Société de musique contemporaine du Québec

Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ). Société fondée à Montréal en 1966, grâce à l'initiative de Wilfrid Pelletier alors directeur du service de la musique au MACQ, par Jean Papineau-Couture, Maryvonne Kendergi, Serge Garant et Hugh Davidson.

Société de musique contemporaine du Québec

Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ). Société fondée à Montréal en 1966, grâce à l'initiative de Wilfrid Pelletier alors directeur du service de la musique au MACQ, par Jean Papineau-Couture, Maryvonne Kendergi, Serge Garant et Hugh Davidson. Jean Vallerand et Pierre Mercure sont aussi à l'origine du projet. Le premier président de la SMCQ est Jean Papineau-Couture (1966-1972). Comme le spécifient les statuts, l'objectif de la SMCQ est de « diffuser et de promouvoir la musique contemporaine, tant internationale que canadienne ». Le premier concert a lieu le 15 décembre 1966 à la salle Claude-Champagne et il comprend des œuvres de Boulez, Schafer, Mather et Garant. D'abord exclusivement subventionnée par le MACQ, la société reçoit par la suite l'appui du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts de la région métropolitaine (aujourd'hui Communauté urbaine) de Montréal. Formé en 1968, l'Ensemble de la SMCQ (appelé Groupe instrumental de Montréal jusqu'en 1971) est dirigé par le directeur artistique de la Société; à ce poste se succèdent Serge Garant (1966-1986), Gilles Tremblay (1986-1988) et Walter Boudreau (1988 -). L'Ensemble, qui est à géométrie variable et qui peut compter jusqu'à 45 instrumentistes selon les exigences de l'œuvre, est désigné Ensemble de l'année par le Conseil canadien de la musique en 1982. En 1990, deux détachements de l'Ensemble voient le jour : le Midi-Ensemble, composé de huit instrumentistes, et le Trio de la SMCQ (flûte, piano et violoncelle).

La société organise chaque saison une série de concerts donnés notamment par l'Ensemble de la SMCQ ou par des groupes et solistes invités. Présentés à la salle Pollack de l'Université McGill durant plusieurs années (1975-1987), ils prennent place dans divers lieux de Montréal à partir de 1987. Parmi les nombreux solistes et groupes canadiens qui participent à ces concerts, on remarque Louise Bessette, Lise Daoust, l'Esprit Orchestra, John Hawkins, Bruno Laplante, Phyllis Mailing, Gilles Manny, Bruce Mather et Pierrette LePage, le Quatuor Morency, Mary Morrison, Marie-Danielle Parent, Louis-Philippe Pelletier, Christina Petrowska, Gary Relyea, Patricia Rideout, l'Ensemble vocal Tudor de Montréal, le Quatuor à cordes Alcan, le Quatuor Molinari, Lorraine et Pauline Vaillancourt, et les York Winds. La SMCQ invite plusieurs compositeurs réputés et leurs interprètes reconnus, notamment Luciano Berio et la soprano Cathy Berberian (1968), Olivier Messiaen et la pianiste Yvonne Loriod (1970, 1978), Karlheinz Stockhausen et son groupe (1971), Mauricio Kagel et le Kölner Ensemble für Neues Musiktheater (1974), Earle Brown (1976), Steve Reich and Musicians (1983) et Pierre Boulez et l'Ensemble InterContemporain (1991). Les pianistes Alfons et Aloys Kontarsky (1972, 1979) et Claude Helffer (1983), les Percussions de Strasbourg (1973), les organistes Xavier Darasse (1975), Werner Jacob (1977) et Jean-Pierre Leguay (1981), le Groupe instrumental de Bourges (1979), le Quatuor à cordes de Kreuzberg (1980), l'Ensemble Lontano de Londres (1985), le BBC Scottish Symphony Orchestra (1988), l'Ensemble de musique nouvelle de Vilius dirigé par Sarunas Nakas (1991), le Groupe Vocal de France (1993), le Cuarteto Latinoamericano (1994), l'Ensemble GRAME (1996), l'Ensemble Musica Nova (1999) et l'Ensemble Hilliard (2003) sont aussi parmi les interprètes invités.

