Musique Gallois au Canada

Galles (pays de). L'immigration de Gallois au Canada se produisit par cycles correspondant aux périodes de dépression économique survenues dans la mère patrie aux XIXe et XXe siècles.

L'immigration de Gallois au Canada se produisit par cycles correspondant aux périodes de dépression économique survenues dans la mère patrie aux XIXe et XXe siècles. Certains vinrent au Canada par la voie des États-Unis, d'autres par l'intermédiaire de la communauté galloise d'Argentine. Ils s'établirent dans des régions minières et agricoles de l'Alberta, de la Saskatchewan et de l'Ontario, et quelques-uns furent attirés plus tard par les centres urbains, surtout Toronto, Winnipeg, Calgary, Montréal et Vancouver.

Bangor, à l'est de Regina, fut vers 1902 l'une des premières agglomérations galloises. Plusieurs comptes rendus témoignent du fait que le chant faisait partie intégrante des célébrations communautaires. Un pasteur de Bangor a ainsi décrit un office religieux : « L'ancienne tradition de faire asseoir les hommes d'un côté de l'église et les femmes de l'autre remonte à l'époque où ils chantaient à quatre voix. À Bangor un M. Griffith dirigeait le chant. Il allait et venait dans l'allée centrale s'assurant que chacun chantait juste et gardait bien le tempo... cette assemblée de seulement 28 personnes pouvait rendre [divers cantiques] avec le volume d'une assemblée six ou sept fois supérieure en nombre » (The Canadian Family Tree, Ottawa 1967). Au début des années 1900 se tenait annuellement à Bangor un eisteddfod (concours de chant choral).

C'est en fait dans le domaine du chant que réside la principale contribution du pays de Galles à la musique au Canada, contribution dont les intermédiaires sont leurs églises (l'office protestant gallois peut se dérouler en anglais ou en gallois) et de nombreuses sociétés Saint David (patron du pays de Galles) à travers le pays. Les sociétés chorales incluent le Saint David's Welsh Male Voice Choir à Edmonton, le Welsh Male Choir à Saskatoon (fl. 1913 sous la direction de John Parry), le Welsh Male Voice Choir à Winnipeg (fl. années 1920), les Cymric Singers à Vancouver (qu'on entendit à la radio de la SRC pendant les années 1940), la Vancouver Welsh Choral Society (1946-54, dirigée par Evan Walters), le Vancouver Welsh Male Voice Choir (formé en 1962 et dirigé successivement par Evan Walters, Lloyd Wade, John Williams, Enid Lewis et Robin Thomas), le Montreal Welsh Male Choir (formé en 1974), l'Ottawa Welsh Choral Society (dirigée en 1990 par Marilyn Jenkins) et les Gwalia Singers à Ottawa (dirigés par Roy Morris en 1991). L'église unie galloise Dewi Sant à Toronto est le coeur de nombreuses initiatives en Ontario. Le Welsh Club of Ontario parraine à chaque printemps des festivals de fin de semaine consacrés au chant de cantiques (à Niagara Falls d'abord, puis à Kingston) et appelés Cymanfa Ganu, festivals qui attirèrent 1500 personnes en 1978. En 1990, l'International Welsh Assn avait déjà organisé huit Cymanfa Ganu au Canada (à Toronto en 1959, 1967, 1973 et 1982; à Ottawa en 1977; à Vancouver en 1980; à Montréal en 1985; à Victoria en 1990). Pendant ces festivals, des chants et des danses folkloriques ainsi que des narrations précèdent l'interprétation de cantiques.

Le Rhos Male Voice Choir de 90 voix, dirigé par Colin Jones, fit une tournée au Canada en 1967; en octobre 1978, un ensemble choral du nord du pays de Galles composé de 85 membres, le Trelawnyd Male Voice Choir, visita le Canada sous l'égide du Centennial Choir de Cornwall, Ont. Le BBC Welsh Symphony Orchestra effectua une tournée canadienne en 1983, de même que le Morriston Orpheus Choir of Wales en 1989 (au moment de sa participation au Festival choral international) et de nouveau en 1991. Le South Wales Male Choir se produisit au Canada en 1990. Plusieurs chorales canadiennes ont participé aux eisteddfodau en Grande-Bretagne : l'Elgar Choir de Colombie-Britannique se classa au premier rang dans la section des choeurs féminins au National Welsh Eisteddfod en 1936; les Anne Campbell Singers remportèrent le premier prix au Tees-Side Eisteddfod (Angl.) en 1968 et au Llangollen International Eisteddfod (pays de Galles) en 1972; la Leamington Choral Society se classa troisième au concours de Llangollen en 1970; et les Jeunes chanteurs d'Acadie y remportèrent trois premiers prix en 1974. Au nombre des autres concurrents à Llangollen, mentionnons l'Ottawa Board of Education Central Choir (1976), le Toronto Children's Chorus (premier prix, 1982), les Oshawa Festival Singers (1983), le F.A.C.E. Treble Choir de Montréal (troisième prix, 1985), la Chorale Bach de Vancouver (1987), la Hillsborough Girls Choir (troisième prix, 1988) et Caroline Schiller, membre de cette dernière chorale (premier prix à l'International Young Singers Competition, 1988). L'Ottawa Welsh Choral Society effectua une tournée au pays de Galles en 1990.

