Ron Collier

Ronald William Collier, O.C., tromboniste, compositeur, arrangeur, chef d’orchestre, professeur (Coleman, AB, 3 juillet 1930 – Toronto, ON, 22 octobre 2003).

Ronald William Collier, O.C., tromboniste, compositeur, arrangeur, chef d’orchestre, professeur (Coleman, AB, 3 juillet 1930 – Toronto, ON, 22 octobre 2003). Tromboniste, compositeur et chef d’orchestre polyvalent, Ronald (Ron) Collier est un membre clé du troisième courant canadien (la synthèse de la musique classique et du jazz). Ron Collier est le premier compositeur de jazz à recevoir une subvention du Conseil des Arts du Canada. Ses compositions les plus importantes comprennent The City (1960), Hear Me Talkin' To Ya (1964), Carneval (1969) et Humber Suite (1973), ainsi que son orchestration de la Canadiana Suite (1997) d’Oscar Peterson. Ron Collier compose également pour le cinéma et la télévision, et enseigne au Humber College de Toronto pendant 20 ans. Cependant, il est peut-être mieux connu pour ses collaborations avec Duke Ellington pendant les années 1960 et 1970.

Études et formation

Ron Collier commence sa formation à Vancouver, où il joue du trombone avec le Kitsilano Boys’ Band de 1943 à 1950. De 1951 à 1954, il étudie la composition à Toronto auprès de Gordon Delamont. Grâce à la première subvention du Conseil des Arts du Canada accordée à un compositeur de jazz, il se rend à New York en 1961 pour y étudier, jusqu’en 1962, l’orchestration auprès de Hall Overton et le concept chromatique lydien de l’organisation tonale auprès de George Russell.

Groupes musicaux et orchestres

Pendant les années 1950, Ron Collier, tromboniste polyvalent, joue dans des orchestres de danse tels Mart Kenney and His Western Gentlemen. Il joue également dans les orchestres comme l’Orchestre symphonique de Toronto, celui du Ballet national et celui de l’Orchestre de la Compagnie d’opéra canadienne, en plus de jouer dans les émissions radio et de télévision de la CBC. Il accompagne également Billie Holiday et joue avec Charles Mingus.

Tandis qu’il fait partie de l’octuor de jazz de Norman Symonds, Ron Collier dirige son propre quartette (sans piano) de 1954 à 1957. En 1957, il ajoute un membre au groupe pour en faire un quintette. Celui-ci joue sur les planches du Festival de Stratford ainsi qu’avec différents orchestres, y compris l’Orchestre symphonique de la SRC lors de la première et de l’enregistrement du Concerto Grosso, pour quintette de jazz et orchestre symphonique, de Norman Symonds. Ron Collier ajoute encore d’autres membres à son ensemble pour en faire un grand orchestre qui joue occasionnellement pendant les années 1960, notamment à Expo 67 (voir aussi La musique à Expo 67). Plus tard, il réunit son grand orchestre pour des occasions spéciales, comme le Festival de jazz de la Place de l’Ontario en 1979 et un concert du Centre des sciences de l’Ontario en 1983.

Compositions

Vers la fin des années 1950, Ron Collier, à l’instar de Norman Symonds, est un personnage central du troisième courant canadien. Dans cet idiome, il compose des œuvres comme Sonata, qui met en vedette le pianiste Norm Amadio.

Au cours des années 1960, Ron Collier travaille aussi avec la création parlée. Sa composition The City (1960), pour orchestre et narrateur-chanteur, évoque la vie urbaine et met en vedette les écrits de Don Francks. Une autre collaboration avec Don Francks, Hear Me Talkin' To Ya (1964), pour octuor et narrateur-chanteur, est un libretto composé de citations de musiciens de jazz et d’auteurs qui annoncent des philosophies diverses au sujet de ce genre de musique. Carneval (1969), avec libretto par Gwendolyn MacEwen et la narration de Bruno Gerussi, est interprété pour la première fois par l’orchestre de Don Collier, mettant en vedette Fred Stone, au Festival international de la liberté de Detroit-Windsor.

Les compositions pour grand orchestre de Ron Collier comprennent Requiem for JFK (1964); Humber Suite (1973), en trois mouvements, dont le premier est enregistré par le Humber College Big Band pour le disque de longue durée First Take (1977); Jupiter (1974), écrite pour et enregistrée par Moe Koffman; ainsi que Never in Nevis (1983) et Four Kisses (1983), qui figurent toutes deux sur l’album Humber at Expo 86 (1986). Ron Collier compose beaucoup d’autres œuvres pour des groupes de jazz de tailles et de compositions musicales variées. Il arrange pour grand orchestre plusieurs standards du jazz, y compris un pot-pourri de la musique de Duke Ellington qu’on peut entendre sur Humber at Expo 86 et Scrapple from the Apple (interprété par le Boss Brass).