L'Ensemble de la SMCQ se produit dans d'autres villes du Canada, dont Toronto et Vancouver, ainsi qu'au 9e Festival international d'art contemporain de Royan (1972), au 5e festival biennal « Reconnaissance des musiques modernes » à Bruxelles (1973), au festival du bicentenaire des États-Unis à Washington (1975) et aux Journées mondiales de la SIMC à Boston (1976), lesquelles sont suivies d'une tournée canadienne, conjointement avec les NMC. À l'automne 1977, l'Ensemble donne des concerts en Angleterre, en France, en Allemagne et en Belgique dans le cadre de Musicanada et, sous les auspices de la CAPAC, de Rendezvous with Canada. En 1983, il effectue sa première tournée au Québec, visitant les villes de Rimouski, Chicoutimi, Québec, Trois-Rivières et Joliette. En 1987, alors qu'il participe au festival New Music America à Philadelphie, sa performance est commentée par Andrew Stiller du Philadelphia Inquirer (7 octobre 1987) en ces termes : « L'attraction principale au grand concert du Port of History Museum est la Société de musique contemporaine du Québec, un véritable orchestre de chambre de haut calibre. Il est le seul parmi les ensembles que j'ai entendus jusqu'ici au festival à pouvoir rivaliser avec le savoir faire technique des meilleures formations classiques de Philadelphie. » L'année suivante, il effectue une tournée de cinq villes canadiennes avec l'Esprit Orchestra, puis, une tournée européenne en France, en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas.

En 1995, l'Ensemble de la SMCQ se produit à la Music Gallery de Toronto et au Vancouver East Cultural Centre et, en 1999, il est l'invité d'honneur de deux festivals de musique nouvelle français : Présences (Radio-France) et Agora (IRCAM). La SMCQ collabore aussi avec plusieurs organisations des domaines de la danse (avec O Vertigo pour monter Drumming de Steve Reich) et de l'opéra (avec Chants Libres pour la production de Manuscrit trouvé à Saragosse de José Evangelista et avec l'Opéra de Montréal pour monter The Rape of Lucretia de Britten). Elle travaille aussi avec des ensembles de concerts traditionnels comme l'Orchestre symphonique de Montréal, le Nouvel Ensemble Moderne, le Théâtre la Chapelle, le Quatuor Molinari et l'Orchestre symphonique de Québec.

La SMCQ crée, présente ou reprend depuis ses débuts plus de 900 œuvres de compositeurs contemporains, y compris des classiques comme Pierrot Lunaire, en 1968, et, en 1976, d'autres œuvres intégrales pour piano de Schoenberg, Déserts, Intégrales, Ecuatorial, Ionisation et Octandre de Varèse, en 1975, à un concert marquant le 10e anniversaire de la mort du compositeur, et, en 1985, Le Marteau sans maître de Boulez. En 1991, la SMCQ remporte le Grand Prix du Conseil des arts de la communauté urbaine de Montréal (CACUM) pour son programme de la célébration de son 25e anniversaire.

