Zero Patience

Zero Patience (1993), premier film du réalisateur, écrivain, vidéo-artiste John GREYSON, représente l'un de ses témoignages le plus cinglants et étrangement hilarants sur l'homophobie systématique.

Zero Patience

Zero Patience (1993), premier film du réalisateur, écrivain, vidéo-artiste John GREYSON, représente l'un de ses témoignages le plus cinglants et étrangement hilarants sur l'homophobie systématique. Ce film musical sur le SIDA est également l'une de ses oeuvres la plus provocatrices, une critique audacieuse de la façon dont l'autorité traite de la crise du VIH et du sida. Greyson présente un ouvrage de fiction divertissant et un énoncé politique poignant à partir d'éléments aussi variés que des songes philosophiques, des faits scientifiques et des numéros musicaux vulgaires et obscènes. Dans cet attachant mélange de sexe et de science, Greyson imagine une liaison entre Gaetan Dougas (Normand Fauteux) - un agent de bord canadien-français dont le style de vie aux mœurs libres lui vaut le fameux surnom de « patient zéro », sur lequel on rejette à tord la responsabilité d'avoir affecter l'Amérique du Nord du virus du sida - et sir Richard Burton (John Robinson) - le fameux explorateur et ethnographe victorien. Le film affirme que les gouvernements homophobes, les entreprises pharmaceutiques avides et les préjugés désuets victoriens du grand public sont la cause de la propagation du sida.

Zero Patience est l'une des tentatives les plus originales et ambitieuses de modifier la perception du public quant aux origines du VIH et du sida. Le film remporte le Best Canadian Film Award et le Best Ontario Feature en 1993 au Cinéfest Sudbury et se mérita la Special Jury Citation au Festival of Festivals de Toronto.