L'art de la production cinématographique

Le cinéma est peut-être l'art le plus collaboratif de tous. Bien que dans notre culture obsédée par la célébrité, l'attention soit monopolisée par les acteurs ou « vedettes », avant qu'un film ne prenne l'affiche dans un cinéma, sont intervenus des centaines d'artisans pour que cela soit possible.

L'art de la production cinématographique

Le cinéma est peut-être l'art le plus collaboratif de tous. Bien que dans notre culture obsédée par la célébrité, l'attention soit monopolisée par les acteurs ou « vedettes », avant qu'un film ne prenne l'affiche dans un cinéma, sont intervenus des centaines d'artisans pour que cela soit possible. Ces artistes comprennent, entre autres :

Réalisateur

Toute équipe de tournage est hiérarchisée telle une armée, et c'est le réalisateur qui en est le général. Est-il pour autant considéré comme l'« auteur » du film? Aux universitaires et aux critiques d'en décider. Étant donné que le cinéma est un art de collaboration et que toutes les sections doivent travailler de concert avec beaucoup de précision et de préparation - il n'est pas rare que les grandes productions hollywoodiennes exigent une année ou plus de préparation -, le travail du réalisateur consiste à concilier les besoins parfois conflictuels des acteurs, de l'équipe de tournage et des producteurs. C'est l'emploi le plus exigeant sur un plateau. Selon l'ampleur de la production, il arrive que le réalisateur dispose d'un, deux ou trois assistants. Parfois, un autre réalisateur est responsable d'une deuxième équipe qui s'occupera des scènes à grand déploiement, comme les explosions, où la présence des vedettes n'est pas nécessaire.

Scénariste

Le scénariste écrit le scénario ou participe à son écriture. Tout commence par le scénario, le texte écrit qui sert de fondation au film. Beaucoup de scénarios résultent du travail de collaboration de deux ou plusieurs écrivains, souvent avec la participation du réalisateur ou du producteur. On ne juge pas de la qualité d'un scénario à la façon dont il est écrit, mais plutôt à son efficacité en tant que pierre d'assise de ce que l'on souhaite porter à l'écran.

Dans l'ancien système des studios hollywoodiens, engager différents rédacteurs (écrivains) professionnels pour divers aspects du film, tels que le dialogue dramatique, les scènes comiques ou le remaniement de scripts écrits par d'autres était devenu pratique courante. Au Canada, vu l'absence d'un système de studios ou de structure professionnelle de rédacteurs, les réalisateurs sont généralement amenés à rédiger leurs propres scripts, comme le font Atom EGOYAN, David CRONENBERG, Denys ARCAND et Guy MADDIN. Quelques réalisateurs écrivent parfois pour d'autres, notamment Paul HAGGIS, qui a écrit le scénario du film oscarisé de Clint Eastwood Million Dollar Baby (v.f. La fille à un million de dollars), et qui a participé aussi à deux des films de la série des James Bond, ainsi que Graham Yost, qui a écrit le film à succès Speed (v.f. Clanches!)

Directeur de la photographie

Le directeur de la photographie est responsable de l'éclairage du plateau et de l'apparence générale du film. Celui-ci intervient quelque temps avant le début de la production. En général, on le consulte aux premiers stades de la préproduction pour plusieurs détails techniques, entre autres, le choix du lieu de tournage, les caméras, les lentilles et la pellicule. Proche collaborateur du réalisateur, il ou elle (quoique peu de femmes occupent ce poste) détermine les angles de caméra, l'éclairage et le mouvement de la caméra pour chaque prise. Parmi les directeurs photo canadiens de notoriété, on compte notamment Oswald Borradaile (1898-1999; nominé aux Oscars pour The Four Feathers (v.f. Les quatre plumes blanches)), Roy Tash (1898-1988; fondateur de la Canadian Society of Cinematographers), Reginald Morris (1918-2004), Richard Leiterman (1935-2005), Michel BRAULT, Jean-Claude Labrecque, Mark Irwin, Vic Sarin, Pierre Mignot, Guy Dufaux, Alain Dostie, André Turpin, Pierre Gill et Paul Sarossy.

