Steven Staryk

En 1956, Staryk est finaliste derrière Salvatore Accardo (aucun premier prix n'est accordé), au Concours international d'Exécution Musicale de Genève, ainsi qu'au Concours international Carl Flesch de Londres (un seul prix y est accordé).


Steven Staryk

 Steven (Sam) Staryk. Violoniste, professeur (Toronto, d'ascendance ukrainienne, 28 avril 1932). D.èsL. h.c. (York) 1980; membre honoraire du RCM (Royal Conservatory of Music) 2008. À six ans, il entreprend des études de violon avec John Moskalyk et les poursuit, de 1942 à 1956, avec Elie Spivak, Chris Dafeff, John Dembeck et Albert Pratz, puis avec Mischa Mischakoff, Oscar Shumsky et Alexander Schneider à New York. À 14 ans, il donne son premier récital pour la radio de la SRC; à 17 ans, il exécute au Massey Hall le Concerto no 1 de Paganini avec l'orchestre du RCMT. Durant son adolescence, il joue avec les Concerts symphoniques Promenade. Staryk est membre du TSO (1950-1952) (qui le congédie avec cinq autres musiciens qui ne peuvent entrer aux É.-U. parce qu'on les soupçonne injustement d'être des sympathisants communistes) et de l'Orchestre symphonique de la SRC (1952-1956). Durant ces années, il mène une carrière active et diversifiée en tant que pigiste, travaillant également à titre de musicien de studio et de membre et premier violon du Hart House Orchestra et de plusieurs ensembles de chambre.

En 1956, Staryk est finaliste derrière Salvatore Accardo (aucun premier prix n'est accordé), au Concours international d'Exécution Musicale de Genève, ainsi qu'au Concours international Carl Flesch de Londres (un seul prix y est accordé). Grâce à ce concours cependant, il est invité par sir Thomas Beecham à se joindre au Royal Philharmonic Orchestra comme premier violon - le plus jeune dans l'histoire de cette formation. À ce poste, il se produit souvent comme soliste avec l'orchestre à Londres et en tournée. En 1960, il est violon solo de l'OS de la SRC pour l'enregistrement d'œuvres de Stravinsky sous la direction du compositeur. Également en 1960, il est nommé premier violon de l'Orchestre Concertgebouw sur la recommandation de Rafael Kubelík, ainsi que de l'Orchestre de chambre d'Amsterdam, pour lesquels il joue fréquemment comme soliste. Il commence alors trois années d'enseignement au conservatoire d'Amsterdam.

Sur la recommandation de George Szell et de Henryk Szeryng, Staryk est, en 1963, le premier Canadien à être premier violon de l'OS de Chicago. À plusieurs occasions, il se produit comme soliste avec cet orchestre. Il conserve ce poste jusqu'en 1967. Pendant son séjour à Chicago, il enseigne à l'Université Northwestern et à l'American Conservatory. Durant cette période, il fait également des enregistrements, ainsi que des émissions à la radio et à la télévision en Europe et aux États-Unis. Un premier exemple de son appui à la musique canadienne est le programme qu'il présente à Montréal en 1965 pour la Société de musique canadienne, programme comprenant la Suite pour violon solo de Papineau-Couture, le Divertimento no 1 de Murray Adaskin (Staryk avec son épouse, Ida Elizabeth Busch, et Lise Boucher) et la Sonate no 2 de Somers (avec Boucher). Staryk reçoit des bourses du CAC en 1967 et 1975. Après s'être produit en Europe comme soliste avec divers orchestres, ainsi qu'en récital (1967-1968), Staryk enseigne à Oberlin College Conservatory dans l'Ohio (1968-1972) et joue au sein de l'Oberlin String Quartet. Durant ces années, il se concentre sur l'enseignement et sur l'exécution de la musique de chambre, et il fait des apparitions solos en Europe, au Canada et aux États-Unis. Lors de sa première prestation solo avec le TS, sous la direction de Karel Anèerl, le 13 avril 1971, Staryk présente la première de Paganini Collage de Lothar Klein.

