Sainte-Anne-de-Bellevue

Sainte-Anne-de-Bellevue, ville du Qc, pop. 5062 (recens. 2001), 4700 (recens. 1996), 4030 (recens. 1991), superf. 10,57 km2, const. en 1895, se trouve dans la pointe ouest de l'île de Montréal, à quelque 35 km à l'ouest de MONTRÉAL.

Sainte-Anne-de-Bellevue

Sainte-Anne-de-Bellevue, ville du Qc, pop. 5062 (recens. 2001), 4700 (recens. 1996), 4030 (recens. 1991), superf. 10,57 km2, const. en 1895, se trouve dans la pointe ouest de l'île de Montréal, à quelque 35 km à l'ouest de MONTRÉAL. Baignée par les eaux des lacs Saint-Louis et des Deux-Montagnes, elle attire les adeptes de la voile et de la navigation de plaisance. Le canal (1843) reliant les deux lacs est le LIEU HISTORIQUE national le plus fréquenté de la province.

La ville prend son nom en 1878 au moment de sa constitution en village. Le nom de Bellevue, en raison de la vue panoramique qu'offre la pointe ouest de l'île de Montréal, rappelle le fief Bellevue octroyé en 1672 aux deux frères Louis et Gabriel de Berthé.

Son emplacement géographique, près de l'embouchure de la rivière des Outaouais et du Haut Saint-Laurent, en fait un port fluvial important, surtout à l'époque de la TRAITE DES FOURRURES. Le célèbre explorateur et traiteur de pelleteries, Simon FRASER, y a vécu. Sa maison est un lieu historique. La ville reste importante à l'époque du COMMERCE DU BOIS, qui voit l'aménagement d'une deuxième écluse sur le canal en 1882. Cette industrie prospère jusqu'au début du XXe siècle.

Sainte-Anne-de-Bellevue est maintenant avant tout une ville universitaire avec le Collège Macdonald et sa ferme expérimentale, ainsi qu'un CÉGEP.