Bill Wilson

Bill Wilson, (Hemas Kla-Lee-Lee-Kla), chef héréditaire des Kwakiutl (Kwakwaka’wackw), homme politique et administrateur (né en 1944 à Comox, en Colombie-Britannique). Théoricien de premier plan de la politique autochtone en Colombie-Britannique, il a joué un rôle prépondérant pour faire accepter la proposition de modification de la Loi constitutionnelle de 1982 qui visait à consacrer les droits des Autochtones. Il est le père de Jody Wilson-Raybould, ministre de la Justice et procureur général du Canada (2015-), qui poursuit son œuvre.

Bill Wilson
En 2015, le chef héréditaire Bill Wilson (Hemas Kla-Lee-Lee-Kla) est en studio avec Gunargie O'Sullivan pour discuter des processus relatifs aux traités et des gouvernements autochtones.

Jeunesse et formation

Bill Wilson est issu d’une famille Kwakiutl. Sa mère, Puugladee (également connue sous le nom d’Ethel ou d’Effery), est l’aînée d’un chef héréditaire qui était également un hamatsa, une personne au statut très élevé dans la culture des Kwakiutls. Son père, Charlie Wilson, est l’aîné d’une famille de six enfants qui a travaillé assidûment toute sa vie pour subvenir aux besoins de sa famille nombreuse.

Diplômé de l’Université de Victoria (baccalauréat ès arts, 1970) et de l’Université de la Colombie-Britannique (LLB, 1973), Bill Wilson sera la deuxième personne autochtone à sortir diplômée de la faculté de droit de l’Université de la Colombie-Britannique. C’est son cousin germain, Alfred Scow, qui fut le premier Autochtone à obtenir ce diplôme en 1961. Bill Wilson reconnaît d’ailleurs l’importance du parcours de son cousin, qui est également devenu le premier avocat autochtone de la Colombie-Britannique et le premier juge autochtone à être nommé à la Cour provinciale de cette même province (1971-1992).

Carrière politique

Bill Wilson participe déjà à plusieurs organismes de défense des droits ancestraux lorsqu’il suit les cours de la faculté de droit. Entre 1970 et 1973, il occupe le poste de président de l’Union of British Columbia Indian Chiefs (UBCIC). Durant sa troisième année d’étude à la Faculté de droit, Bill Wilson est directeur responsable des titres ancestraux et des revendications territoriales au sein de la BC Association of Non-Status Indians (BCANSI). Il participe activement à ces deux organismes, mais il préconise de réduire leur rôle et de favoriser plutôt un retour à l’unité de tous les peuples autochtones au niveau des bandes traditionnelles. Il est président fondateur des United Native Nations (1976-1981), une réincarnation de la BCANSI sous un nouveau nom, qui réclame l’appui de tous les Autochtones de la Colombie-Britannique et qui encourage la politisation des bandes.

Vice-président, de 1982 à 1983, du Conseil national des autochtones du Canada (aujourd’hui Congrès des Peuples autochtones), il se fait connaître à l’échelle nationale en tant que porte-parole de cet organisme à la Conférence des premiers ministres de 1983. En mars de cette année-là, Bill Wilson et d’autres chefs autochtones rencontrent le premier ministre Pierre Elliot Trudeau et parviennent à négocier l’adoption d’un amendement de la Constitution du Canada. L’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 consacre par la suite le titre des Autochtones sur les territoires traditionnels, leurs droits issus des traités et l’égalité des femmes autochtones.

En 1988, Bill Wilson aide à fonder le BC First Nations Congress et en devient le président. Le but de ce congrès est alors d’aider à coordonner les négociations et le règlement des revendications territoriales. En 1990, l’organisme est rebaptisé Sommet des Premières nations et ses dirigeants rencontrent le premier ministre Brian Mulroney pour discuter des questions liées aux revendications territoriales. En décembre de cette année-là, le groupe de travail sur les revendications en Colombie-Britannique est créé. En 1992, Bill Wilson, Brian Mulroney et Mike Harcourt, premier ministre de la Colombie-Britannique, signent une entente qui va amener à la création de la Commission des traités de la Colombie-Britannique, un organisme toujours en existence.

Bill Wilson retournera finalement dans sa nation Kwakiutl pour devenir coordinateur du conseil tribal des Musgamagw. Il devient également un hamatsa, et se voit attribuer le nom de son grand-père maternel : Hemas Kla-Lee-Lee-Kla.


Guide pédagogique perspectives autochtones

Collection des peuples autochtones