Victor Quijada

Victor Quijada, danseur, chorégraphe, metteur en scène (Los Angeles, Calif., 15 avr. 1976). De son enfance dans les barrios de Los Angeles, Victor Quijada retient l'influence profonde de la culture hip hop.

Victor Quijada

Victor Quijada, danseur, chorégraphe, metteur en scène (Los Angeles, Calif., 15 avr. 1976). De son enfance dans les barrios de Los Angeles, Victor Quijada retient l'influence profonde de la culture hip hop. C'est à la Los Angeles County High School for the Arts, où il étudie avec le pionnier postmoderne Rudy Perez, qu'il apprend les fondements de la danse. Le talent de Victor Quijada est tel qu'en 1996, la vedette de la danse américaine Twyla Tharp l'invite à entrer dans sa compagnie, Tharp!, en l'enjoignant d'apprendre rapidement la technique du ballet. Il y parvient et reste dans la compagnie de Tharp durant trois années avant de se joindre, en 1999, à Ballet Tech/Feld Ballets, puis auxGRANDS BALLETS CANADIENS DE MONTRÉAL, de 2000 à 2002.

Danseur de ballet le jour, Victor Quijada fait des incursions dans les spectacles de cabaret le soir. Ses premières chorégraphies révèlent cette double nature et il fonde Groupe Rubberbandance en 2002 pour lui servir d'outil en vue d'atteindre son objectif de créer une nouvelle forme de danse. Par sa quête d'artiste polyvalent visant à transformer en grand art le hip hop au moyen d'une fusion avec le ballet contemporain, Victor Quijada déclenche la frénésie partout où Groupe RUBBERBANDance de Montréal, sa compagnie, se produit.

Comme les artistes de rue et les danseurs formés au ballet se comprennent peu, le début du parcours est souvent cahoteux, mais les connaissances de Victor Quijada, son dévouement et sa volonté de prendre des risques en font instantanément un artiste qu'il faut voir, localement et, bientôt, sur la scène nationale et internationale.

Depuis la fondation de Groupe RUBBERBANDance, Victor Quijada produit une œuvre d'importance à chaque saison pour sa compagnie. Chaque œuvre montée avec application illustre un approfondissement de la découverte structurelle et un style fluide, explosif et capable de capter l'émotion. Ses danses plaisent à un très vaste auditoire. Groupe RUBBERBANDance se produit de Rotterdam et Helsinki à Hawaii, au Japon, au Kansas, et au célèbre festival de danse Jacob's Pillow, au Massachusetts. En 2008, grâce à un travail avec AV Input/Output et Punto Ciego et avec l'aide de la codirectrice de la compagnie et danseuse de ballet Anne Plamondon, une fusion bien mûre de hip hop, de ballet et de danse contemporaine fait son apparition.

En 2011, à la fin de ses quatre années d'artiste en résidence à la cinquième salle de la PLACE DES ARTS, Victor Quijada produit une œuvre marquante, Gravity of Center. Des appariements physiques s'y entrecroisent à haute vélocité sur des rythmes syncopés, à l'image du style propre du chorégraphe, notamment pour un examen du comportement d'un groupe soumis au stress. C'est l'accent accru que Quijada place sur la narration émotive qui propulse la pièce où lui et quatre danseurs exhibent tant de vivacité brillante.

Ses mouvements ondulatoires, urbains et désossés de danseur, Victor Quijada les a prêtés à des groupes tels que Kidd Pivot, le projet KUDELKA et Çaturne. Il a fait des chorégraphies pour beaucoup d'autres, notamment le Scottish Dance Theatre, Peter Boal & Co, Pacific Northwest Ballet et Hubbard Street Dance Chicago.

Parmi les prix internationaux qu'il a remportés, citons la bourse Princess Grace Awards 2010 en chorégraphie, le National Dance Award 2004, en Angleterre, du meilleur répertoire moderne et, en 2003, le Bonnie Bird North American Award et le Peter Darrell Choreography Award (Royaume-Uni). La fascination de Quijada pour les films de danse l'a mené à des collaborations et à des citations. La pièce Man I Used to Be a gagné le prix de la meilleure vidéo de rap de MuchMusic.

En plus de faire cinq courts métrages, small explosions that are yours to keep (2007), Secret Service (2008), Victor Quijada a aussi participé en tant que dramaturge dans le long métrage Red Shoes (2009). Il a aussi collaboré avec Kent Nagano pour une célébration avec l'Orchestre symphonique de Montréal et à la Fête du Canada 2004, un téléfilm qui a été mis en candidature à un PRIX GÉMEAUX.