Le duo Staryk-Perry

En 1969, avec un collègue du corps professoral, le pianiste américain John Perry, il forme le duo Staryk-Perry qui donne des récitals dans plusieurs grandes villes des États-Unis et du Canada. Le duo joue en première Encounter de Harry Freedman (8 août 1975) au Courtenay Youth Music Centre, où Staryk donne des cours d'été (1972-1976) après être revenu au Canada pour occuper le poste de directeur du département des cordes de la Community Music School of Greater Vancouver (Vancouver Academy of Music). En 1972, Staryk donne également des cours à la Shawnigan Summer School of the Arts (devenue la Johannesen International School of the Arts). Le duo enregistre la Sonate en sol de Papineau-Couture et de nombreuses pièces de répertoire, dont l'ensemble des sonates pour violon de Beethoven. Il se produit à l'ambassade du Canada à Washington, D.C., le 15 mars 1990.

Sa carrière après 1973

Staryk est professeur invité à l'Université de Victoria en 1973-1974 et professeur invité à l'Université d'Ottawa en 1975-1976 où il donne de nombreux récitals, dont un consacré à des œuvres canadiennes. Il enseigne de 1977 à 1979 à l'Université de Western Ontario alors que le Quartet Canada, dont il est violoniste fondateur et membre de 1976 à 1981, y est quatuor résident. Il enseigne au Royal Conservatory of Music de 1975 à 1987 (et y est plus tard professeur invité), de même qu'à l'Université de Toronto de 1978 à 1987. Ses élèves occupent des postes dans les principaux orchestres et ensembles de musique de chambre du Canada, des États-Unis, d'Angleterre, des Pays-Bas et de Norvège. En 1982, Staryk est le premier Canadien invité à faire partie du jury du Concours Tchaïkovsky de Moscou. Il se joint au TS comme premier violon en 1982; à la suite d'une blessure et d'un congé de maladie d'une année en 1986-1987, il démissionne pour se consacrer à l'enseignement à l'Université de Washington, à Seattle, entre 1987 et 1997. À ce poste, à titre de chef de la section des cordes, il crée un programme de formation préparant les instrumentistes à cordes à une carrière orchestrale. Il se retire ultérieurement à Scottsdale, en Arizona.

Prix et honneurs

Parfois appelé « un musicien de musicien » et généralement considéré comme le meilleur violoniste originaire du Canada de sa génération, Staryk a gagné l'estime de ses collègues et des critiques par sa virtuosité et son leadership à l'orchestre. Sa technique - brillante, souple et, de l'avis général, l'une des plus solides du XXe siècle - favorise une sonorité dépouillée et vigoureuse, et constitue une synthèse personnelle de nombreuses influences, sans être le produit d'aucune école en particulier. On a souvent comparé son style à celui de Heifetz. Son répertoire de concertos comporte quelque 40 œuvres.

Parmi les quatre volets de sa carrière (comme enseignant, musicien d'orchestre et de chambre, ainsi que comme soliste), Staryk considère le travail au sein d'un orchestre comme essentiel à son propre développement musical. Il fait valoir la nécessité d'enseigner la pratique orchestrale, et on le loue pour sa musicalité qui s'étend au-delà des limites de son instrument. Il rédige le chapitre intitulé « Violin Performance » dans Careers in Music (Oakville, Ont. 1986) et il figure dans Vivaldi, un documentaire de deux heures de la SRC réalisé par Richard Bocking (1987).

Staryk est très apprécié des compositeurs canadiens. Aussi, lui dédie-t-on les concertos de George Fiala (1973, en première le 11 octobre 1974 avec l'Orchestre symphonique de Winnipeg), Talivaldis Kenins (1974, en première le 31 août 1974 avec l'Orchestre de la SRC à Vancouver), Srul Irving Glick (1976, en première le 24 octobre 1976 avec l'Orchestre symphonique de Victoria) et de Paul Hoffert (1976, en première en juillet 1976 à la Blue Mountain School of Music, près de Collingwood, Ont., où Staryk passe les étés 1976 et 1977 comme artiste résident), ainsi que les pièces Encounter de Freedman et Paganini Collage de Klein déjà mentionnées. Staryk se produit avec tous les plus grands orchestres du Canada pour interpréter le répertoire international des principaux concertos.

Discographie

The Art of Steven Staryk : Saint-Saëns, Sarasate, Leclair, Haydn et autres; Niwa p, London Festival O, Gamley c orch, Boucher p; (1970); 2-Orion 7027-2, (extraits) Sel CC-15068 et Sel CC-15069. Marquis MAR3111 (2006)

Bach Concerto en mi BWV 1042 : Tor Chamb O, Neel c orch; 1977; Umbrella UMB-DD9 et UltraFi ULDD-9.

