Stuart Ash

​Stuart Ash, concepteur graphique (né en 1942 à Hamilton en Ontario). Ash est essentiellement connu pour la conception graphique du logo du centenaire du Canada en 1967.

Stuart Ash, concepteur graphique (né en 1942 à Hamilton en Ontario). Ash est essentiellement connu pour la conception graphique du logo du centenaire du Canada en 1967. Durant sa grande époque, son agence, Gottschalk+Ash, rivalise avec les agences de conception graphique les plus réputées au monde. Ash joue un rôle moteur dans l’évolution de la perception qu’a le public du concepteur graphique. Sous son impulsion, ce dernier devient un acteur à part entière du processus de création, et plus uniquement un simple « assembleur ».

Jeunesse

Ash grandit à Hamilton. Il aime dessiner et c’est sa passion de l’illustration qui l’attire à l’Ontario College of Art and Design (devenu l’Ontario College of Art and Design University). Au fur et à mesure de l’avancement de ses études, il se passionne de plus en plus pour le champ émergent de la conception graphique et, au moment de l’obtention de son diplôme en 1963, toute son attention est mobilisée dans ce domaine. À Montréal, Ash devient apprenti sous l’autorité d’Anthony Mann chez Cooper & Beatty Ltd. et c’est sous la direction de ce dernier qu’il produit son œuvre la plus pérenne.

Le symbole du centenaire

Le Canada fête son centième anniversaire en 1967 et, pour souligner l’événement, Cooper & Beatty Ltd. reçoit comme commande de concevoir un symbole incarnant cette célébration. Au sein de l’agence, Ash se voit attribuer cette tâche. Son projet final représente une feuille d’érable multicolore stylisée construite à partir de onze triangles équilatéraux représentant les provinces du Canada et les Territoires du Nord-Ouest, soit la géographie du Canada prévalant à l’époque. Cette année-là, le symbole du centenaire est omniprésent et largement applaudi et, en 1968, Ash reçoit la Médaille du centenaire canadien pour son rôle dans la conception du programme de l’identité du centenaire.

Gottschalk+Ash

C’est lorsqu’il est à Montréal qu’Ash rencontre pour la première fois le concepteur suisse Fritz Gottschalk qui travaille à ce moment-là pour l’entreprise concurrente Paul Arthur and Associates. Chacun des deux constate chez l’autre un engagement partagé vis-à-vis du style international de conception graphique — un style typographique élaboré en Suisse dans les années 50 qui met l’accent sur la netteté et la lisibilité — et ils décident de mettre leurs forces en commun pour créer Gottschalk+Ash International à Montréal. Une année plus tard, la ville accueille Expo 67, une manifestation internationale dont le thème est « Terre des hommes ». L’exposition exerce une grande influence dans le monde de la conception et la nouvelle entreprise d’Ash est au cœur de l’action, établissant des relations avec des éditeurs, des architectes et des concepteurs internationaux.

À la fin des années 60, le style international en conception graphique est à peine émergent en Amérique du Nord et Gottschalk+Ash est l’un de ses principaux promoteurs. L’entreprise collabore régulièrement avec des concepteurs d’origines variées. Cette diversité permet parfois d’enrichir la philosophie de la conception graphique de l’entreprise de modes de réflexion radicalement nouveaux. L’équipe se fait rapidement un nom à l’échelon international avec des projets qui sont en compétition avec ceux d’entreprises de tout premier plan comme Pentagram à Londres, Total Design aux Pays-Bas et Unimark à Chicago. Gottschalk+Ash tente de sensibiliser chacun de ses nouveaux clients aux principes de la conception graphique et essaye de faire la démonstration de la valeur ajoutée d’une approche stratégique en la matière. Les deux hommes aiment la concurrence et une saine rivalité entre eux devient partie intégrante de leur façon d’exercer leur métier. La sensibilisation à la conception graphique commence à se répandre et les clients perçoivent désormais cette discipline comme un outil de communication stratégique pour l’entreprise plutôt que comme un simple outil de création et de production d’images.

En 1972, l’entreprise ouvre des bureaux à Toronto et Ash décide de déménager dans cette ville. Des bureaux à New York, ouverts en collaboration avec Ken Carbone et Leslie Smolan de Carbone Smolan Agency, suivent quatre ans plus tard. Gottschalk crée les bureaux de l’entreprise en 1978 à Zurich et Ash prend la responsabilité des activités à Montréal, Toronto et New York. Gottschalk+Ash Toronto gagne un certain nombre de grands projets à la fin des années 80, notamment la personnalisation aux couleurs de la marque et la conception de l’environnement du passage souterrain piétonnier PATH et du stade Skydome de Toronto (désormais appelé le Centre Rogers) en association avec l’entreprise de conception industrielle Keith Muller Ltd. Le bureau poursuit dans cette voie et crée des programmes de personnalisation aux couleurs de la marque et de conception de l’environnement pour l’American Airlines Arena à Miami et pour le Boston Exhibition and Convention Center ainsi que les identités visuelles de la Banque Royale, de Shell Oil et de la chaîne Four Seasons. Ash ouvre le bureau Gottschalk+Ash de Calgary en 1997 et obtient la responsabilité de l’élaboration des programmes de personnalisation aux couleurs de la marque pour les aéroports de Calgary et d’Ottawa.

La retraite

Ash reste à la tête de l’agence jusqu’à sa retraite en 2007, date à laquelle il vend les bureaux de Toronto et de Calgary de Gottschalk+Ash à DW+Partners, une filiale de l’entreprise canadienne de médias St. Joseph Communications. En 2011, Gottschalk+Ash est rachetée par l’entreprise de conception graphique environnementale internationale Entro Communications.

Récompenses

Médaille du centenaire canadien (1968)

Médaillon du centenaire de l’Académie royale des arts du Canada (1998)

Prix pour l’œuvre d’une vie de Designers graphiques Canada (2008)

Honoré par la Communications Design Association (2011)

Les travaux de Stuart Ash ont été exposés au Musée des beaux-arts de Montréal, à la Galerie nationale du Canada et à la Mead Library of Ideas à New York.


Liens externes