Ross & Macdonald

Ross & Macdonald, l'un des cabinets d'architectes les plus importants et les plus prolifiques du Canada avant la Deuxième Guerre mondiale, est fondé sous le nom de Ross & MacFarlane à Montréal en septembre 1904 par George Allen Ross (Montréal [Qc.

Ross & Macdonald

Ross & Macdonald, l'un des cabinets d'architectes les plus importants et les plus prolifiques du Canada avant la Deuxième Guerre mondiale, est fondé sous le nom de Ross & MacFarlane à Montréal en septembre 1904 par George Allen Ross (Montréal [Qc.] 1879 - Montréal, 1946) et David Huron MacFarlane (Montréal, 1875 - St-Hilaire [Qc.], 1950). Comme de nombreux architectes en herbe de cette époque, ils font leur formation officielle aux États-Unis, au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Cambridge. Le programme du MIT, élaboré à partir de la tradition académique française de l'École des Beaux-Arts, met l'accent sur la conception hiérarchique et rationnelle, basée sur les courants architecturaux historiques précédents, généralement classiques.

À la fin de 1912, MacFarlane se retire du cabinet et l'ancien chef dessinateur, Robert Henry Macdonald (Melbourne, Australie, 1875 - Montréal, 1942) le remplace comme associé. Ayant déjà travaillé dans de grands cabinets américains, les deux hommes en adoptent le modèle pour leur propre activité. Ross & Macdonald emploie donc un personnel important pour maximiser la production, notamment la construction de bâtiments industriels et commerciaux. Le cabinet investit souvent dans ses propres projets spéculatifs.

Les plans créés par le cabinet pour l'hôtel Château Laurier et l'Union Station adjacente (1909-1912) lui permettent d'établir une réputation en matière de compétence et de conception comparable à celle des cabinets américains en concurrence au Canada. Ces deux bâtiments construits à Ottawa pour le Grand Trunk Railway sont suivis par le Fort Garry Hotel de style château à Winnipeg (construction de 1910 à 1914) et le MacDonald Hotel à Edmonton (1912-1914). Avec les architectes Hugh Jones et John Lyle, Ross & Macdonald contribue à imposer le style classique romain à l'UNION STATION (1913-1927) à Toronto.

Pendant les années 1920, le cabinet atteint son apogée dans la conception d'hôtels, d'immeubles d'appartements, de magasins et autres bâtiments commerciaux, et il y a beaucoup de comptes rendus de ses travaux dans les revues d'architecture de l'époque, d'ailleurs des applications commerciales leur font suite (p. ex. les plans de l'hôtel Mont Royal sont publiés par le groupe américain United Hotels of America). Fait notable, c'est un des rares cabinets du Canada à avoir fait sa marque dans plusieurs villes, Montréal, Toronto, Edmonton. À l'époque, par exemple, l'hôtel Royal York (co-entreprise avec les architectes de Toronto SPROATT AND ROLPH) est la plus haute structure de l'Empire britannique, et il est encore un signe distinctif de Toronto.

Un grand nombre de projets d'habitation peut être attribué à ces architectes, notamment la reconstruction à grande échelle qui suit l'EXPLOSION D'HALIFAX en 1917. En collaborant avec l'architecte et urbaniste écossais réputé Thomas ADAMS (1871-1940), alors à l'emploi du gouvernement fédéral à titre de conseiller en planification de la COMMISSION DE LA CONSERVATION (créée au Canada en 1909), Ross & Macdonald conçoit plusieurs prototypes différents de maisons. Les préoccupations pour la sécurité imposent le choix des matériaux de ces maisons, des blocs de béton, qui explique le nom donné à ce district : Hydrostone.

Parfois critiqué pour sa vaste production et son approche conventionnelle, Ross & Macdonald est néanmoins reconnu pour avoir contribué en grande partie à la croissance urbaine spectaculaire de Montréal avant la Grande Crise ainsi que pour avoir créé de nombreux immeubles agréables et bien connus dans tout le pays.

Après la mort de Macdonald, le cabinet prend le nom de Ross & Ross, architectes, lorsque John Kenneth Ross s'associe à son père. Après le décès de George Allen Ross en 1946, le cabinet poursuit ses activités sous le nom de Ross, Patterson, Townsend & Heughan. Les archives de Ross & Macdonald, conservées au Centre canadien d'architecture à Montréal, comprennent la documentation de 630 projets datant de 1908 à 1970, année où le bureau est devenu Ross, Fish, Duschenes & Barrett.

Les tendances récentes de l'histoire architecturale entraînent une réévaluation des travaux de Ross & Macdonald. Plutôt que de se concentrer seulement sur le caractère stylistique des œuvres de ce cabinet, des chercheurs, tel Jacques Lachapelle, préconisent que le travail accompli par Ross & Macdonald fasse l'objet d'une évaluation plus complète, dans laquelle la complexité fonctionnelle des édifices construits (par exemple de celui du Carré Dominion, à Montréal, construit de 1928 à 1940) serait un signe de l'évolution du caractère urbain des villes du 20e siècle semblables à Montréal.

Ces dernières années, quelques-uns de leurs projets subissent des rénovations, en particulier le MAPLE LEAF GARDENS (construit en 1931), ancien domicile des Maple Leafs de Toronto. Une coentreprise de l'Université Ryerson et de Loblaw prévoit des utilisations mixtes pour l'ancien immeuble : une épicerie de 7896 m2 (85 000 pi2) au rez-de-chaussée, un parc-autos souterrain, des courts de basketball et de volleyball et une patinoire destinée au hockey à l'étage supérieur. Les architectes qui y travaillent sont, pour Loblaw, Turner Fleischer et, pour Ryerson, Brisbin Brook Beynon.


Lecture supplémentaire

  • Jacques Lachapelle, Le fantasme métropolitain: l'architecture de Ross et Macdonald: bureaux, magasins et hotels, 1905-1942 (2001); Lisa Rochon, "Maple Leaf Gardens Rises Again - to the Third Floor," Globe and Mail (15 May 2010); David A. Rose, Guide du fonds Ross & Macdonald/ Guide and Inventory of the Ross & Macdonald Archive (1992), Canadian Centre for Architecture; David A. Rose, "The hotel architecture of Ross & MacFarlane/Ross & Macdonald" (1992), M.A. thesis, Concordia University.