Wayne Gretzky

Wayne Douglas Gretzky, C.C., hockeyeur, entraîneur, entrepreneur (né le 26 janvier 1961 à Brantford, en Ontario).

Gretzky, Wayne
Wayne Gretzky présente la coupe Stanley remportée par les Oilers d'Edmonton, l'équipe la plus dynamique des années 1980 (avec la permission du \u00ab Edmonton Journal \u00bb).
Gretzky, Wayne
Wayne Gretzky en conférence de presse, lors de son échange au Kings de Los Angeles (avec la permission de l'Edmonton Sun).

Wayne Douglas Gretzky, C.C., hockeyeur, entraîneur, entrepreneur (né le 26 janvier 1961 à Brantford, en Ontario). Wayne Gretzky est considéré par beaucoup comme l’un des meilleurs joueurs de hockey de tous les temps. Son surnom, « The Great One » (La Merveille), témoigne de ses talents sur la glace et de l’impact qu’il a eu dans ce sport. Wayne Gretzy a gagné la Coupe Stanley quatre fois avec les Oilers d’Edmonton, et détient plus de 61 records de la Ligue nationale de hockey. Le 22 novembre 1999, il est intronisé au Temple de la renommée du hockey. Le maillot qu’il porte, marqué du numéro 99, devient aussi iconique que le joueur lui-même durant son illustre carrière.

Premières années

Wayne Gretzky est le fils aîné de Walter et Phyllis Gretzky; une fratrie de quatre enfants le suit de peu : Kim, Keith, Glen et Brent. Le jeune Wayne donne ses premiers coups de patin à trois ans, sur la rivière Nith près de la ferme de ses grands-parents à Canning, en Ontario. C’est toutefois sur la patinoire dans la cour arrière de sa demeure de Brantford, en Ontario, qu’il devient, grâce aux conseils de son père, maître de la glace.

Hockey mineur

Wayne Gretzky commence à jouer dans les ligues mineures de hockey à six ans dans la ligue atome de Brantford en rejoignant les Steelers de Nadrofsky, une équipe de division novice A. Le jeune hockeyeur est beaucoup plus petit que ses coéquipiers qui sont de quatre ans ses aînés. Cela ne l’empêche toutefois pas d’en imposer avec ses talents de hockeyeur prodige.

La saison suivante, le jeune de 7 ans compte 27 buts, un nombre qu’il quadruple presque l’année suivante, avec 104 buts. C’est toutefois durant la saison 1970-1971 qu’il fait vraiment classe à part : en quelque 76 matchs, Wayne Gretzky compte 196 buts et cumule 120 passes décisives. Son incroyable talent lui vaut beaucoup d’attention, au grand dam de certains parents qui l’accusent de frimer et de monopoliser la rondelle.

Hockey junior

En 1975, Wayne Gretzky déménage à Toronto et rejoint les rangs des Nationals de Vaughan, une équipe junior B de la Metropolitan Toronto Hockey League (MTHL). La saison suivante (1976-1977), il joue avec les Nationals de Seneca de la MTHL et participe à trois matchs avec les Petes de Peterborough de la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL).

La saison 1977-1978 marque les débuts à temps plein de Wayne Gretzky au sein de la OHL. Avec les Greyhounds de Sault Ste. Marie, il bat le record du plus grand nombre de buts marqués par une recrue avec 70 buts et 112 passes décisives en 64 matchs. C’est aussi avec Sault Ste. Marie que le hockeyeur revêt le numéro 99 pour la première fois.

Débuts professionnels

En 1978, Wayne Gretzky devient joueur professionnel en signant un contrat avec les Racers d’Indianapolis de l’Association mondiale de hockey (AMH). À 17 ans, il devient le plus jeune athlète des ligues majeures en Amérique du Nord. Il ne joue toutefois que huit parties avec les Racers avant d’être échangé aux Oilers d’Edmonton (qui étaient membres de l’AMH à l’époque). Dès la deuxième saison de Wayne Gretzky avec les Oilers, l’AMH fusionne avec la Ligue nationale de hockey (LNH). Il ne faudra pas attendre bien longtemps pour que le jeune hockeyeur se fasse une réputation de taille au sein de cette nouvelle organisation.

Oilers d’Edmonton

À sa première saison dans la LNH, de 1979 à 1980, Wayne Gretzky devient un des meilleurs compteurs de son équipe, reçoit le trophée Hart du joueur le plus utile de la ligue et le trophée Lady-Byng. Ainsi commence une course aux records sans précédent dans le monde sportif.

La saison suivante (1980-1981), il marque 164 points, battant ce faisant le record de 152 points en une saison détenu auparavant par Phil Esposito, et surpasse le record de 102 passes décisives de Bobby Orr par 7 points. L’année suivante, il accumule 212 points, dont 92 buts, et fracasse le record d’Esposito de 76 buts. C’est aussi durant cette saison que Wayne Gretzky établit un nouveau record à la LNH en comptant 50 buts en 39 matchs, un exploit qu’il réalise le 30 décembre 1981 avec 5 buts lors d’un match contre les Flyers de Philadelphie. Ce record, comme plusieurs autres qu’il détient, est presque impossible à battre de nos jours. Wayne Gretzky mène les Oilers à quatre championnats de la Coupe Stanley en cinq ans. Malgré tout, en 1988, il est échangé par le propriétaire de l’équipe Peter Pocklington aux Kings de Los Angeles pour de l’argent et des joueurs.

