Kenins, Talivaldis

Talivaldis Kenins, compositeur, professeur (Liepäja, Lettonie, 23 avril 1919 - Toronto, 20 janvier 2008).

Kenins, Talivaldis

Talivaldis Kenins, compositeur, professeur (Liepäja, Lettonie, 23 avril 1919 - Toronto, 20 janvier 2008). Après des études de piano et de composition en France et en Lettonie, Talivaldis Kenins est étudiant boursier au Conservatoire de Paris de 1945 à 1951, où il compte Olivier Messiaen parmi ses professeurs. En 1950, il est lauréat du premier prix en composition avec son Cello Sonata et reçoit de plus une bourse de recherche de l'UNESCO. La même année, Hermann Scherchen dirige son Septet au Darmstadt New Music Festival. Devenu organiste de la Latvian Lutheran St Andrews Church, à Toronto, en 1951, Talivaldis Kenins commence à enseigner à l'UNIVERSITÉ DE TORONTO l'année suivante. En 1984, après 32 années d'enseignement, il est nommé professeur émérite. Cherchant à concilier son penchant naturel pour le romantisme avec le néoclassicisme de sa formation française, il compose des œuvres dans plusieurs formes traditionnelles comportant des lignes lyriques en contrepoint, de fréquents ostinatos qui produisent une impulsion rythmique et souvent de l'esprit. En plus de ses nombreuses œuvres de chambre et chorale, ses œuvres pour orchestre comptent huit symphonies (1959-1986), douze concertos, Beatae Voces Tenebrae, qui comporte des citations de Bach, de Beethoven, de Liszt et de Fauré, et Scherzo Concertante, œuvre plus récente. Sa Third Symphony a été proclamée la plus intéressante de toutes les œuvres symphoniques du XXe siècle. Edgers Kariks a rédigé une thèse de doctorat intitulée Beatae Voces Tenebræ et portant sur les compositions de Talivaldis Kenins à l'Université d'Adelaide en 1989. En 1995, il est nommé officier de l'Ordre national des trois étoiles de la République de Lettonie (un prix national conféré en reconnaissance d'un mérite civil exceptionnel au service de la Lettonie). En 2000, la première du Concerto pour alto et orchestre de Talivaldis Kenins est acclamée avec enthousiasme en Amérique du Nord et en Europe. Des CD entièrement consacrés à ses compositions ont paru en Lettonie et au Canada, y compris son œuvre Canadian Composers Portrait, en 2003. Le musicologue canadien Paul Rapoport attribue à Talivaldis Kenins le mérite d'avoir fait connaître un grand nombre de styles musicaux européens dans les sphères de la musique symphonique et de chambre canadiennes à une époque où les modèles anglais exercent une influence considérable.


Lecture supplémentaire

  • Ingrida Zemzare, Talivaldis Kenins: Starp divam pasaelem (1994).