Parmi les musiciens canadiens qui se sont produits au pays de Galles, citons Victor White, premier ténor du Welsh National Opera vers 1957, Bernard Turgeon, qui chanta avec cette compagnie en 1962, Joseph Rouleau et Barbara Shuttleworth, qui s'y firent entendre respectivement en 1970 et 1973, et Jean Stilwell qui fit ses débuts européens avec la compagnie en 1990; Arthur Davison qui dirigea le National Youth Orchestra of Wales en 1966, ensemble avec lequel il fit deux enregistrements; Boris Brott qui dirigea le BBC Welsh Orchestra de 1974 à 1979. Le Conseil des arts du pays de Galles commanda au compositeur gallois William Mathias une oeuvre devant être exécutée par le Toronto Children's Chorus, lequel créa les Learsongs au Festival choral international 1989. Le dir. de chorale gallois Iwan Edwards arriva au Canada en 1965. En 1991, il était à la tête du dépt de musique chorale à l'Université McGill, dir. du Choeur de l'OSM, du Choeur Saint-Laurent et du F.A.C.E. Treble Choir. Il fit des tournées de concerts au pays de Galles avec des groupes d'étudiants du secondaire (1969, 1972), se produisit à Llangollen avec la chorale F.A.C.E. (1985) et dirigea le Cymanfa Ganu de l'International Welsh Assn (1981, 1985, 1987). Parmi les musiciens gallois de naissance actifs au Canada, mentionnons Henry Abley, organiste-compositeur à Sault Sainte Marie, Ont. (1957-59), Lethbridge, Alb. (1961-67), et Saskatoon par la suite; Gwilym Bevan, dir. mus. (1979-91) du Centre des arts de la Confédération à Charlottetown; Merlin Davies, ténor et prof. de chant à l'Université McGill; Vic Franklyn, un chanteur pop qui enregistra à Toronto en 1972 et lança en 1976 sa propre émission de télévision diffusée à travers le pays à partir du poste CHCH, à Hamilton; Fred M. Gee; Howell Glynne (1904-1969) qui, après s'être élevé au rang de première basse à Sadler's Wells et Covent Garden, se joignit à la COC en 1963, commença à enseigner au RCMT en 1964 et participa à la création de Louis Riel de Somers; W.J. Hendra (1880-1966) qui vint au Canada en 1906 et s'établit à Edmonton où il enseigna le chant et les cordes à l'Alberta College (1913-64) et fonda et dirigea l'Edmonton Male Chorus (1917-47); John Edward Hugues, actif comme chef d'orchestre à Brandon; le musicologue Gaynor Jones qui commença à enseigner à l'Université de Toronto en 1971; Glyndwr Jones (1901-1975) qui s'installa en 1929 à Calgary où il enseigna le chant à l'ÉBA Banff (CA Banff), puis se rendit en 1944 à Vancouver où il dirigea le Canadian Memorial Chapel Choir (1944-70) ainsi que le British Columbia Institute of Music and Drama (voir TUTS); Ernest Morgan (1899-1959), o. m. c. et baryton soliste dans des églises de Toronto qui fut aussi réalisateur à la SRC pendant quelques années; Robbie Rae, chanteur pop qui, en compagnie de son épouse Cherrill (de Saint Thomas, Ont.), enregistra le 45t. à succès « Que Sera Sera » pour A & M en 1977 et fut la vedette d'une émission estivale à la télévision de la SRC en 1978; Stanley Saunders; B.F. Shinn (Shinn Conservatory of Music); Rhys Thomas, prof. de chant et chef d'orchestre (fl. 1903-18) à Winnipeg; Ifan Williams père; et Rhyddid Williams, o. m. c. à Sault Sainte Marie et auteur d'oeuvres chorales.

Plusieurs cantiques gallois figurent dans les recueils de cantiques des églises anglicane et unie du Canada. Le thème et le cadre de l'opéra Aberfan de Raymond Pannell s'inspirent de la catastrophe qui survint en 1966 dans le village minier du même nom au pays de Galles.