Walter Grant Notley

Walter Grant Notley, chef du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta de 1968 à 1984, membre de l’Assemblée législative de l’Alberta de 1971 à 1984 (né le 19 janvier 1939 à Didsbury, en Alberta; décédé le 19 octobre 1984 près de High Prairie, en Alberta).

Notley, Grant
Grant Notley, chef du Nouveau Parti démocratique qui est le parti d'opposition, septembre 1984 (avec la permission des Provincial Archives of Alberta/A-13322).

Walter Grant Notley, chef du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta de 1968 à 1984, membre de l’Assemblée législative de l’Alberta de 1971 à 1984 (né le 19 janvier 1939 à Didsbury, en Alberta; décédé le 19 octobre 1984 près de High Prairie, en Alberta). Grant Notley est élu chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Alberta en 1968. Trois ans plus tard, il est élu député pour la circonscription de Spirit RiverFairview. Pendant onze ans, il incarne le caucus à lui tout seul et ses dons de parlementaire lui valent le respect de ses pairs. Il devient chef de l’opposition officielle lorsque le NPD parvient à faire élire un deuxième de ses membres en 1982. Grant Notley meurt dans un accident d’avion en 1984, deux ans avant que le NPD remporte 16 sièges à l’Assemblée législative provinciale.

Jeunesse et formation

Walter Grant Notley naît à Didsbury, en Alberta. C’est le premier des deux garçons de Francis et Walter (son frère Bruce naît deux ans plus tard). Il porte le même prénom que son père, mais il utilisera toujours son deuxième prénom, Grant, qui est le nom de jeune fille de sa mère. Il est élevé avec son frère dans une succession d’exploitations agricoles dans la région d’Olds.

La mère de Grant Notley, Francis Notley, est enseignante à Westerdale, dans une école qui se résume à une unique salle de classe. Son père est très actif au sein du syndicat des agriculteurs de l’Alberta (Farmers’ Union of Alberta) qui parvient à convaincre le gouvernement de cette province de mettre en place un système de lutte antigrêle. Ce dispositif, encore utilisé de nos jours, s’appuie sur des avions qui ensemencent les nuages afin de réduire la puissance des orages de grêle (à partir du début des années 1990, des entreprises privées se chargeront de cette activité).

Grant Notley se montre très tôt un orateur talentueux. C’est le premier élève de l’école de premier cycle de Westerdale à entrer au secondaire au cours des vingt dernières années.

Diplôme en poche, il s’inscrit à l’Université de l’Alberta en 1957. Grant Notley paie lui-même ses études universitaires en se faisant embaucher pour des petits emplois d’été sur les chantiers de construction, et même pour vendre des encyclopédies.

Premières activités politiques

Grant Notley entre sur la scène politique à l’occasion des élections fédérales de 1958 au cours desquelles il contribue à la campagne de la Co-operative Commonwealth Federation (CCF) sous la direction d’Ivor Dent (qui deviendra maire d’Edmonton en 1968).

Il fait tellement bonne impression sur les membres de la CCF qu’ils lui demandent d’être leur candidat dans la circonscription d’Edmonton Northwest lors des élections provinciales de 1959, mais Grant Notley n’a alors que 20 ans et l’âge légal pour se présenter est 21 ans.

À l’Université de l’Alberta, Grant Notley est membre du « parlement modèle des étudiants » auquel participent également le futur premier ministre Joe Clark, le futur conseiller fédéral du Parti libéral Jim Coutts, et le futur chef du Crédit social Ray Speaker. Durant son séjour à l’université, il redonne également vie à un club de la CCF actif sur le campus (un précurseur du Nouveau Parti démocratique). Sous sa direction, le club finit par être surnommé le « Notley’s Motley Crew ».

Après l’obtention d’un diplôme en histoire politique en 1960, Grant Notley s’inscrit à la faculté de droit de l’Université de l’Alberta. Après un an, il quitte l’université pour accepter un poste d’organisateur du Comité national du Nouveau Parti (qui va coordonner la création du NPD).

Politique en Alberta

En 1962, le Nouveau Parti démocratique (NDP) de l’Alberta est créé lors d’un congrès dans l’hôtel Macdonald, où Neil Reimer est alors élu président et Grant Notley secrétaire provincial. En juin 1963, Grant Notley se présente comme candidat du NPD aux élections provinciales dans la circonscription d’Edmonton Northwest. Le scrutin le place quatrième.

Le 6 juillet 1963, il épouse Sandra Wilkinson, une activiste sociale américaine du Massachusetts qui est entrée sur la scène politique de l’Alberta alors qu’elle rendait visite à un ami à Edmonton.

En mai 1967, Grant Notley, se présente une nouvelle fois comme candidat du NPD lors des élections provinciales, cette fois dans la circonscription d’Edmonton-Norwood, mais perd une fois de plus. À la suite des résultats désastreux du NPD aux élections de 1967, le chef du parti, Neil Reimer, déclare qu’il se retire, ouvrant ainsi la voie à Grant Notley.

Chef du NPD

Grant Notley est élu chef du NPD en 1968. Il hérite alors d’un parti désargenté et déchiré par les luttes intestines. En 1969, il se porte candidat à une élection partielle dans la circonscription provinciale d’Edson et finit troisième, derrière le Parti progressiste-conservateur et le Crédit social.