Sur le plateau, seul le réalisateur occupe un un poste plus élevé que celui de directeur de la photographie qui, pour la plupart des films, est entouré d' une équipe constituée d'un caméraman ou cadreur, d'un premier assistant opérateur, d'un second assistant opérateur et d'un chef électricien. Le caméraman (aussi appelé assistant-caméraman) est chargé d'opérer la caméra à proprement dit. . Il reçoit des directives du directeur de la photographie et du réalisateur et ne s'occupe ni de l'éclairage ni de la composition des prises de vues, mais uniquement d'effectuer, selon la volonté du réalisateur, soit des mouvements de caméra coulants ou des prises de vues saccadées lorsqu'il filme avec une caméra à l'épaule. Pour les films à plus petits budgets, le directeur de la photographie servira aussi de caméraman. Le premier assistant-opérateur, doit veiller à garder la mise au point pendant le tournage, qu'il s'agisse d'un zoom, d'un suivi ou d'un panoramique. Le chef électricien collabore avec le directeur de la photographie et est responsable de l'équipe des électriciens, de l'installation de l'éclairage, des fils, du fonctionnement de la génératrice, etc. Le second aide opérateur est le membre de l'équipe responsable du chargement et du déchargement de la pellicule (ou, de nos jours, du disque informatique) et du changement de lentilles; il veille également à ce que la caméra soit toujours en bon état de marche et effectue les rapports quotidiens.

Monteur

Claude JUTRA (Mon oncle Antoine) disait du montage : « L'assemblage est une des phases les plus importantes en cinéma. C'est là que prend forme tout le travail du scénariste et du réalisateur. » Le directeur de la photographie seconde le réalisateur sur le plateau, mais quand vient le temps de façonner le film à partir des heures de scènes qui ont été tournées, c'est le monteur qui prend le relais. Pour les productions numérisées modernes, le processus commence presque dès la première journée de tournage tandis que, avec la méthode traditionnelle, le montage commençait seulement une fois que la pellicule était traitée et sa trame codée (avec des chiffres et des lettres imprimées en bordure de la pellicule pendant le traitement pour permettre l'identification plan par plan). Le montage était une activité manuelle, mais il est devenu numérique et informatisé. À la différence du monde de la caméra, dominé par les hommes, celui du montage compte parmi certains de ses plus habiles artistes des femmes. Parmi les meilleurs monteurs du Canada : Werner Nold (d'origine suisse; il a monté plus de 70 films pour l'OFFICE NATIONAL DU FILM [ONF] et a reçu l'ORDRE DU CANADA en 1984), Arla Saare (originaire de Finlande; s'occupe du montage des films d'Allan KING), Susan Shipton (monteuse des films d'Atom Egoyan; récipiendaire de deux PRIX GÉNIE), Ron Sanders (monteur des films de David Cronenberg; lauréat de quatre prix Génie) et Michel Arcand (lauréat de trois prix Génie).

Compositeur

Membre essentiel de l'équipe de création, le compositeur crée la musique originale qui sert d'accompagnement à un film. Figurent parmi les compositeurs canadiens pour le cinéma Howard SHORE, qui a beaucoup travaillé avec David Cronenberg et a composé la trame sonore du film Lord of the Rings: Return of the King; (v.f. Le seigneur des anneaux : Le retour du roi) pour laquelle il a reçu un Oscar; Maurice BLACKBURN (1914-1988) et Eldon RATHBURN (1916-2008), compositeurs des studios de l'ONF à qui on doit la musique de centaines de films; Louis APPLEBAUM (1918-2000), compositeur à l'ONF et à Radio-Canada, nominé pour un Oscar grâce à son travail dans G.I. Joe; Robert M. Lepage, prolifique compositeur québécois; Mychael Danna, le compositeur habituel d'Atom Egoyan.

