Sexsmith

Sexsmith est le foyer du Peace River Bible Institute depuis 1935. Récemment, la ville devient célèbre pour les bâtiments historiques remontant aux années 1920 et 1930 qu'elle a préservés, dont la forge, la gare, le parc à bois débités ainsi que plusieurs magasins et églises.

Sexsmith, ville de l'Alberta; pop. 1 959 (recens. 2006), 1 653 (recens. 2001); constituée en tant que village en 1929, puis en tant que ville en 1979. Sexsmith est située à 43 km au nord de GRANDE PRAIRIE, sur l'autoroute 2. Le district est d'abord colonisé en 1911, et un bureau de poste appelé Sexsmith s'y établit en 1912. Son nom lui est donné en l'honneur de David Sexsmith, un colon qui visite la région pour la première fois en 1898. Lorsque le chemin de fer s'y rend, en 1916, un lotissement urbain appelé Benville (nommé ainsi en l'honneur du colon Benhard Foster) est subdivisé, mais lorsque le bureau de poste de Sexsmith s'y installe, la communauté prend officiellement le nom de Sexsmith. La localité est centrée sur une riche zone agricole et, dans les années 1940, elle acquiert la réputation de « capitale des céréales de l'Empire britannique », à la tête des autres silos terminaux intérieurs d'exportation de céréales. Dans les années 1950, on y trouve neuf silos. Dernièrement, des découvertes de gaz naturel dans la région stimulent l'économie de la ville.

Sexsmith est le foyer du Peace River Bible Institute depuis 1935. Récemment, la ville devient célèbre pour les bâtiments historiques remontant aux années 1920 et 1930 qu'elle a préservés, dont la forge, la gare, le parc à bois débités ainsi que plusieurs magasins et églises. Trois de ses silos historiques existent toujours.


Lecture supplémentaire

  • Jean Fraser Rycroft and Margaret Fraser Thibault, editors, Wagon Trails Grown Over: Sexsmith to the Smoky (1980).