En 2004, l'Ensemble de la SMCQ crée plus de 100 commandes, dont la plupart sont composées par des canadiens, notamment Souffles (Champs II) de Tremblay (1968), Rasas I de Beecroft (1969), Cycle op. 16 de Jacques Hétu (1970), Music for the Morning of the World de Schafer (1971), Waves de Hawkins (1971), Circuits II de Garant (1972), IIKKII (Froidure) de Morel (1972), Obsession de Papineau-Couture (1973), Ishuma de Coulombe Saint-Marcoux (1973), Madrigal V de Mather (1973), Concerto de chambre de Cherney(1972), Sonata pian'e forte de Amy (1974), Plectros IV de Lanza (1975), Liebesgedichte de Vivier (1975), Moll, opéra-lilliput pour six roches molles de Deschênes (1976), Épéï (puisque, depuis, since) de Iannis Xénakis (1976), Images (Refractions of Time and Space) de Steven (1977), Uraufführung d'Otto Joachim (1977), Interactions de Pépin (1977), Variations « Auras » de Gonneville (1978), Di mi se mai... de Loraine (1979), Relief - haut et bas de Hambreus (1980), Per Sonate de Xavier Darasse (1980), Valse d'Yves Daoust (1981), À la source d'Hyprocrène de Burke (1981), Dilmun-Eden : quatre règnes dans l'évolution terrestre de Brégent (1981-1986), Espace de Lalonde (1981), Anagramme de Provost (1981), Treppenmusik de Rea (1982), Précis de décomposition de Constant (1982), Kata : San Shi Ryu de Longtin (1982), Mutations de Prévost (1982), Music for a Thousand Autumns de Louie (1983), Clos de Vie d'Evangelista (1983), Tangente de Trochu (1984), Concerto de Bell (1984), Incantations III de Boudreau (1984), Prologue d'Arcuri (1985), l'opéra de chambre Jakob Lenz de Wolfgang Rihm (1985, présenté en coproduction avec le Goethe Institute), À propos... et le Baron Perché? de Bouliane (1985), Merapi d'Evangelista (1986), Durer de Boucher (1986), Nuit polaire de Papineau-Couture (1987), Versus de Boudreau (1987), The Aristocratic Lover d'Arseneault (1987), Heureux qui, comme... de Gougeon (1987), Nuage Précieux de Chan (1987), Far Calls. Coming, Far! de John Burke (1988), Variations sur un air d'accordéon de Daoust (1988), Mouvances, Errances et toute cette sorte d'ances de Lalonde (1988), Aller-Retour d'Oliver (1988), The Proximity of Mars de Sharman (1988), Shadow Painting de Brady (1989), Chroniques de la lumière de Dhomont et Courchesne (1989), Deux baguettes dans un presto de Hamel (1989), Babel (Concerto de chambre) de Thibault (1989), Red Shoes de Gellman (1990), Messagesquisse de Pierre Boulez (1990), Citortia de Longtin (1990), Le désir Fauve de Bouhalassa (1991), Théâtre navrant de Hamel (1991), Étude pour une Fête de Harley (1991), Quand le journal fermente comme un éclair claquemuré de Hyland (1991), Creatures of Earth and Sky de Chatman(1991), Un Bal masqué de Leduc (1991), Rimes et mesures dépourvues de Lemire (1991), Babylone-La porte du Dieu de Lesage (1991), Erratum musical (music for non-thinkers) de Palmieri (1991), C.S.Q.M de Pelletier (1991), Musique du feu de Tremblay (1991), Destination Soleil de Lussier (1992), Lumières sculptées de Morel (1992), Eglogue-Le jardin des oliviers de Provost (1992), Paysage, Qu. de Bouliane (1993), The Heart Tears Itself Apart With the Power of its Own Muscles. Resonance #3 de Dolden (1994), Stacheldraht de Joachim (1994), L'arbre de Borobudur de Tremblay (1994), Neuf Zéniths II de Boudreau (1994-1995), Impromptu de Daoust (1995), Le cauchemar climatisé de Thibault (1995), Afterdreamingly (A Legend?) de Hyland (1995-1996), Compressions de Bouchard (1996), Jeu des portraits de Sokolovic (1996), In auditorium de Hamel (1998), Procession burlesque de Harman (1998), Homonymy de Oswald (1998), Concerto « Lucky Luke » de Collard (1999), Le Livre des mélancolies de Lesage (1999), Volando de Panneton (1999), Destin anémique (Voyage au centre du vide) de Collard (2000), Double entente de Bashaw (2002) et Anytime d'Oesterle (2003).

