University of Toronto Opera Division

University of Toronto Opera Division (Royal Conservatory Opera School, 1946-69; Opera Department, faculté de musique, Université de Toronto, 1969-78). Les premières classes d'opéra au TCM furent organisées par Ernest MacMillan en 1926 quand il devint principal de l'établissement.

University of Toronto Opera Division

University of Toronto Opera Division (Royal Conservatory Opera School, 1946-69; Opera Department, faculté de musique, Université de Toronto, 1969-78). Les premières classes d'opéra au TCM furent organisées par Ernest MacMillan en 1926 quand il devint principal de l'établissement. Elles furent placées sous la direction de la comtesse Laura de Turczynowicz (née Laura Blackwell, Saint Catharines, Ont., v. 1877 - Californie, v. 1953), dont la carrière européenne à l'opéra s'était déroulée surtout à Munich et à Bayreuth avant la Première Guerre mondiale. La Cons. Opera Company présenta Hansel and Gretel et The Sorcerer (durant la semaine du 16 avril 1928 au Regent Theatre); Dido and Aeneas de Purcell et Boccaccio de von Suppé avec la Cantate des paysans de Bach en lever de rideau (semaine du 1er avril 1929 à la Hart House); et Hugh the Drover de Vaughan Williams en novembre, comme partie du festival du CP. Ce dernier opéra et Hansel and Gretel, productions ultimes de la compagnie, furent présentés en mars 1930 au Royal Alexandra Theatre.

L'interruption qu'entraînèrent la Dépression et la Deuxième Guerre mondiale quant à la formation lyrique au TCM se poursuivit jusqu'en 1946 alors qu'Arnold Walter, dir. de la Senior School du TCM (RCMT, 1947), fonda l'Opera School comme une division de cette école afin d'offrir aux jeunes chanteurs un programme de formation réparti sur deux ans et une unité de production orientée vers la mise en valeur de l'art lyrique canadien. Le préfixe « Royal », accordé en août 1947, commença à être utilisé quatre mois après l'ouverture de l'école.

Nicholas Goldschmidt fut dir. mus. et chef d'orchestre de la Royal Cons. Opera School de 1946 à 1957. Les metteurs en scène furent Felix Brentano (1946-48), Herman Geiger-Torel (qui continua à mettre en scène des productions distinctes pour l'école jusqu'à sa mort en 1976)), en alternance avec de nombreux autres invités dont Werner Graf, Giuseppe Macina, Andrew MacMillan et Leon Major. Lors de la réorganisation du RCMT en 1952, Walter devint dir. de la faculté de musique (Université de Toronto) et Ettore Mazzoleni fut nommé principal de l'école de musique (RCMT) et dir. général de l'école d'opéra, conservant ce poste jusqu'en 1966. Il fut aussi chef d'orchestre et répétiteur. Peter Ebert fut dir. et metteur en scène (1967-68), suivi d'Anthony Besch (1968-69), Georg Philipp (1969-72) et Richard Pearlman (1972-73). Ernesto Barbini se joignit au personnel musical en 1953, assuma les responsabilités de Goldschmidt en 1957 et fur dir. mus. de 1961 jusqu'à sa retraite en 1975, alors que lui succéda James W. Craig, qui avait été répétiteur et chef d'orchestre de 1958 à 1964 puis à partir de 1971; il était toujours en poste en 1990. À divers moments, Mario Bernardi, George Brough, George Crum, Victor Feldbrill, Tibor Polgar et Alfred Strombergs furent au nombre des chefs d'orchestre et des répétiteurs.

En 1969, l'école devint un département de la faculté de musique avec Ezra Schabas comme dir. (1969-78), suivi en 1978 de Constance Fisher (qui s'était jointe au personnel en 1972 à titre de metteure en scène et professeure). Elle fut nommée coordonnatrice à la division de l'opéra. Michael Albano, qui avait commencé comme metteur en scène en 1977, lui succéda en 1983. Albano et Fisher devinrent coordonnateurs associés de la division de l'opéra en 1987. À partir de 1969, le département commença à offrir un cours de troisième cycle de deux ans en interprétation lyrique avec diplôme, et en 1987 le secteur d'opéra se mit à offrir un programme de deux ans avec diplôme pour former des pianistes en répétition d'art lyrique. Jusqu'en 1969, aucun diplôme ni grade n'avait été décerné à ceux qui avaient suivi le programme de formation de l'école d'opéra.

La première présentation d'extraits d'opéras par l'école eut lieu au Hart House Theatre le 16 décembre 1946. Une production complète de The Bartered Bride de Smetana suivit en avril 1947 à l'Eaton Auditorium. Mme Floyd Chalmers fonda le comité d'opéra et de concert du RCMT pour encourager la présentation et la promotion d'opéras complets par l'école. En 1950, six opéras avaient été montés. En novembre 1950, les citoyens torontois qui avaient accordé leur aide à la Royal Cons. Opera Company lors du premier Opera Festival (Rigoletto, Don Giovanni et La Bohème en février au théâtre Royal Alexandra) constituèrent l'Opera Festival Assn. L'association, en assumant toutes les responsabilités budgétaires et administratives du festival annuel, assura à l'école d'opéra une scène pour faire valoir ses talents et un foyer pour ses actions. Après 1954 cependant, l'Opera Festival Assn (plus tard la COC) engagea des chanteurs professionnels et la participation des élèves de l'école d'opéra fut limitée aux choeurs et à des rôles de soutien. La décision de présenter la saison à l'automne, prise en 1957, rendit impossible la participation des étudiants.

