Eau, système de distribution d'

Un système ou un réseau de distribution d'eau est un réseau sous réglementation provinciale mis en place pour distribuer l'eau aux utilisateurs à partir d'un point central.

Eau, système de distribution d'

Un système ou un réseau de distribution d'eau est un réseau sous réglementation provinciale mis en place pour distribuer l'eau aux utilisateurs à partir d'un point central. L'alimentation des zones urbaines nécessite les réseaux de distribution les plus complexes, mais l'irrigation des vergers, des champs de légumes ou d'autres produits agricoles requiert également des systèmes considérables. Une grosse usine (une aciérie ou une raffinerie de pétrole, par exemple) ou un complexe commercial (un grand centre commercial ou un immeuble de bureaux, par exemple) peuvent aussi nécessiter un réseau de distribution sophistiqué.

Près de 80 p. 100 de la population canadienne est classée dans la catégorie urbaine et la distribution de l'eau à ce groupe d'utilisateurs est une tâche d'envergure. La plupart des grandes villes du Canada sont situées plus ou moins près d'un important bassin hydrographique (fleuve ou lac) qui leur fournit l'eau nécessaire à la distribution. Les réseaux hydrographiques s'étendant par-delà les frontières provinciales, territoriales ou nationales, la gestion de l'eau exige un certain degré de coopération intergouvernementale. Le Comité du bassin du FLEUVE MACKENZIE, la Régie des eaux des provinces des Prairies et le Conseil international de contrôle de la rivière Sainte-Croix sont des exemples d'une telle coopération. Quelques villes font venir leur eau d'une source relativement éloignée mais plus fiable (l'eau de Winnipeg, par exemple, est acheminée par aqueduc à partir du lac des Bois, situé à 150 km de la ville), tandis que d'autres encore dépendent de la nappe d'eau souterraine, notamment Kitchener-Waterloo.

Les villes canadiennes ont mis au point leur réseau urbain de distribution de l'eau assez tôt. Toronto et Kingston se sont équipées de stations de pompage dès 1841 et 1850, respectivement. Encore plus tôt, des systèmes à écoulement par la gravité ont été exploités à Saint-Jean (Nouveau-Brunswick) en 1838 et à Halifax (Nouvelle-Écosse) en 1848. À partir des années 1870, la distribution de l'eau dans la plupart des grandes villes s'effectue à l'aide de pompes à vapeur. Le grand débit nécessaire aux activités de lutte contre les incendies est souvent le paramètre le plus important à prendre en considération lors de la conception du réseau, même si la quantité d'eau utilisée dans ce domaine reste faible comparativement aux autres utilisations. Les principaux composants du réseau sont les stations de pompage qui créent ou maintiennent la pression, les réservoirs qui accumulent l'eau et contribuent à égaliser la pression et, enfin, tout un labyrinthe de tuyaux qui permettent de transporter l'eau vers les utilisateurs.

Les systèmes de distribution pour les exploitations agricoles

Un système d'IRRIGATION typique est constitué d'un réseau de canaux ou de tuyaux. Les réseaux de tuyaux sont équipés de pompes qui maintiennent la pression hydraulique nécessaire au fonctionnement des dispositifs d'aspersion et de valves qui permettent de contrôler le débit dans les tuyaux. Les réseaux de canaux combinent l'action de la pesanteur, des pompes, des déversoirs et des vannes pour répartir et contrôler le débit de l'eau dans tout le système. Au Canada, les plus grandes surfaces irriguées se trouvent dans les provinces des Prairies, où elles totalisent 559 954 ha. La Colombie-Britannique les suit avec 117 811 ha, et le reste du Canada a 29 860 ha de terres irriguées. Les systèmes d'irrigation peuvent être mis en place à l'aide de capitaux privés ou bénéficier d'une aide financière des gouvernements provinciaux ou du gouvernement fédéral (voir ADMINISTRATION DU RÉTABLISSEMENT AGRICOLE DES PRAIRIES).

Avant le mouvement écologiste de la fin des années 60, les agences responsables de la distribution de l'eau construisent des barrages et des systèmes d'aqueduc de plus en plus grands et de plus en plus nombreux pour satisfaire à la demande en eau. L'augmentation des coûts et une opposition grandissante de la part du public incitent les planificateurs à explorer d'autres moyens de répondre à la demande. La plupart des solutions privilégient une utilisation rationnelle de l'eau, car le gaspillage s'avère être un problème de taille. La consommation d'eau par habitant au Canada est l'une des plus élevées du monde. Des recherches montrent que la tarification et l'utilisation rationnelle peuvent permettre d'économiser d'impressionnantes quantités d'eau. La Politique fédérale relative aux eaux (1987) préconise l'imposition de frais d'utilisation pour réguler la demande en eau et compenser les coûts de production. La Politique interdit aussi l'exportation massive d'eau, considérée comme un danger pour l'environnement et comme une activité à l'encontre des besoins futurs du Canada.