plus étroitement liées à l'économie maritime traditionnelle et aux activités de commerce maritime international. Les opposants à une éventuelle sécession sont plus nombreux dans les zones de la province qui commencent à s'industrialiser, surtout dans les régions des mines de charbon et dans les villes situées le long du CHEMIN DE FER INTERCOLONIAL, qui relie la Nouvelle-Écosse à l'intérieur du continent. Ce second mouvement sécessionniste s'effondre rapidement après la victoire du Parti conservateur qui remporte 14 des 21 sièges de la Nouvelle-Écosse lors des élections fédérales de février 1887.


Liens externes