Ses réalisations démontrent, à la fois par leur nombre et par l'intérêt qu'elles suscitent, l'évidente réussite de la SMCQ dans son effort déployé pour atteindre ses buts premiers. À l'occasion du concert marquant le 10e anniversaire de la société, Eric McLean écrit dans le Montreal Star (10 décembre 1976) : « La Société mérite les plus chaleureuses félicitations à l'occasion de cet important anniversaire... aujourd'hui, non seulement peut-elle s'appuyer sur un nombre considérable d'interprètes qualifiés, mais une nouvelle génération a fait son apparition... D'une importance comparable au progrès de l'ensemble a été la création d'un public fidèle pour ce répertoire, et il continue d'augmenter ». Un fonds d'archives est conservé aux ANQ à Montréal.

Dans les dernières années, la SMCQ produit des évènements musicaux et des festivals à grande échelle qui attirent l'attention internationale. En juin 2000, elle organise la Symphonie du Millénaire, une vaste collaboration musicale, codirigée par Walter Boudreau et Denys Bouliane, incluant 19 compositeurs et conçue pour un public de plus de 40 000 personnes à l'Oratoire Saint-Joseph de Montréal. Ce projet remporte le prix Opus de l'événement de l'année du Conseil québécois de la musique.

Est inauguré en 2003 le Festival international Montréal/Nouvelles Musiques, un évènement biennal sous la direction artistique de Walter Boudreau et de Denys Bouliane produit par la SMCQ en collaboration avec la Faculté de Musique de l'Université McGill, l'Orchestre symphonique de Montréal, la chaîne culturelle de Radio Canada et CBC Radio Two. Le festival, qui dure 10 jours, présente les œuvres de plus de 50 compositeurs et constitue un lieu de rencontre pour les compositeurs, interprètes, producteurs et diffuseurs. Parmi les invités nommons : Elektra (Purform), l'Ensemble Contemporain de Montréal, l'Ensemble de la SMCQ, le Hilliard Ensemble de Londres, Klangforum de Vienne, La Nef, l'Ensemble de musique contemporaine de McGill, l'Orchestre symphonique de McGill, l'Orchestre symphonique de Montréal, le Quatuor de saxophones Quasar, les Quatuors à cordes Bozzini et Molinari, Réseaux, SuperMusique, le Trio Fibonacci, VivaVoce et les solistes Robert Cram, Lise Daoust, Jacques Drouin, Lori Freeman, Louis-Philippe Marsolais, Joseph Petric, Alain Trudel et Lorraine Vaillancourt. Les évènements, tenus à différents endroits de Montréal, incluent des conférences, des répétitions ouvertes au public, des cours de perfectionnement, un symposium et 19 concerts.

Le festival MNM de 2003 reçoit plusieurs récompenses, notamment le Grand Prix pour la musique du Conseil des arts de Montréal et cinq prix Opus du Conseil québécois de la musique pour l'évènement de l'année, le directeur artistique de l'année (Denys Bouliane et Walter Boudreau), la création de l'année (pour Quaternions de Michel Longtin) et l'ensemble invité de l'année (pour le Hilliard Ensemble de Londres).

