Carex

Les inflorescences et les graines mûres sont nécessaires pour identifier avec précision les espèces et les sous-espèces. La position des épis mâles et femelles sur la tige constitue aussi une caractéristique importante. Dans les climats plus doux, le C.

Carex
Les carex se distinguent des graminées par leurs tiges pleines, tri-latérales et par leurs feuilles \u00e0 trois rangs au lieu de deux (illustration de Claire Tremblay).

Carex

Plante graminoïde de la famille des Cyperacées répandue dans les régions tempérées et froides. Son nom générique, Carex, vient probablement de keiro (mot grec signifiant « couper ») et fait référence aux feuilles à bords tranchants. Dans le monde, ce complexe taxinomique regroupe quelque 2000 espèces. Au Canada, on en trouve environ 270, sans compter les sous-espèces et plusieurs hybrides. Le carex se distingue des GRAMINÉES par sa tige triangulaire robuste et ses feuilles disposées sur trois rangs plutôt que sur deux rangs. À l'intérieur de l'épi, on retrouve une seule fleur minuscule à l'aisselle de chacune des écailles. Les fleurs mâles ont habituellement trois étamines tandis que les fleurs femelles (enveloppées dans une bractée appelée périgyne) ont deux ou trois stigmates. La graine, entourée d'un périgyne persistant, peut être lenticulaire ou encore triangulaire.

Les inflorescences et les graines mûres sont nécessaires pour identifier avec précision les espèces et les sous-espèces. La position des épis mâles et femelles sur la tige constitue aussi une caractéristique importante. Dans les climats plus doux, le C. pendula, cultivé comme PLANTE ORNEMENTALE (habituellement près de l'eau), est hautement prisé pour l'effet que font sa longueur (pouvant atteindre 1,5 m) et ses long épis affaissés. On cultive aussi le C. morrowii var expallida, dont les feuilles sont rayées de blanc.

Le carex plantain (C. plantaginea), plus rustique, pousse à l'état sauvage dans les forêts de feuillus, du Nouveau-Brunswick au Manitoba (et au sud), et se singularise par ses larges feuilles persistantes et ses gaines pourpres. Le carex, bien que d'une valeur horticole plutôt restreinte, est parfois planté pour la lutte contre l'érosion. Dans l'Égypte antique, on cultivait le Cyperus papyrus pour en tirer ce qui a constitué la première sorte de papier. Aujourd'hui, le carex est d'une utilité manifeste dans son habitat naturel, bordant des marécages et autres endroits humides, et servant d'abri et de nourriture aux oiseaux aquatiques.


En savoir plus