Saint-Nicéphore

La municipalité doit son origine au développement, au début du XIXe siècle, de deux collectivités où l'on trouvait des scieries, soit Wheatland et Watkins Mill.
La municipalité doit son origine au développement, au début du XIXe siècle, de deux collectivités où l'on trouvait des scieries, soit Wheatland et Watkins Mill.



Saint-Nicéphore

 Saint-Nicéphore, municipalité du Qc; pop. 9966 (recens. 2001), 9251 (recens. 1996), 8093 (recens. 1991); superf. 95,80 km2; const. en 1944; située à 9 km au sud-est de DRUMMONDVILLE. La rivière Saint-François s'étend le long de la limite est et presque tout le long de la limite nord de Saint-Nicéphore.

La municipalité doit son origine au développement, au début du XIXe siècle, de deux collectivités où l'on trouvait des scieries, soit Wheatland et Watkins Mill. En 1873, la scierie Tourville s'installe dans la région et commence à acheter des terres à bois dont elle expédie les arbres à sa scierie de Pierreville, située en aval de la rivière Saint-François. Dès la fin du XIXe siècle, la compagnie possède 20 p. 100 de l'actuel territoire de Saint-Nicéphore.

Au milieu du XIXe siècle, trois importants gisements de fer sont découverts dans la région, lesquels permettent de diversifier l'économie. D'abord constituée sous le nom de Village de Wickham-Est en 1917, puis de canton de Wickham, Saint-Nicéphore reçoit son nom actuel lorsqu'elle devient une municipalité en 1944. On lui donne ce nom en hommage à Nicéphore Lessard, un prêtre catholique qui y a construit la première église en 1917.

L'activité économique se concentre le long du boulevard Saint-Joseph (tronçon de la route 143), et des quartiers résidentiels ont été construits dans le périmètre de la municipalité. Toutefois, la majorité des terres sont soit rurales, soit agricoles. L'agriculture et l'industrie de la fabrication constituent les principales activités économiques.


//