Kings de Los Angeles

Bien qu’il n’ait pas été capable de récréer le succès d’équipe connu avec les Oilers, Wayne Gretzky fait du hockey aux États-Unis un phénomène beaucoup plus important. On crédite même sa présence à Los Angeles comme une des raisons de l’expansion du hockey dans les provinces du sud des États-Unis au début des années 1990.

En 1993, Wayne Gretzky reprend du service après avoir manqué la moitié de la saison à cause d’une blessure au dos, et mène les Kings à la finale de la Coupe Stanley. Malgré qu’il essuie une défaite de la part des Canadiens de Montréal, il gagne quand même le titre du meilleur compteur des séries, son 10e titre de meilleur marqueur en 15 saisons à la LNH. La saison 1993-1994 est aussi celle où il marque son 802e but, battant ce faisant le record établi par Gordie Howe. Par la suite, du fait des difficultés financières des Kings et de la déception de Wayne Gretzky face au manque de détermination des dirigeants de l’équipe à former une équipe championne, il est cédé aux Blues de St. Louis le 27 février 1996.

Rangers de New York

Quelques mois à peine après cet échange, alors que la saison est terminée, il signe un nouveau contrat comme agent libre et rejoint plutôt son ancien coéquipier des Oilers, Mark Messier, chez les Rangers de New York. Même au crépuscule de sa carrière, Wayne Gretzky continue à s’imposer. Dans sa première saison avec les Rangers, il enregistre 97 points et est le meilleur marqueur de son équipe durant les séries éliminatoires de 1997, aidant son équipe à se rendre en finale de conférence, une position que les Rangers n’atteindront plus en après-saison pendant près d’une décennie.

Retraite

À 38 ans et après trois saisons avec les Rangers, Wayne Gretzky annonce sa retraite. C’est devant un public immense et vibrant d’émotion qu’il joue son dernier match, le 18 avril 1999, au Madison Square Garden à New York. Même si l’équipe est défaite par un point (2-1) par les Penguins de Pittsburgh, Wayne Gretzky déclare qu’il s’agissait de la meilleure journée de sa carrière. Peu de temps après, la LNH décide de faire retirer son numéro, en reconnaissance de l’impact immense qu’il a eu dans ce sport.

Entraîneur pour les Coyotes de Phoenix

Après sa retraite, Wayne Gretzky devient actionnaire minoritaire et gouverneur suppléant pour les Coyotes de Phoenix de la LNH. En août 2005, il défend le mandat d’entraîneur en chef de l’équipe et, en mai 2006, signe une prolongation de contrat de cinq ans fort lucrative. À sa quatrième saison avec le club comme entraîneur, il mène son équipe à une feuille de route record de 143-161-24.

En tant qu’équipe relocalisée, les Coyotes de Phoenix rencontrent des problèmes financiers de taille. Ainsi, en mai 2009, le propriétaire de l’équipe Jerry Moyes entreprend des démarches pour se départir de cette franchise qui s’est révélée être un véritable gouffre financier. En septembre 2009, Wayne Gretzky démissionne de son poste d’entraîneur. Jerry Moyes espérait vendre les Coyotes (après avoir déclaré faillite) au magnat de BlackBerry Jim Balsillie. Jim Balsillie cherche à relocaliser l’équipe à Hamilton, en Ontario, une idée à laquelle la LNH s’oppose. C’est donc cette dernière qui acquiert l’équipe des mains de Jerry Moyes en novembre et qui s’en occupe jusqu’à ce qu’elle trouve un acheteur convenable.

Après son départ de Phoenix, Wayne Gretzky entretient avec la LNH des rapports tendus, en raison du fait qu’elle lui doit encore une partie de son salaire des Coyotes. Le conflit ne se réglera qu’en octobre 2013.

Compétitions internationales

Wayne Gretzky fait son baptême sur la scène internationale au Championnat du monde junior de 1978, tenu à Montréal. Du haut de ses 16 ans, il est le plus jeune joueur du tournoi et est en tête du palmarès des compteurs, avec 17 points. Le Canada trône au troisième rang de la compétition, derrière l’Union soviétique et la Suède.

Entre 1981 et 1982, il est des équipes de la Coupe Canada et du Championnat du monde. Ces deux compétitions respectives lui valent une médaille d’argent et une médaille de bronze. Il remporte également une médaille d’or aux éditions de 1984, 1987 et 1991 de la Coupe Canada. Il participe enfin en 1996 au match inaugural de la Coupe du monde de hockey. Le Canada termine au deuxième rang derrière les États-Unis.