Concepteur de production ou directeur artistique

Le directeur artistique, nommé aussi concepteur de production, a la responsabilité finale de tous les aspects du décor et de la construction du plateau. Ses tâches vont de la conception et de la préparation des décors studios et en extérieur pour qu'ils acquièrent les propriétés exigées par le script.. C'est à lui qu'on doit la qualité visuelle d'une production cinématographique et c'est le calibre de son travail qui détermine le ton, l'atmosphère et l'authenticité du film. C'est l'un des emplois les plus complexes de l'industrie du cinéma. La conceptrice de production la plus en vue au Canada est Carol Spier; elle a contribué à la plupart des films de Cronenberg (qui lui ont valu trois Prix Génie) et à de grandes productions internationales telles que The League of Extraordinary Gentlemen (v.f. La ligue des gentlemen extraordinaires).

Créateur de costumes

Le créateur de costumes conçoit et dessine les costumes portés par les acteurs. La costumière la plus connue du Canada est Denise Cronenberg, la sœur du réalisateur David Cronenberg. Elle a conçu les costumes de tous ses films depuis The Fly (v.f. La mouche) et a travaillé pour des films hollywoodiens à gros budget tels que The Incredible Hulk (v.f. L'incroyable Hulk). Mentionnons également Monique Prudhomme, nominée aux Oscars pour son travail dans le film de Terry Gilliam The Imaginarium of Doctor Parnassus (v.f. L'imaginarium du docteur Parnassus), une coproduction canado-britannique.

Maquillage

Le maquilleur prépare les acteurs à leur passage devant la caméra, les rendant plus ou moins attrayants, plus jeunes, plus vieux, marqués de cicatrices, de coupures ou d'ecchymoses, en fonction du rôle qu'ils interprètent. Il collabore étroitement avec le personnel responsable des effets spéciaux pour créer des créatures telles que des monstres ou des zombies, quoique la majorité de ce travail soit maintenant effectué numériquement. Adrien Morot a été nominé aux Oscars pour son travail dans Barney's Version (v.f. Le monde de Barney); Michèle Burke en a remporté un pour Quest for Fire; (v.f. La guerre du feu); le même Oscar du meilleur maquillage est allé à Stephan Dupuis pour La mouche de Cronenberg; Valli O'Reilly a aussi reçu cette distinction pour Lemony Snicket's A Series of Unfortunate Events (v.f. Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire d'après Lemony Snicket).

Équipe du son

Sur le plateau, l'équipe du son est responsable de tout l'enregistrement du son pendant le tournage. Le mixeur de son est celui qui joue le rôle le plus important; il supervise l'équipe du son comme le directeur de la photographie supervise l'équipe de la caméra. L'équipe du son est habituellement composée du perchiste (qui tient le microphone au-dessus des acteurs), d'une autre personne qui voit à l'entretien des câbles et d'autres assistants, selon l'envergure de la production. Le monteur du son prépare la piste des dialogues lors de la postproduction, supervise les effets sonores et collabore étroitement avec le monteur du film.

Cascadeurs

Les cascadeurs sont engagés pour servir de « doublures » aux acteurs dans les scènes qui exigent des habiletés physiques particulières et qui menacent la sécurité des acteurs. Ces personnes sont en général choisies pour une séquence spécifique en raison de leur capacité physique à exécuter une cascade et de la similitude entre leurs traits physiques et ceux de l'acteur qu'elles remplacent. Russell Saunders (1919-2001) de Winnipeg était considéré roi des cascadeurs d'Hollywood. Il a doublé Alan Ladd dans une scène de Shane, (v.f. L'homme des vallées perdues), où se dernier se bagarre dans un bar, et sauté d'un pont de 18 mètres dans Saboteur (v.f. La cinquième colonne) d'Hitchcock. Pour doubler Gene Kelly dans The Three Musketeers, il a sauté d'un toit et, en tombant, a agrippé un drapeau qu'on agitait, qui s'est déchiré, et dont il s'est servi des lambeaux pour s'élancer et passer par une fenêtre ouverte. À l'époque, on l'avait qualifiée de la meilleure cascade d'Hollywood.