Slave Lake

Slave Lake (Alberta), constituée en ville en 1965, population de 6651 habitants (recensement de 2016), de 6782 (recensement de 2011). Slave Lake se trouve à environ deux km de la rive sud du Petit lac des Esclaves.



Établissement

Un poste de traite de la fourrure œuvre à Slave Lake au début des années 1800, mais les activités se concentrent principalement au hameau de Lesser Slave Lake (aujourd’hui Grouard) sur la portion nord-est du lac. Au tournant du siècle, Slave Lake est un point central pour les chalands qui font la navette entre Edmonton et la région de Peace River. Le télégraphe arrive en 1909, le chemin de fer, en 1914.

Développement et économie

Sawridge sur Petit lac des Esclaves
La municipalité de Slave Lake, connue alors sous le nom de Sawridge, était à l'origine située au lac Lesser Slave, à l'embouchure de Sawridge Creek, jusqu'à ce que d'importantes inondations en 1935-1936, forcent sa relocation.

En 1906, l’établissement de la colonie de Sawridge commence. En 1922, la ville change de nom pour Slave Lake. Après les terribles inondations de 1935-1936, elle est déplacée de deux kilomètres pour occuper son emplacement actuel. Slave Lake connaît une vague de prospérité durant la Deuxième Guerre mondiale grâce à la construction de la route de l’Alaska et, plus tard, durant les années 1950 à 1980, grâce à l’exploitation des ressources forestières et pétrolières. L’exploration et le développement de ces ressources demeurent les moteurs économiques de la ville; l’industrie du tourisme s’y développe de plus en plus. Les attractions sont, entre autres, les plages du Petit lac des Esclaves et un observatoire d’oiseaux.

Incendie de forêt en 2011

En mai 2011, des conditions sèches et de forts vents causent la propagation rapide d’un incendie de forêt près de Slave Lake, en Alberta. La ville de 7 000 habitants est évacuée et au retour des résidents, ceux-ci découvrent que le tiers de leurs demeures et de leurs entreprises a été dévoré par les flammes. Avec des dommages assurables qui s’élèvent à 700 millions de dollars, l’événement s’avère une des catastrophes naturelles les plus coûteuses dans l’histoire canadienne. Un pilote d’hélicoptère servant à la lutte contre les incendies perd la vie à la suite d’un écrasement dans le Petit lac des Esclaves.