En 2004 a lieu l'inauguration de MusiMars, un festival musical international tenu tous les deux ans en alternance avec le festival MNM. MusiMars est un évènement organisé en collaboration par la SMCQ, la faculté de musique de l'Université McGill et le Centre national des arts. Généralement, il comprend une semaine de conférences, de cours de perfectionnement et de concerts donnés au mois de mars et dédiés à un ou plusieurs compositeurs de renommée internationale. En 2004, MusiMars se concentre sur le compositeur français Philippe Hurel et le compositeur canadien Howard Bashaw et rend hommage à Gérard Grisey (décédé en 1998), figure marquante des écoles de musique spectrale. Parmi les interprètes, on compte : l'Ensemble du Centre national des arts sous la direction de Denys Bouliane, l'Ensemble de la SMCQ sous la direction de Walter Boudreau, le McGill Conservatory Music Ensemble sous la direction de Denys Bouliane, l'Orchestre symphonique de McGill sous la direction d'Alexis Hauser, l'Ensemble de percussion McGill sous la direction de D'Arcy Gray, Jethro Marks, Lori Freedman, Kyoko Hashimoto, Ingrid Schmithüsen, Louise-Andrée Baril, Alain Trudel, Yan Salafrank, Brigitte Poulin et D'Arcy Gray. Une série de quatre concerts présente le répertoire de Grisey, Messieaen, Bashaw, Bouliane, Vivier, Hurel, Denys Bouliane, John Rea et Stephen Rogers.

L'Ensemble de la SMCQ participe à plus de 31 enregistrements de 1968 à 2003. En 2000, la SMCQ s'associe avec la compagnie d'enregistrement ATMA Classique, ce qui entraîne la production d'une série de CD dévoués à d'importants compositeurs québécois. Parmi les plus récents CD, on retrouve : Trois Concertos : Isabelle Panneton, Sean Ferguson, Vincent Collard (ATMA Classique 2003), Les Lauréats : Prix Québec-Flandre (1998-2003) : André Ristic, Wim Henderickx, Peter Swinnen, André Villeneuve, Annelies Van Parys (ATMA Classique 2003), Walter's Freak House : Œuvres de Walter Boudreau (ATMA Classique 2002), Claude Vivier (ATMA Classique 2001), In C : Terry Riley (ATMA Classique 2000) et Les Vêpres de la Vierge : Gilles Tremblay(Analekta Fleur de Lys 1998).

La SMCQ reçoit plusieurs prix pour ses enregistrements, notamment celui du meilleur enregistrement fait au Canada du Centre de musique canadienne (1983), de l'album de l'année à l'ADISQ pour Hommage à Michel-Georges Brégent (1995) et un prix Opus pour l'enregistrement Claude Vivier (2002)

La SMCQ gère le prix Flandre-Québec, un concours international de composition pour les compositeurs québécois et flamands. Le prix est établi en 1988 sous la forme d'un programme d'échange culturel entre le Québec et la Flandre dans le but de reconnaître les compositeurs et interprètes talentueux des deux communautés. Depuis 2000, le prix est décerné exclusivement aux compositeurs. Grâce à un don du compositeur Gilles Tremblay, un nouveau concours national de composition verra le jour dans un futur proche.

En 1997, la SMCQ lance un programme pour jeunes intitulé SMCQ Jeunesse dédié à l'interprétation d'histoires musicales pour enfants. Pour le moment, cinq productions pour enfants ont été présentées : L'Histoire du petit tailleur (1997), Bouba ou Les tableaux d'une expédition (2001), Éclats de rythme (2002), Le Piano Muet (2003) et Tapajungle! (2004). Afin de préparer les enfants aux représentations, la SMCQ distribue généralement des livres d'activités éducatives, intitulés Les Cahiers de Diapason.

En 2003, la SMCQ, l'éditeur Fides et la compagnie d'enregistrement ATMA Classique s'allient pour produire un livre enregistré du conte de Gilles Vigneault, Le Piano Muet, dont la musique est de Denis Gougeon. Par la suite, l'Académie Charles Cros, de France, attribue au disque un prix Coup de Cœur. D'autre prix sont décernés à la SMCQ Jeunesse, dont trois prix Opus de la meilleure production pour jeunes en 1997, 2001 et 2002.

Depuis 2001, l'ensemble-résident de la SMCQ Jeunesse est QUAD, un quatuor de jeunes percussionnistes qui incorpore une combinaison d'instruments de percussion traditionnels et non-traditionnels (comme des clés, des bouteilles et le corps humain) dans ses compositions musicales.

Discographie

Bouliane À propos... et le baron perché? : Ens SMCQ, Boudreau dir; 1988; SNE 543 (CD).

