Thompson, Joseph-Antonio (Antoine)

Joseph-Antonio (Antoine) Thompson. Organiste, compositeur, chef de choeur, chef de musique, professeur (Montréal, 22 novembre 1896 - Trois-Rivières, Québec, 8 mars 1974). Lauréat orgue (Laval) 1923, D.Mus. (Montréal) 1950.

Thompson, Joseph-Antonio (Antoine)

Joseph-Antonio (Antoine) Thompson. Organiste, compositeur, chef de choeur, chef de musique, professeur (Montréal, 22 novembre 1896 - Trois-Rivières, Québec, 8 mars 1974). Lauréat orgue (Laval) 1923, D.Mus. (Montréal) 1950. Il reçut sa formation musicale à Montréal de Jean-Noël Charbonneau et d'Élie Savaria (piano) puis à Québec de J.-Arthur Bernier (orgue). À l'occasion, il remplaça ce dernier à l'église Saint-Jean-Baptiste. Nommé à 20 ans organiste à l'église Notre-Dame-des-Sept-Allégresses, il s'établit à Trois-Rivières en 1916 et joua jusqu'à sa mort un rôle de premier plan dans l'évolution musicale de cette ville. En 1920, il fut responsable de la musique des Compagnons de Notre-Dame, troupe de théâtre dont il était l'un des fondateurs. Il fut prof. de piano et d'orgue au séminaire, à l'Académie de La Salle et au Collège séraphique. Émilien Allard, Gabriel Charpentier, Jean-Yves Landry, Marcel Roux, Alfred Tardif ainsi que ses fils Claude et Marcel ont compté parmi ses élèves. En 1930, il succéda à Giuseppe Agostini comme dir. de la Philharmonie de La Salle, et en 1941 il fonda le Choeur mixte (par la suite Choeur Thompson) qu'il dirigea jusqu'en 1955. Sous sa direction, ce choeur présenta Samson de Haendel (1953) et deux cantates de Bach (1954). Premier dir. artistique de la station radiophonique CHLN (1937-39), il réalisa et commenta de nombreuses émissions musicales. À la même époque, il fonda les Chevaliers du guet, quatuor vocal pour lequel il harmonisa de nombreux chants folkloriques. Il donna aussi des cours privés et enseigna le solfège et l'harmonie aux Cours publics de solfège du gouvernement du Québec (1930-70).

Thompson a composé une soixantaine d'oeuvres dont Les Sept Paroles du Christ (1933) pour choeur à quatre voix a cappella, créées (1937) à « L'Heure provinciale » à la station de radio CKAC, et le poème symphonique Mon pays (1936); on lui doit aussi cinq messes, dont une Messe de Noël (1935) et une Messe de Pâques (1941) sur des thèmes grégoriens, ainsi que des oeuvres pour harmonie, de nombreux motets, des pièces d'orgue et de piano, des cantiques et mélodies, toutes restées manuscrites sauf Lumen pour orgue, publiée dans Le Tombeau de Henri Gagnon (Ostiguy 1987).

Nommé en 1949 membre de la Commission interdiocésaine de musique sacrée, J.-Antonio Thompson reçut de Pie XII la médaille Pro Ecclesia et Pontifice pour sa contribution à la liturgie musicale. Il est l'auteur de Cinquante ans de vie musicale à Trois-Rivières (Trois-Rivières 1970). Rénové en 1979, le théâtre Capitol de cette ville a été rebaptisé salle J.-Antonio-Thompson.


Lecture supplémentaire

  • 'Le témoinage de Marcel Roux sur J.-Antonio Thompson,' Trois-Rivières Le Nouvelliste, 19 Mar 1974

    Lord, René. 'Un concert en hommage à J.-A. Thompson,' ibid, 15 Mar 1975

    Roux, Marcel. 'Propos sur J.-A. Thompson,' Cahiers de l'ARMuQ, 11, Sep 1989