St Lawrence Hall

Le St. Lawrence Hall a ouvert ses portes en 1850. Il s’agissait de la première grande salle de réunion torontoise.

St. Lawrence Hall
L'architecture du hall refl\u00e8te l'influence du style de la Renaissance, avec son portique surélevé sur une base décorée d'un arc (photo de Steven Evans).

Le St. Lawrence Hall a ouvert ses portes en 1850. Il s’agissait de la première grande salle de réunion torontoise. Nommé en l’honneur du saint patron du Canada, le St. Lawrence Hall a été le centre culturel et politique de Toronto pendant de nombreuses années, le lieu de nombreux bals, réceptions, concerts, expositions et conférences. De grandes personnalités canadiennes y sont apparues, comme John A. Macdonald, George Brown et Thomas D’Arcy McGee. En 1967, après des décennies de déclin, la salle est déclarée un site historique national. Elle est restaurée en l’honneur du centenaire du pays.

Historique

Une salle publique entourée de magasins est construite en 1831, faisant partie du cercle d’édifices qui constitue la place du marché de York. En 1834, alors que York est constituée et devient Toronto, la salle devient l’Hôtel de ville pour une dizaine d’années, jusqu’à ce qu’un nouveau soit construit non loin. Après que le grand feu du 7 avril 1849 ait détruit la grande partie du centre-ville, le quartier est revitalisé grâce à la construction du St. Lawrence Hall et de la cathédrale St-James.

Architecture

Conçue par le Torontois William Thomas, l’architecture de la salle reflète l’influence du style Renaissance dans son portique soulevé sur une base à arcades, mais ce style est réinterprété d’une manière nettement victorienne. Son ornementation richement sculptée, sa silhouette pittoresque et son intégration éclectique de la toiture à la Mansart française sont typiques du goût architectural contemporain.

Situé sur le coin sud-ouest des rues King et Jarvis, le St. Lawrence Hall est relié à l’hôtel de ville à Front et Jarvis par une annexe abritant un marché. L’édifice comprend des vitrines commerciales au rez-de-chaussée, des bureaux au deuxième étage et une salle de conférence de 250 mètres carrés au troisième étage, qui peut accueillir 1 000 personnes à l’occasion de concerts et de discours. Un balcon en fort arc à l’extrémité nord de la salle de conférence sert de tribune; une scène ouverte se trouve à l’extrémité sud.

Événements remarquables et emplois de la salle

Les figures politiques de premier rang comme John A. Macdonald, George Brown et Thomas D’Arcy McGee s’adressent au public torontois à la salle. Les prestations musicales incluent des récitals par des artistes de renommée mondiale comme les sopranos Jenny Lind (1851) et Adelina Patti (1853, 1860), le violoniste Ole Bull (1853) et le pianiste Sigismund Thalberg (1857). Il y a également des représentations par la Toronto Vocal Music Society et la Toronto Philharmonic Society, ainsi que des spectacles de ménestrels et des productions des œuvres de Gilbert et Sullivan de la part des étudiants du Upper Canada College.

La salle ouvre ses portes peu après que le Congrès des États-Unis ait adopté la Loi des esclaves fugitifs de 1850 et que des milliers d’esclaves étatsuniens s’enfuient vers le Canada par le chemin de fer clandestin. La salle devient un lieu de rencontre important du mouvement abolitionniste de l’époque et accueille en 1851 la North American Convention of Colored Freemen (Réunion nord-américaine des hommes de couleur libres) et des intervenants de renom tels les réformistes sociaux Frances Harper et Henry Bibb.

Déclin et restauration

Pendant les années 1870, le centre-ville torontois migre du marché St. Lawrence vers la rue Yonge. Dans les années 1890, l’apparition de nouvelles salles de spectacles, plus à propos et mieux situées, comme Massey Hall, provoque une baisse dans l’utilisation du St. Lawrence Hall; celui-ci se délabre peu à peu. En 1967, l’édifice est désigné lieu historique national et est restauré dans le cadre d’un projet centenaire de la ville de Toronto. La salle de conférence est alors de nouveau utilisée lors de réunions sociales ou d’entreprise, et de concerts de musique de chambre. Les deux premières cérémonies des prix Juno y sont tenues en 1970 et 1971. De 1948 à 1996, la salle abrite les bureaux administratifs et les salles de répétition du Ballet national du Canada.

Une version de cet article est parue originalement dans l’Encyclopédie de la musique au Canada.

Voir aussi :Toronto Feature: St. Lawrence Hall; Toronto Feature: St. Lawrence Market.