-Concertos brandebourgeois nos 1-5 : O SRC Van, Bernardi c orch; 1983; 2-CBC SM-5028.

- 4 Sonates BWV 1020-1023 : Gilbert clavn; 1965; Bar BC-2858, Saga XID-5300 et 6-Everest SDBR-3023-6, (BWV 1020, 1022) Orion ORS-74148.

Bach, Satie, Hindemith, Prévost : Schwarz p; 1971; CBC SM-172.

Bartók Deux Portraits op. 5 : Royal Phil O, Kubelík c orch; 1958; Cap SG-7168.

Bartók, Kreisler-Rachmaninov, Shostakovitch : Pannell p; 1984; 2-Duke Street DSR-31003, (Bartók) Duke Street DSR-31020, (Kreisler-Rachmaninov, Shostakovitch) Duke Street DSR-31021.

Bartók Sonate no 1, Beethoven Sonate no 8 op. 30 no 3 : Perry piano; Masters of the Bow MBS-2006.

Beethoven Sonates pour violon : Perry piano; 1980, 1982; 5-CBC SM-5023-5.

Bonporti Concerto op. 11 no 8 : Leonhardt clavn, O chamb d'Amsterdam, Rieu c orch; 1961; Telefunken SAWT-9415.

Brahms, Coward et autres : Royal Tziganes, Staryk vn et c orch; 196?; Philips 870034 et Monitor MFS-715.

Corelli, Tartini et autres : Weeks clavn; Masters of the Bow MBS-2004.

Every Violinist's Guide : Danica, Dont et autres; 1963; Virtuoso VIR-1002, 6-Everest SDBR -3023-6 et RCMT RCM-8601. Centaur CRC 2744 (2005)

Farnon Rhapsody : London Festival O, Farnon c orch; 1963; Poly 2382-008.

Fiocco Allegro, Brahms Sonate en ré mineur : Bernardi p; v. 1969; CBC SM-39.

Four Hundred Years of the Violin : Niwa p, Kotowska p, Gilbert clavn; (1968); 6-Everest SDBR-3023-6, (vol. I, « Staryk in Recital ») 2-Orion 7027-2 et Sel CC-15008.

Four Italian Baroque Concertos : Corelli, Marcello, Torelli, Vivaldi; Baroque Chamb O, Staryk c orch; 1959; Bar BC-2880.

Freedman Encounter, Walton Sonate : H. Bowkun p; v. 1976; CBC SM-342, (Freedman) 6-ACM 8.

Haydn, Leclair, R. Mathieu, Papineau-Couture, Willan : Boucher p; 1966; RCI 243, (Papineau-Couture) 6-ACM 4, (Mathieu) 4-ACM 32.

Hoffert Concerto for Contemporary Violin, Stravinsky L'Histoire du soldat : orch, Hoffert c orch; 1978; Ultrafi ULDD-12 et Marquis Classics ERAD 145 (1992)

Kenins Concerto : O chamb SRC Van, Avison c orch; 1975; CBC SM-293 et 4-ACM 33 (CD).

Masters of the Italian Baroque : Corelli, Locatelli, Nardini, Veracini; Gilbert clavn; 1959; Bar BC-2874, 6-Everest SDBR-3023-6 et Orion OC-682 (cass).

Mozart Concerto no 3 K. 216 : OCNA, Bernardi c orch; 1971; CBC SM-174.

-Concerto no 5 K. 219 : OCNA, Bernardi c orch; 1972; RCI 382 et RCA KRL1-0007.

Paganini Caprices op. 1 nos 1, 2, 5, 9, 13, 14, 16, 17, 19, 20, 21, 24 : 1969; Mus H Soc MHS-1122 et Sel CC-15-076, (extraits) Masters of the Bow MBS-2003 et Orion OC-665 (cass).

Papineau-Couture Sonate en sol, Prokofiev et autres : Perry p; 1975; RCI 438 et 6-ACM 4.

Prokofiev Sonates op. 80 no 1, op. 94 bis no 2 : Bernardi p; 1968; A of D SDD-2152 et Mus H Soc MHS-1135.

-Concerto no 1 pour piano : OS de Van, Akiyama c orch; 1973; CBC SM-235.

Rimsky-Korsakov Scheherazade : Royal Phil O, Beecham c orch; (1958); Angel 35505 et Angel RL-32027.

