Zieroth, David Dale

David Dale Zieroth, poète, rédacteur en chef (Neepawa, Manitoba, 7 novembre 1946). David Dale Zieroth grandit sur la ferme de ses parents au Manitoba et fait ses études à l'Université du Manitoba (B.A. 1967) et à l'Université Simon Fraser. (M.A. 1987).

Zieroth, David Dale

David Dale Zieroth, poète, rédacteur en chef (Neepawa, Manitoba, 7 novembre 1946). David Dale Zieroth grandit sur la ferme de ses parents au Manitoba et fait ses études à l'Université du Manitoba (B.A. 1967) et à l'Université Simon Fraser. (M.A. 1987). Il enseigne la création littéraire et est, pendant plus de dix ans, rédacteur en chef du journal littéraire Event. Ayant été connu sous le nom de Dale, parce qu'une enseignante de première année n'acceptait pas que deux élèves de sa classe portent le nom de David, il reprend son prénom initial au cours des années 1990.

David Zieroth est d'abord publié dans les pages jeunesse de The Western Producer sous le pseudonyme de M. Whippoorwill, mais il commence sa carrière de poète lorsque ses ouvrages font l'objet d'une anthologie dans Storm Warning, d'Al PURDY (1971), et dans Mindscapes, de la maison d'édition HOUSE OF ANASI (1971).

Sa poésie explore lieux et géographie, ses paysages servant souvent de métaphores aux états d'esprit. Les racines rurales de Zieroth et son esprit méditatif ressortent dans ses trois premiers livres, Clearing: Poems From a Journey (1973), Mid-River (1981) et When the Stones Fly Up (1985), qui retracent la vie du poète par des changements de lieux. Le sentiment d'éloignement qu'entraînent les voyages et les nouveaux décors l'amène à se souvenir de son enfance dans les Prairies.

The Weight of my Raggedy Skin (1991) traite de son intérêt constant pour les relations familiales, en particulier pour la paternité. Cet intérêt se retrouve dans How I Joined Humanity at Last (1998), qui a remporté le Dorothy Livesay Poetry Prize la même année, ainsi que dans Crows Do Not Have Retirement (2001).

Les deux recueils suivants, The Education of Mr Whippoorwill : A Country Boyhood (2002) et The Village of Sliding Time (2006) présentent des incursions dans la vie de l'auteur, qui revoit et confirme sa décision de quitter le Manitoba.