Tarte au sucre

Presque tous les premiers immigrants du Québec étaient des paysans ou des artisans venus de l’Ouest de la France.
Presque tous les premiers immigrants du Québec étaient des paysans ou des artisans venus de l’Ouest de la France.


Tarte au Sucre

Cuisine québécoise traditionnelle

Presque tous les premiers immigrants du Québec étaient des paysans ou des artisans venus de l’Ouest de la France. La culture et la cuisine du Québec sont issues presque exclusivement des traditions de cette région. En 1759, les Britanniques ont battu les Français au Québec et ils ont apporté avec eux les saveurs culinaires de leur mère patrie. Un grand nombre de plats réputés être de tradition québécoise sont en fait des adaptations de recettes bretonnes ou anglaises déjà existantes. Le régime alimentaire du franco-canadien inclut également des aliments autochtones traditionnels tels que le maïs qui était jadis écrasé puis gelé et conservé durant tout l’hiver pour servir de base à la soupe de pois.

L’aliment pilier de la cuisine québécoise est le porc salé car il résiste bien aux variations climatiques. Peuple robuste et résilient, les Canadiens français, qui ont appris à survivre sous des climats extrêmes, ont créé mille façons d’utiliser le porc. Le gras (saindoux) est utilisé dans toutes les pâtisseries et dans de nombreux plats salés. Les recettes anciennes rivalisent d’imagination pour utiliser toutes les parties du porc. Le ragoût de pattes de cochon, par exemple, est un moyen simple de manger les pieds de porc. Ils sont mijotés agrémentés de cannelle, de girofle et de muscade, des saveurs typiques de la cuisine franco-canadienne traditionnelle.

Omniprésence du sirop d’érable

Pour de nombreux pionniers canadiens, l’érable était l’unique source de sucre et son sirop était presque toujours ajouté aux déserts, dont le plus simple reste le sirop d’érable coulé sur la neige fraîche. Il existe un nombre infini de desserts qui contiennent du sirop d’érable. Les poudings d’origine anglaise ont été adaptés en ajoutant du sirop d’érable à la recette et la fameuse tarte au sucre est aujourd’hui commune en France où presque toutes les pâtisseries la proposent. En Louisiane, la « tarte aux pacanes » est une variante de cette tarte et au Kentucky, la « tarte transparente » est simplement une tarte aux pacanes sans les noix de pacane. Dans le Canada anglais, les tartes au beurre, à base de sucre brun, sont également une variante de la tarte au sucre.

Ce qui distingue la version franco-canadienne pour un grand nombre de ces desserts est l’utilisation systématique de sucre ou de sirop d’érable comme édulcorant. Le sucre brun était jadis un produit rare qui n’était pas disponible au Québec. Il a progressivement remplacé le sirop d’érable et les tartes au sucre, qui étaient autrefois confectionnées avec du sirop d’érable, sont aujourd’hui préparées avec du sucre brun. De nombreux desserts tels que la tarte au sucre d’érable ont cependant survécu tels quels jusqu’à nos jours et sont souvent servis en fin de repas.

Recette

Un autre plat qui illustre l’influence du sirop d’érable sur la cuisine québécoise et qui a de fortes chances d’être présent sur une table du Québec au petit-déjeuner est « les œufs au sirop d'érable »:

Ingrédients

450 mL de sirop d’érable

Œufs

Préparation

Amenez le sirop à ébullition. Cassez les œufs sur le sirop bouillant.

Pochez comme désiré.

Le régime alimentaire traditionnel des Canadiens français est riche en calories et contient une grande quantité de gras et de sucre. Cette haute teneur en gras était nécessaire pour aider les premiers pionniers québécois à survire au rude climat de la colonie. La haute teneur en sucre était également nécessaire pour contrebalancer les conditions de vie difficiles, la douceur des mets rajoutant un peu de joie de vivre au quotidien.


//