Val-Bélair

Le nom de Bélair provient de la seigneurie octroyée en 1682 à Guillaume Bonhomme par le gouverneur Joseph-Antoine Le Febvre de LA BARRE et l'intendant Jacques de MEULLES. Un recensement datant de 1733 la désigne comme le fief communément appelé Bélair ou Bonhomme.
Le nom de Bélair provient de la seigneurie octroyée en 1682 à Guillaume Bonhomme par le gouverneur Joseph-Antoine Le Febvre de LA BARRE et l'intendant Jacques de MEULLES. Un recensement datant de 1733 la désigne comme le fief communément appelé Bélair ou Bonhomme.
Val-Bélair

Val-Bélair

Val-Bélair, ville du Québec; pop. 21 332 (recens. 2001), 20 176 (recens.1996), 17 181 (recens. 1991); superf. 69,88 km2. D'abord constituée sous le nom de Bélair en 1965, la ville prend le nom de Val-Bélair lors de sa fusion avec Val-Saint-Michel en 1973. Située dans la région des Appalaches, à 21 km au nord-ouest de QUÉBEC, elle est surplombée par le mont Bélair, à l'origine le mont Bonhomme, d'une hauteur de 485 m. Membre de la Communauté urbaine de Québec, Val-Bélair est une banlieue résidentielle de la base militaire de Valcartier et de la ville de Québec.

Le nom de Bélair provient de la seigneurie octroyée en 1682 à Guillaume Bonhomme par le gouverneur Joseph-Antoine Le Febvre de LA BARRE et l'intendant Jacques de MEULLES. Un recensement datant de 1733 la désigne comme le fief communément appelé Bélair ou Bonhomme.