En 1963, l'école d'opéra fut relogée dans l'édifice Edward Johnson de l'Université de Toronto dont le MacMillan Theatre avait été spécifiquement conçu pour des présentations scéniques. Albert Herring de Britten fut présenté le 4 mars 1964 lors des cérémonies inaugurales de l'édifice qui avaient débuté deux jours plus tôt et se prolongèrent durant une semaine. Les nouveaux équipements permirent une approche plus audacieuse et l'orientation dans une optique professionnelle de la formation et de l'interprétation. Dans cet esprit, un cours sur la technologie de la production théâtrale fut offert à partir de l'automne 1964.

Pour les étudiants d'art lyrique sérieux des deux côtés de la rampe, les productions mises en scène par l'école, le département et la division d'opéra - au moins deux par an jusqu'en 1985, puis une production par an à la suite de contraintes budgétaires - ont sans doute constitué le programme d'art lyrique permanent le plus enrichissant au Canada, du moins en ce qui concerne le répertoire. (Des extraits d'opéras mis en scène avec accompagnement au piano complètent les productions annuelles.) Au Canada, les compagnies d'opéra doivent choisir leur répertoire parmi un nombre limité d'opéras, car, pour survivre, elles dépendent de la vente des billets d'admission. Elles doivent choisir des opéras qui attireront les foules. L'Opera Division, vu le caractère de son mandat, ses coûts de production moins élevés et ses subventions assurées, est relativement indépendante du guichet, ce qui lui permet d'étudier et de présenter des oeuvres choisies pour leur valeur propre ou le défi particulier qu'elles représentent dans l'ensemble du théâtre lyrique. C'est ce qui lui a permis la création d' Aria da capo de Raymond Pannell en 1963; la première production en langue anglaise de Hamlet du compositeur anglais Humphrey Searle en 1969 (après sa création mondiale, la même saison, en langue allemande à Hambourg); la création à la scène de Deirdre de Willan en 1965; les premières canadiennes d' Il Mondo della Luna de Paisiello en 1962, Die Kluge d'Orff, The Portuguese Inn de Cherubini et The Wandering Scholar de Holst en 1966, Il Turco in Italia de Rossini en 1968, The Crucible de Robert Ward et The Mines of Sulphur de Richard Rodney Bennett en 1976, Katya Kabanova de Janáček et Le Barbier de Séville de Paisiello en 1977, Sir John in Love de Vaughan Williams en 1984 et Iolanta de Tchaïkovsky en 1989; et les premières à Toronto d' Angélique d'Ibert en 1953 (première production de l'oeuvre par une troupe canadienne), Riders to the Sea de Vaughan Williams en 1958, Gallantry de Douglas Moore et La Cambiale di matrimonio de Rossini en 1960, The Mother de Stanley Hollingsworth et Maria Egiziaca de Respighi en 1961, Silent Night de Nino Rota en 1963, L'Ormindo de Francesco Cavalli en 1973 et L'Oca del Cairo de Mozart en 1987. L'école a également présenté Dialogues des Carmélites de Poulenc en 1967 et 1980, Pelléas et Mélisande de Debussy en 1968, Ariadne auf Naxos de Strauss et L'Enfant et les sortilèges de Ravel en 1969, et d'autres oeuvres rarement chantées de Monteverdi, Gluck, Mozart, Weber, Stravinsky, Hindemith, Weill, Martinu et Berkeley.

Après 1969, l'OS de l'Université de Toronto accompagna les productions d'opéra. Auparavant, l'orchestre du RCMT avait été de service. À l'occasion, on eut recours à un orchestre de chambre de musiciens professionnels ou à des pianistes.

Nombre d'anciens étudiants de l'école ont fait une carrière professionnelle : Milla Andrew, Léonard Bilodeau, Jean Bonhomme, Victor Braun, Mark DuBois, Paul Frey, Don Garrard, Frances Ginzer, Marguerite Gignac, Robert Goulet, Alexander Gray, Elizabeth Benson Guy, Nicole Lorange, Phyllis Mailing, Ermanno Mauro, Lois McDonall, James Milligan, Mary Morrison, Cornelis Opthof, Mark Pedrotti, Maria Pellegrini, Gino Quilico, Patricia Rideout, Teresa Stratas, Janet Stubbs, Lilian Sukis, Heather Thomson, Bernard Turgeon, Jon Vickers et Jeannette Zarou.


Lecture supplémentaire

  • 'Canada's first school of opera,' CRMA, vol 5, Oct-Nov 1946

    Mazzoleni, E. 'How the Royal Conservatory created a Canadian operatic tradition,' OpCan, 4, Nov-Dec 1960

    'Cultural boom,' ibid, Feb 1964

    Ebert, Peter. 'Royal Conservatory Opera School,' OpCan, Feb 1968

    Besch, Anthony. 'Opera School workshop,' OpCan, Dec 1968

    Peglar, Kenneth W. Opera and the University of Toronto 1946-1971 (Toronto [1971])

    Jones, Gaynor. 'First steps toward stardom,' OpCan, vol 26, Winter 1985

    Hunter, Martin. 'The will to sing: a celebration of U of T's opera school stars,' U of T Magazine, Winter 1988

    'MacMillan Theatre,' Look at the Record

    'Opera in Montreal and Toronto'