Hockey olympique

En raison de restrictions concernant les joueurs de hockey professionnels, Wayne Gretzky ne peut pas participer aux Jeux olympiques d’hiver avant 1998. En effet, il faut attendre à la compétition de Nagano au Japon pour que les joueurs de la LNH puissent enfin prendre part aux Olympiques. Wayne Gretzky fait partie de l’équipe de vedettes canadiennes qu’on imagine déjà couronnée d’or. Toutefois, celle-ci ne se montre pas à la hauteur des attentes et manque le podium de peu. (Voir aussi Équipes olympiques canadiennes de hockey)

Malgré tout, Wayne Gretzky est nommé directeur général de l’équipe olympique de hockey de Équipe Canada pour les Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City. Le leadership et la renommée du hockeyeur, ainsi que son insistance sur une équipe à la fois rapide et très agile, contribuent beaucoup à donner au Canada sa première médaille d’or en hockey masculin depuis 1952. Le mandat de Wayne Gretzky est reconduit pour les Jeux de 2006 à Turin, en Italie; l’équipe ne répète toutefois pas son exploit de 2002 et ne monte pas sur le podium. (Voir aussi Équipes olympiques canadiennes de hockey.)

Records et récompenses

Les exploits de Wayne Gretzky sont sans précédent, tous sports confondus : il gagne le trophée Hart (du joueur le plus utile) neuf fois, le trophée Art Ross (pour le plus grand nombre de points) dix fois, le trophée Lady-Byng quatre fois et le trophée Conn Smythe (pour le joueur le plus utile en séries éliminatoires) à deux reprises. Il détient les titres du meilleur marqueur de l’histoire de la LNH avec 2857 points et du seul joueur à avoir atteint 2000 points en carrière. Ces exploits, il les réalise en 11 saisons, un nombre impressionnant lorsque l’on sait que Gordie Howe a mis plus de 26 ans à atteindre son propre record. Wayne Gretzky est détenteur de 61 records à la LNH, dont celui du plus grand nombre de buts (894) et de passes décisives (1963). En fait, Wayne Gretzky serait le meilleur marqueur de l’histoire de la Ligue même s’il n’avait fait que des passes décisives. Avec un total de 382 buts, il mène par au moins 100 points le palmarès des meilleurs compteurs en séries éliminatoires de la Ligue. Il trône aussi au premier rang des compteurs dans six tournois internationaux, dont les quatre éditions de la Coupe Canada auxquelles il a participé.

Le 23 juin 1999, soit deux mois après avoir pris sa retraite, Wayne Gretzky est intronisé au Temple de la renommée du hockey. Il devient ainsi le dixième joueur à recevoir cet honneur avant que la période d’attente obligatoire de trois ans ne se soit écoulée. Parmi les autres joueurs dans la même situation, on compte Mario Lemieux (1997), Bobby Orr (1979), Jean Béliveau et Gordie Howe (1972), Maurice Richard (1961) et Dit Clapper (1947).

Wayne Gretzky est nommé Officier de l’Ordre du Canada le 25 juin 1984, mais ce n’est que le 28 janvier 1998 qu’il est investi de cet honneur. En 2009, il est promu au rang de Compagnon de l’Ordre. En 2012, il devient l’une des premières personnes à être intronisée par l’Ordre du hockey au Canada. En septembre 2016, la LNH le nomme ambassadeur officiel des célébrations du centenaire de la Ligue en 2017.

Projets d’entreprise

Le 7 août 1985, Wayne Gretzky mélange les affaires et sa passion pour le hockey en faisant l’acquisition des Olympiques de Hull de la Ligue de hockey junior majeure du Québec (LHJMQ). À leur première saison suivant l’achat, les Olympiques, guidés par l’entraîneur en chef Pat Burns, remportent le championnat de la LHJMQ. Il se départit de l’équipe en 1992.

En 1991, le hockeyeur et ses partenaires (l’acteur John Candy et le propriétaire des Kings Bruce McNall) achètent les Argonautes de Toronto, qui la même année gagnent la Coupe Grey. Ils se départissent du club en 1994.

Après sa retraite, il se lance dans plusieurs projets d’entreprise, dont un vignoble situé dans la péninsule du Niagara et appelé No. 99 Estates Winery, et un restaurant, le Wayne Gretzky’s, situé à Toronto et où l’on peut voir certains de ses souvenirs de hockey personnels.

Vie personnelle

Wayne Gretzky épouse Janet Jones le 16 juillet 1988. Le couple a cinq enfants : Paulina, Emma, Ty, Trevor et Tristan. Le couple réside en ce moment dans le sud de la Californie.

Héritage

Wayne Gretzky domine le monde du hockey par son agilité, sa rapidité et son tir précis, et il est sans aucun doute le meilleur passeur de l’histoire de ce sport. C’est cependant son flair sur la glace, sa capacité à prévoir d’instinct la réaction de ses adversaires et de ses coéquipiers dans diverses situations, qui fait de lui un joueur très créatif. Le retrait de son maillot de joueur, le numéro 99, témoigne bien de l’impact qu’il a eu dans le monde du hockey et du vide qu’il laisse à la LNH. Nul doute que le public sportif nord-américain se souviendra toujours de son charme et de ses exploits au jeu.


En savoir plus // Wayne Gretzky

En savoir plus