- Climats, Lorrain « Di mi se mai », Burke À la source d'Hypocrène : Ens SMCQ, Garant dir; 1980-81; RCI 546.

Garant Offrande I : Morrison sop, Ens SMCQ, Garant dir; Circuits I, Offrande III : Ens SMCQ, Garant dir; 1970-73; RCI 368 et 4-ACM 2.

-Rivages : B. Laplante bar, Ens SMCQ, Garant dir; 1977; RCI 475.

Longtin Pohjatuuli : Ens SMCQ, Garant dir; 1984; 2-RCI 585 et 2-Centredisques CMC-14-1584.

- Kata : San Shi Ryu, Trochu Tangente : Ens SMCQ, Garant dir; 1986; RCI 611.

Mather Madrigal II : Morrison sop, Rideout contralto, Ens SMCQ, Garant dir; 1972; RCI 369 et 4-ACM 9.

Montréal Postmoderne : Rea Treppenmusik, Evangelista Clos de vie; Ens SMCQ, Garant dir; 1984; Centredisques CMC-2085.

Morel Départs, IIKKII (Froidure) : Ens SMCQ, Garant dir; Radiance : Husaruk vn, Kudlak al, J.-L. Morin vc, Ens SMCQ, Garant dir; 1970-1972; RCI 367 et 5-ACM 6.

Musique d'aujourd'hui II : Schafer Requiems for the Party Girl : Mailing mezzo, Ens SMCQ, Garant dir; Papineau-Couture Paysage : Ens vocal Tudor de Mtl, Ens SMCQ, Garant dir; 1969-1970; RCI 299, (Schafer) 5-ACM 3, (Papineau-Couture) 6-ACM 4.

Musique d'aujourd'hui III : Garant Jeu à quatre, Hawkins Remembrances; membres SMCQ, Garant dir; 1968-1969; RCI 300, (Garant) 4-ACM 2.

Musique d'aujourd'hui IV : Beecroft Rasas I : Ens SMCQ, Garant dir; J. Hétu Cycle op. 16 : J. Hawkins p, Ens SMCQ, Garant dir; 1970; RCI 301, (Beecroft) 4-ACM 13, (Hétu) 4-ACM 31 (CD).

Papineau-Couture Le Débat du cœur et du corps de Villon : Ilial narr, J.-L. Morin vc, Leroux perc; Longtin Deux rubans noirs III : Ens SMCQ, Garant dir; 1979; RCI 498, (Papineau-Couture) 6-ACM 4.

Saint-Marcoux Ishuma : M. Forget sop, Ens SMCQ, Garant dir; Garant ... chant d'amours : P. Vaillancourt sop, J. Fleury-Coutu mezzo, R. Richard bar, J.-L. Morin vc, Ens SMCQ, Garant dir; 1976; RCI 422, (Garant) 4-ACM 2, (Saint-Marcoux) 5-ACM 18.

Saint-Marcoux Regards : Ens SMCQ, Garant dir; 1981; RCI 525 et 5-ACM 18.

SMCQ : Sharman, Garant, Gougeon, Roy, Steven : Ens SMCQ, Boudreau dir; 1988; RCI 655 (CD).

SMCQ : Vivier Prolifération : J. Laurendeau ondes M, L.-P. Pelletier p, Laflamme perc; W. Douglas Improvisation III : J. Laurendeau cl, L.-P. Pelletier p; Heard Voices : MacKinnon sop, J.-P. Major fl, S. Mustard vc, Hawkins p, Lachapelle perc, Garant dir; 1969-1970; RCI 358, (Vivier) 4-ACM 36 (CD).

Gilles Tremblay Souffles (Champs II), Vers (Champs III) : Ens SMCQ, Garant dir; 1970; RCI 370 et 6-ACM 12.

