Trinity

Trinity, collectivité de T.-N.; pop. 137 (recens. 2011), 191 (recens. 2006); const. en 1969; située sur la BAIE TRINITY, dans le nord-est de Terre-Neuve.

Trinity, collectivité de T.-N.; pop. 137 (recens. 2011), 191 (recens. 2006); const. en 1969; située sur la BAIE TRINITY, dans le nord-est de Terre-Neuve. En 1580, Richard Whitbourne est le premier Anglais à faire mention de ce grand havre à trois bras, où il a tenu, en 1615, la première cour d'amirauté du Nouveau-Monde. Malgré les raids périodiques des Français sur le petit port naissant de 1696 à 1713, Trinity devient un important centre de commerce et de pêche fortifié.

Dans les années 1720, on y constitue un tribunal et, en 1730, une petite église est érigée. Ces événements figurent parmi les premiers du genre dans la province. En 1762, les habitants cèdent la ville et les fortifications à l'amiral français de Ternay en échange de sa protection. La croissance de Trinity est assurée par ses marchands aisés, la plupart originaires de Poole, en Angleterre, par une pêche abondante et un commerce intensif. À la fin des années 1700, la ville est l'une des rares colonies à bénéficier des services du clergé, de magistrats et d'un chirurgien.

En 1800, John Clinch, chirurgien et pasteur résident, est le premier médecin en Amérique du Nord à administrer le vaccin antivariolique, que lui a fait parvenir son ami d'enfance, Edward Jenner. Clinch compile aussi un vocabulaire BÉOTHUK, unique registre linguistique de ce peuple indigène de Terre-Neuve maintenant disparu.

En 1833 est érigée l'église catholique Saint-Jean-Baptiste, qui est aujourd'hui l'un des plus vieux bâtiments de l'île toujours existants et la plus ancienne église catholique de Terre-Neuve. La fermeture des grandes entreprises commerciales après 1850 entraîne le déclin de la ville en tant qu'important centre des pêcheries. En raison de son riche passé, de la conservation d'un grand nombre de ses bâtiments et de ses registres historiques et de la rénovation de beaucoup de ses anciens commerces, Trinity a su conserver l'apparence et la saveur d'une ville du XIXe siècle.


Lecture supplémentaire

  • E. Hunt, Aspects of the History of Trinity (1981).