Société de musique contemporaine du Québec

La Société de musique contemporaine du Québec a été fondée à Montréal en 1966 par Maryvonne KENDERGI, Wilfrid PELLETIER, Hugh Davidson et les compositeurs Jean PAPINEAU-COUTUREet Serge GARANT. Elle a pour mission de promouvoir la musique contemporaine internationale et canadienne.

Société de musique contemporaine du Québec

La Société de musique contemporaine du Québec a été fondée à Montréal en 1966 par Maryvonne KENDERGI, Wilfrid PELLETIER, Hugh Davidson et les compositeurs Jean PAPINEAU-COUTUREet Serge GARANT. Elle a pour mission de promouvoir la musique contemporaine internationale et canadienne.

Chaque année, la SMCQ organise une série de concerts avec l'Ensemble de la SMCQ et des groupes et des solistes invités de réputation internationale. Formé en 1968, l'Ensemble de la SMCQ (connu jusqu'en 1971 sous le nom Groupe instrumental de Montréal) est un ensemble à géométrie variable. L'Ensemble donne des concerts dans tout le Canada, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas et réalise au moins 31 enregistrements. Au cours des années, la SMCQ joue en première plus d'une centaine de pièces commandées (la plupart composées par des compositeurs canadiens) et interprète plus de 900 œuvres contemporaines. Depuis son association avec la maison de disques ATMA Classique en 2000, la SMCQ a réalisé une série de CD d'œuvres de compositeurs québécois.

En juin 2000, la SMCQ présente la Symphonie du millénaire, une importante collaboration musicale de 19 compositeurs dirigée par Walter BOUDREAUet Denys BOULIANEet interprétée devant plus de 40 000 personnes à l'Oratoire Saint-Joseph de Montréal. Ce projet s'est mérité un Prix Opus pour l'Événement de l'année.

Le festival international Montréal/Nouvelles Musiques (MNM), un événement biennal sous la direction artistique de Walter Boudreau et Denys Bouliane, a lieu pour la première fois en 2003. Le festival, qui se déroule sur une période de dix jours, présente les œuvres de plus de cinquante compositeurs et se veut un lieu de rencontre international pour les compositeurs, les artistes, les producteurs et les diffuseurs. Les événements tenus dans le cadre de ce festival se déroulent en différents endroits de Montréal et incluent des séminaires, des répétitions ouvertes au public, des ateliers de maître, un symposium et 19 concerts. Pour sa première édition, le festival s'est mérité de nombreux prix dont le Grand prix du Conseil des arts de Montréal et cinq Prix Opus dans les catégories Événement musical de l'année, Directeur artistique de l'année (Denys Bouliane et Walter Boudreau), Création de l'année (pour l'œuvre Quaternionsde Michel LONGTIN) et Reconnaissance à un artiste hors-Québec (décerné à The Hilliard Ensemble de l'Angleterre). En 2004, pour alterner avec le festival MNM, on crée le festival de musique international MusiMars. Il s'agit d'un événement en collaboration qui consiste en une semaine de séminaires, d'ateliers de maître et de concerts consacrée à un ou à plusieurs compositeurs de renommée internationale.

En 1997, la SMCQ met sur pied un programme pour les jeunes appelé la SMCQ Jeunesse qui présente des contes musicaux pour les enfants. Jusqu'à aujourd'hui, cinq productions pour enfants ont été présentées : L'histoire du petit tailleur (1997), Bouba ou Les tableaux d'une expédition (2001), Éclats de rythme (2002), Le piano muet (2003) et Tapajungle! (2004). L'ensemble en résidence de la SMCQ Jeunesse est le quatuor de percussions QUAD (formé en 2001). La SMCQ Jeunesse s'est méritée de nombreux prix dont un Prix Opus en 1997, en 2001 et en 2002 dans la catégorie Création de l'année - Jeune public ainsi qu'un prix Coups de cœur décerné par l'Académie Charles Cros de France en 2003 pour le livre Le piano muet. La SMCQ chapeaute le Prix Flandre-Québec, un concours international de composition qui s'adresse aux compositeurs québécois et flamands.

L'ensemble de la SMCQ est nommé ensemble de l'année en 1982 par le CONSEIL CANADIEN DE LA MUSIQUE. Depuis, il s'est mérité de nombreux prix dont le prix du Meilleur enregistrement canadien du CMC (1983), le Grand prix du CACUM (1991), le prix Album de l'année à l'ADISQ pour l'album Hommage à Michel-Georges Brégent (1995) et un Prix Opus décerné par le Conseil québécois de la musique pour l'enregistrement Claude Vivier (2002).


Liens externes