-Oralléluiants : P. Vaillancourt sop, Ens SMCQ, Garant dir; 1976; RCI 499 et 6-ACM 12.

-Compostelle : Iacuarto cl, Ens SMCQ, Garant dir; Garant Quintette : Major fl, Rolland ht et cor angl, J.-L. Morin vc, Leroux perc, L. Vaillancourt p; 1979; RCI 527, (Tremblay) 6-ACM 12.

Vivier Lettura Di Dante : P. Vaillancourt sop, Ens SMCQ, Garant dir; Aitken Shadows II : Lalita; Aitken fl, Ens SMCQ, Garant dir; 1973-1974; RCI 411.

Bibliographie

Claude GINGRAS, « Fondation d'une société de musique contemporaine », La Presse (Montréal, 19 nov. 1966).

Bruce MATHER, « La Société de musique contemporaine du Québec », Mcan, 25 (déc. 1969).

Jacques THÉRIAULT, « La SMCQ dame le pion à l'OSM qui n'a pas su s'adapter à l'époque actuelle », CompCan, 46 (janv. 1970).

Maryvonne KENDERGI, « L'Audience et programme de la SMCQ s'accroient [sic] rapidement », ScM, 256 (nov.-déc. 1970).

Eric McLEAN, « Composers outstanding with new music », Montreal Star(13 avril 1973).

Felix APRAHAMIAN, « A splash from Canada », Sunday Times(Londres, 9 nov. 1977).

Maurice FLEURET, « Des Canadiens à Paris », Nouvel Observateur, 680 (21-27 nov. 1977).

Michael SCHULMAN, « La Musique contemporaine prospère dans tout le Canada », ScM, 303 (sept.-oct. 1978).

Louise BAIL-MILOT, « Quinze ans, ça se fête! », Sonances, I (janv. 1982).

Pierre PRÉVOST, « La SMCQ a célébré avec fierté son 15e anniversaire », ScM, 325 (mai-juin 1982).

François GUÉRIN, « Les Vingt ans de la SMCQ, un bilan éloquent », Aria, VII (hiv. 1985).

Claire MÉTRAS, « La Société de musique contemporaine du Québec », Bulletin de l'AEC[Association d'études canadiennes], XII (aut. 1990).


Lecture supplémentaire

  • Gingras, Claude. 'Fondation d'une société de musique contemporaine,' Montreal La Presse, 19 Nov 1966

    Mather, Bruce. 'La Société de musique contemporaine du Québec,' Mcan, 25, Dec 1969

    Thériault, Jacques. 'The SMCQ is ahead of the game, because the MSO cannot change with the changing times,' CanComp, 46, Jan 1970

    Kendergi, Maryvonne. 'SMCQ's audience, program expand,' MSc, 256, Nov-Dec 1970

    McLean, Eric. 'Composers outstanding with new music,' Montreal Star, 13 Apr 1973

    Aprahamian, Felix. 'A splash from Canada,' London Sunday Times, 9 Nov 1977

    Fleuret, Maurice. 'Des Canadiens à Paris,' Nouvel Observateur, 680, 21-7 Nov 1977

    Schulman, Michael. 'Contemporary music groups thriving across Canada,' MSc, 303, Sep-Oct 1978

    Bail-Milot, Louise. 'Quinze ans, ça se fête!' Sonances, vol 1, Jan 1982

    Prévost, Pierre. 'SMCQ leader in world of contemporary music groups,' MSc, 325, May-Jun 1982

    Guérin, François. 'Les vingt ans de la SMCQ, un bilan éloquent,' Aria, vol 7, Winter 1985

    Métras, Claire. 'La Société de musique contemporaine du Québec,' Association for Canadian Studies ACS Newsletter, vol 12, Autumn 1990

    Galaise, Sophie. 'Serge Garant, directeur de la Société de Musique Contemporaine du Québec (1966-1986),' Cahiers de la Société Québécoise de Recherche en Musique, vol 1, Dec 1997

Liens externes