Shostakovich Concerto pour violon no 1 en la mineur, Opus. 99. TS, Davis c orch. 1984. CBC SM-5037

Somers Sonate no 2, Papineau-Couture Suite pour violon seul, Beethoven Sonate en la op. 12 no 2 : Boucher p; 1965; RCI 222 et RCA CCS-1016, (Papineau-Couture) 6-ACM 4, (Somers) 10-ACM 7.

Sonatas pour violon solo : Geminiani, Papineau-Couture Aria, et autres : 1964; Bar BC-2851 et 6-Everest SDBR-3203-6.

Staryk Plays Kreisler : Corwin p; 1976; CBC SM-299 et Masters of the Bow MBS-2005.

Staryk Plays Paganini : Concerto no 1  op. 6 (OS Norddeutscher Rundfunk, Michael c orch), Caprices op. 1 nos 2, 9, 14, 16, 19, 20, 21, 24; 1969; Masters of the Bow MBS-2003, (Concerto) Orion ORC-665 (cass).

Steven Staryk Live : Corelli, Locatelli et autres; Linzon p, Masters of the Bow MBS-2020.

Steven Staryk : A Musician's Musician. Prokofiev - Shostakovich - Kreisler. Vancouver Symphony, Toronto Symphony. Corwin piano. 2001. CBC PSCD2023

Steven Staryk, Violinist 1952-2003 Anthology. 30 vol. 2009. (lancement privé)

Strauss Ein Heldenleben op. 30 : Royal Phil O, Beecham c orch; 1961; Capitol-EMI SG-7250, Seraphim S-60041 et EMI CDM-7-63299-2 (CD).

-Ein Heldenleben op. 30 : TS, Davis c orch; 1983; CBC SM-5036.

Tchaïkovsky Chanson triste op. 40 no 2; « Andante Cantabile » de l'op. 11, Mélodie op 42 no 3 : membres de l'O Concertgebouw d'Amsterdam, Staryk vn et c orch; 1961; Imperial IPE-5084.

Vivaldi : musique de la production de la télévision de la SRC (15 concertos); Vivaldi Players of Mtl, G. Hoebig vn solo; 1986; CBC Musica Viva MV-1020.

Vladigerov. Vardar op. 16 : Royal Tziganes, Staryk vn et c orch 1961?; Imperial ILPT-117.

Wieniawski : sélections; Kotowska p; 1960; Virtuoso VIR-1001, HMV HQM-1139, Mus H Soc MHS-1131 et 6-Everest SDBR-3023-6.

La discographie énumère principalement les enregistrements nord-américains en solo de Staryk. Les parutions, en Europe et ailleurs, de ses enregistrements comme violon solo avec l'O de chamb d'Amsterdam, le Royal Phil O, l'OS Capitol, l'OS de Chicago, le Concertgebouw d'Amsterdam ainsi que d'autres ensembles figurent dans Discopaedia of the Violin 1889-1971 (Toronto 1974). En 1958 et 1968, il enregistre de la musique tzigane traditionnelle sous le pseudonyme de Primas Stefan.

Voir aussi DISCOGRAPHIE de Quartet Canada.

Bibliographie

Jane WIDERMAN, « Why Canada's foremost violinist isn't famous », Fugue, vol I (mars 1977).

Pat KELLOGG, « Steven Staryk: no profit in his own country », PfAC (hiv. 1978).

Shona MCKAY, « The Return of a roving virtuoso », Maclean's, XCV (19 avril 1982).

Jaak LIIVOHA-LORIUS, « Steven Staryk: a profile of the concertmaster of the Toronto Symphony Orchestra », The Strad, XCIII (mars 1983).

Murray GINSBERG, « Steven Staryk: the musician's musician », International Musician (nov. 1987).

« String teaching the Staryk way », The Strad, mai 1994

Murray GINSBERG, « Interview in "Hooked on Classics" », in They Loved to Play (Toronto 1998)

Thane LEWIS et Steven STARYK, Fiddling With Life (Oakville, Ont. 2000)

William LITTLER, « Violinist Steven Staryk remains an enigma despite autobiography », Toronto Star, 28 Oct 2000


Lecture supplémentaire

  • Creighton, James, Discopaedia of the Violin 1889-1971 (1975); "String teaching the Staryk way," The Strad, May 1994; Lewis, Thane and Staryk, Steven. Fiddling With Life (2000).