Pendant les années 1980, Ron Collier revient à la synthèse du jazz et de la musique classique. Reflections on Three (1980), basé sur des solos des saxophonistes alto Paul Desmond, Johnny Hodges et Charlie Parker, est commandé par la Wind Symphony de l’Université de Toronto et enregistré en 1994. Ron Collier compose To Prussia with Love and a Little Bit of Jive (1988) pour Music at Sharon.

En 1997, Ron Collier entreprend un arrangement pour grand orchestre de la Canadiana Suite d’Oscar Peterson. Dans le Globe and Mail, Mark Miller fait l’éloge de la réalisation de Ron Collier : « Il a pris les sketches de Peterson et leur a donné une couleur, une texture et une atmosphère. » Cet arrangement de Ron Collier est interprété pour la première fois par Fred Stride’s Big Band et, par la suite, par l’orchestre de Ron Collier, qu’il continue à diriger lors de performances occasionnelles dans des festivals de jazz jusque dans les premières années du nouveau millénaire.

Collaborations avec Duke Ellington

En 1967, Louis Applebaum s’organise avec le pianiste Duke Ellington pour qu’il joue en tant que soliste dans un enregistrement commandité par CAPAC lors duquel Ron Collier dirigera un grand orchestre ainsi qu’un orchestre à cordes. L’enregistrement comprend « Aurora Borealis » et « Silent Night, Lonely Night » de Ron Collier, ainsi que deux œuvres de Norman Symonds et deux de Gordon Delamont.

Par la suite, Ron Collier collabore avec Duke Ellington en tant qu’orchestrateur (et, en tant que co-compositeur non crédité) sur Celebration (1972), commandé par l’Orchestre symphonique de Jacksonville. Ron Collier collabore aussi avec Duke Ellington sur d’autres œuvres, y compris The River (1970), enregistrée par Duke Ellington avec l’Orchestre symphonique de Detroit. À l’occasion, Ron Collier dirige le Duke Ellington Orchestra. Le disque longue durée Collages, un enregistrement de Duke Ellington avec l’orchestre Ron Collier et qui inclut « Aurora Borealis », sort en 1973.

Cinéma et télévision

Ron Collier écrit la partition musicale de la pièce de théâtre The Mechanis (1965), pour le ballet Aurora Borealis (1966; diffusé sur les ondes de la télévision de la CBC en 1967), pour plusieurs films industriels (1967-1971), pour des programmes de la radio et de la télévision de la CBC, ainsi que pour les longs métrages Face Off (1971), A Fan's Notes (1972) et Le coq du village (1973). Son œuvre Waterfront, Night Thoughts (1965) est enregistrée par Robert Aitken.

À titre d’enseignant

En 1972, Ron Collier devient compositeur en résidence au Humber College de Toronto. Il y enseigne la composition et l’arrangement de 1974 à 1994. Parmi ses étudiants figurent notamment Pete Coulman, Scott MacMillan, Jim McGrath, John Roby, Ilmars Sermulis et Doug Wilde. Il dirige le groupe de scène du collège et le mène à la victoire au Canadian Stage Band Festival (aujourd’hui MusicFest Canada) en 1975, 1982 et 1986. Il dirige les ensembles musicaux du collège en concert et lors de passages à la télévision dans la région de Toronto. Il enregistre les disques First Take et Humber at Expo ’86 avec le grand orchestre du Humber College.

Distinctions

Ron Collier est membre de la Ligue canadienne de compositeurs et un associé du Centre de musique canadienne. Il meurt d’un cancer en octobre 2003 et est nommé Officier de l’Ordre du Canada cette même année, à titre posthume.

Discographie

Concerto Grosso, composé par Norman Symonds pour quintette jazz et orchestre symphonique, Orchestre symphonique de la SRC, dirigé par Victor Feldbrill, Ron Collier (trombone), Bernie Piltch (saxophone alto), Ed Bickert (guitare), Carne Bray (contrebasse), Ron Rully (batterie) (1959).

Ron Collier Tentet, dirigé par Ron Collier (trombone), Fred Stone (flugelhorn), Guido Basso (trompette), Bernie Piltch (saxophone alto), Ed Bickert (guitare) et autres (1965).

Duke Ellington « North of the Border » in Canada, orchestre jazz et orchestre à cordes, dirigé par Ron Collier, solistes : Duke Ellington (piano), Fred Stone (flugelhorn), Ed Bickert (guitare), Bernie Piltch (saxophone alto et clarinette), Butch Watanabe (trombone) (1967). Decca DL-75069 (redistribué en 1973 sous le titre Collages). MPS BASF-21704.

Ron Collier Jazz Orchestra (1967). CBC Expo 25.

Carneval, orchestre jazz, dirigé par Ron Collier, Fred Stone (solo flugelhorn), Bruno Gerussi (narrateur) (1970). CBC LM-92.

First Take, Humber College Big Band, dirigé par Ron Collier (1977). Humber College of Applied Arts and Technology, non numéroté.

Humber at Expo 86, Humber College Big Band, dirigé par Ron Collier (1986). Humber College Music Department.