Université métropolitaine de Toronto

L’Université métropolitaine de Toronto (anciennement l’Université Ryerson), à Toronto, en Ontario, a été fondée le 16 septembre 1948 en tant que Ryerson Institute of Technology. Elle est devenue une université à part entière en 1993. En 2022, l’Université Ryerson a changé de nom pour devenir la Toronto Metropolitan University. Le changement est survenu à la suite des années de réactions négatives au nom de son fondateur, Egerton Ryerson, qui a participé à la création de pensionnats indiens

.
L’Université métropolitaine de Toronto (anciennement l’Université Ryerson), à Toronto, en Ontario, a été fondée le 16 septembre 1948 en tant que Ryerson Institute of Technology. Elle est devenue une université à part entière en 1993. En 2022, l’Université Ryerson a changé de nom pour devenir la Toronto Metropolitan University. Le changement est survenu à la suite des années de réactions négatives au nom de son fondateur, Egerton Ryerson, qui a participé à la création de pensionnats indiens.


Histoire

L’institut est sis au St. James Square, lieu historique de fondation de l’École normale de Toronto en 1852 par Egerton Ryerson, surintendant en chef de l’éducation pour le Canada-Ouest.

En 1941, la formation des enseignants déménage pour faire place au centre d’entraînement de l’Aviation royale du Canada. De 1945 à 1948, les édifices accueillent l’Institut de formation et de réorientation, qui offre une formation dans les métiers pour les anciens combattants. Le Ryerson Institute of Technology commence alors à offrir des programmes de deux ans axés sur les métiers, mais dès le début des années 50, il met sur pied des programmes d’études supérieures de trois ans avec un volet théorique important.

Devenir université à part entière

La Ryerson Act de 1964 crée la Ryerson Polytechnic Institute, une institution autonome dotée de son propre conseil des gouverneurs. La loi est modifiée en 1971 pour conférer à Ryerson les pouvoirs d’attribuer des grades universitaires en plus de ses diplômes. Cette même année, il devient membre du Conseil des universités de l’Ontario. En 1992, le Bureau canadien d’accréditation des programmes d’ingénierie accorde à Ryerson l’accréditation professionnelle pour six de ses programmes. L’année suivante, l’institut est élevé au rang d’université.

En 1997, l’université comporte trois programmes de baccalauréat. Elle développe alors des programmes de deuxième et troisième cycle qui constituent un volet de son nouveau mandat en tant qu’université. En 1993, son changement de statut en celui d’université s’accompagnait d’un changement de nom pour celui de Ryerson Polytechnic University et d’une orientation plus axée sur la recherche. En 2001, elle s’appelle désormais l’Université Ryerson.

Au tournant du siècle, trois nouveaux bâtiments sont construits sur le campus : le Centre for Computing and Engineering, le Centre for Graphic Communications Management et l’annexe Sally Horsfall Eaton Centre for Studies in Community Health ont été ajoutés pour accueillir la population étudiante toujours croissante et de nouveaux programmes. En 2000, l’Université Ryerson lance ses trois premiers programmes d’études supérieures : communication et culture, sciences appliquées en environnement et en gestion, et analyse spatiale. Les programmes d’études supérieures en ingénierie : chimie, génie civil, génie électrique et informatique, et génie mécanique suivent en 2001.

Changement de nom

En 2022, l’Université Ryerson annonce le nouveau nom de l’institution : l’Université métropolitaine de Toronto. Le changement survient à la suite des années de réactions négatives au nom de son fondateur, Egerton Ryerson, qui a participé à la création de pensionnats indiens. Ce changement est fait à partir d’une série de recommandations formulées par le groupe de travail Standing Strong (Mash Koh Wee Kah Pooh Win) de l’université. L’Université métropolitaine de Toronto est la première institution de son genre au Canada à changer de nom comme moyen de faire progresser la réconciliation avec les peuples autochtones.