En difficultés financières, le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Alberta licencie son personnel et ferme ses bureaux. Mais Grant Notley n’abandonne pas. Il voyage sans arrêt afin de lever des fonds pour le parti tout en publiant un flux de communiqués de presse visant à faire en sorte que les médias n’oublient pas le NPD.

En 1970, Grant Notley entame sa campagne dans le Nord-Ouest de l’Alberta, une région en pleine récession économique où il a la meilleure chance de remporter une circonscription au cours des prochaines élections provinciales.

À l’issue des élections de 1971, qui se soldent par la victoire du Parti progressiste-conservateur, dirigé par Peter Lougheed, sur le Crédit social, avec à la clé un gouvernement majoritaire, Grant Notley devient député pour Spirit RiverFairview, et le seul membre du NPD au sein de l’Assemblée.

Membre de l’Assemblée législative

Après l’élection, Grant Notley déménage avec sa famille à Fairview. Il a alors trois enfants, Stephen, Paul et Rachel (qui deviendra la première premier ministre néodémocrate de l’Alberta en remportant les élections du 5 mai 2015).

Selon Grant Notley: The Social Conscience of Alberta, une biographie rédigée par Howard Leeson, un ami et collègue du politicien, le chef du NPD lance une campagne législative pour promouvoir la cause des mal nantis : « Durant toute la carrière de Grant, on retrouve cet engagement en faveur des droits des défavorisés, des désavantagés et des “petites gens" de la société, un comportement qui ne peut s’expliquer uniquement par un opportunisme électoral ».

Dans sa réponse au discours du Trône du 6 mars 1972, Grant Notley critique à la fois l’ancien gouvernement créditiste et le nouveau gouvernement progressiste-conservateur dans un discours qui continue à refaire surface dans la rhétorique du NPD :

À mon avis, un gouvernement passif est voué à l’échec malgré la sincérité de ses partisans […] à cause de son horizon philosophique limité […]. On introduit des programmes étriqués pour l’agriculture, mais seulement après que des milliers d’agriculteurs ont été forcés de quitter leurs terres […]. On propose de timides mesures pour contrôler les atteintes à l’environnement, mais là encore, seulement après que les déversements d’hydrocarbure, les exploitations minières à ciel ouvert et la pollution industrielle sont devenus ingérables. On fera des promesses tardives de s’occuper de la santé mentale, mais plus d’un quart de siècle après que notre province sœur la Saskatchewan a entamé des réformes dans ce domaine.

Lors des élections de 1975, à l’issue desquelles le Parti progressiste-conservateur consolide sa puissance en remportant 69 des 75 sièges de l’Assemblée législative, Grant Notley et le NPD s’accrochent à leur unique siège.

En 1979, l’Assemblée est élargie et compte dorénavant 79 sièges. Le PC en remporte 74 lors des élections de cette année. Une fois de plus, le NPD ne remporte qu’un seul siège, celui de Grant Notley. Celui-ci confie aux journalistes qu’il est très déçu par les résultats du scrutin, mais comme d’habitude, il poursuit sa route.

Lorsque le gouvernement de l’Alberta réduit les exportations de pétrole vers le Centre du Canada pour protester contre le Programme énergétique national de 1980, Grant Notley est le seul législateur à s’opposer à cette mesure. Il participe également activement au débat constitutionnel de 1980–1981 et en profite pour critiquer les positions extrêmes des gouvernements fédéral et de l’Alberta.

Chef de l’opposition officielle

Le Parti progressiste-conservateur remporte une nouvelle victoire écrasante en 1982 (75 sièges), mais le NPD fait alors une modeste percée en s’octroyant deux sièges : Grant Notley à Spirit River­­–Fairview et Ray Martin à Edmonton-Norwood.

En mars 1983, le parti fait une autre percée lorsque le président de l’Assemblée nomme le NPD parti de l’opposition officielle.

Mort et héritage

Dans la soirée du 19 octobre 1984, Grant Notley monte à bord d’un petit avion affrété par Wapiti Airline pour se rendre d’Edmonton à Fairview. L’avion s’écrase près du Petit lac des Esclaves, tuant Grant Notley et cinq autres personnes.

Le NPD sous la direction de Ray Martin gagnera 16 sièges aux élections de 1986.

Rachel Notley, qui devient la première premier ministre néodémocrate de l’Alberta en 2015, déclare que le travail de son père a permis de préparer la voie pour la victoire du NPD. « Il a gardé le NPD en vie en Alberta à une époque où une telle tâche était très difficile, explique-t-elle. Il a donné espoir à ceux qui cherchaient un autre chemin vers l’avant ».

Lors de la redéfinition, en 2010, des limites des circonscriptions électorales de l’Alberta, celles de la circonscription de Spirit River­­­­­–Fairview, où avait été pour la première fois élu Grant Notley, sont redessinées et le secteur est rebaptisé Dunvegan­–Central Peace–Notley.


Lecture supplémentaire

  • Howard Leeson, Grant Notley: The Social Conscience of Alberta (1992).